• « Real Talk Family » – Mettre fin à un mauvais mariage

    Par WILLIE ET ELAINE OLIVER

    Question : Mon mariage ne fonctionne plus depuis longtemps. En fait, je n’aime plus mon mari. Même si nous sommes mariés depuis plus de 25 ans et avons trois enfants, je ne pense pas pouvoir rester dans cette situation. Mon mari, occupant un poste important, n’a pas le temps pour moi ou pour nos enfants. J’ai attendu sans succès qu’il soit moins occupé. Je manque de patience et je veux mettre fin à ce mariage.

    Réponse : Nous sommes désolés, vous avez dû endurer la douleur de la solitude, tout en étant mariée, aussi longtemps que vous avez pu. Ce doit être frustrant d’espérer que les choses changeront pour le mieux.

    Le mariage, comme vous le savez, était un concept de Dieu. À la fin de la semaine de la création, après avoir regardé la beauté de ce qu’il avait créé, quelque chose manquait : « Et le Seigneur Dieu a dit :

    « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; Je lui ferai une aide qui sera son vis-à-vis. »
    (Genèse 2.18).

    Donc, votre découragement face à la réalité de votre mariage est compréhensible, étant donné que Dieu a créé le mariage pour être en couple.

    Satan a essayé de détruire tout ce que Dieu a créé pour le bien-être et le bonheur de l’humanité.

    Le mariage devait également être le modèle de la constance dans les relations, le catalyseur de la stabilité dans la société. Ce concept est éclairé dans le Nouveau Testament, lorsque Jésus cite Genèse 2 et ajoute une image plus claire de son intention pour le mariage :

    « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux (époux) deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni. »
    (Marc 10.7-9).

    L’histoire de la création rend évident le fait que Satan a essayé de détruire tout ce que Dieu a créé pour le bien-être et le bonheur de l’humanité, y compris le mariage, la première institution créée par Dieu à la création. Et parce que nous avons tous péché et nous avons manqué à la gloire de Dieu (Romains 3.23), il est assez facile de se distraire du plan parfait de Dieu pour notre bonheur dans le mariage. Donc, au lieu du mariage accomplissant le plan de Dieu pour le couple dans nos vies, il devient souvent la relation la plus frustrante que nous connaissons.

    « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte, car la crainte implique un châtiment, et celui qui craint n’est point parfait dans l’amour. »
    (1 Jean 4.18).

    Bien sûr, alors que l’amour de Dieu est parfait, l’amour humain est imparfait. En raison de cette imperfection, malgré le désir profond que nous avons tous pour la proximité et l’intimité, nous craignons souvent que plus quelqu’un nous connaît, moins il sera enclin à nous aimer. Donc, il y a une décision inconsciente, parfois consciente prise dans le mariage, d’éviter de se rapprocher trop de son conjoint, de peur que nous ne soyons découverts et rejetés.

    Chaque couple marié a connu ou expérimenté un changement naturel vers un état d’aliénation et / ou de séparation, à moins qu’ils ne se connectent intentionnellement entre eux par le pouvoir de Dieu. Alors que le péché sépare, l’amour de Dieu unit les gens qui revendiquent le pouvoir de Dieu d’être patient et gentil (1 Corinthiens 13.4).

    Dieu déteste le divorce (Mal 2.16) parce qu’il sépare les gens et détruit les familles. Nous vous encourageons à trouver un thérapeute pour le couple, qui peut vous aider, votre mari, vos enfants et vous, à vous rapprocher et que vous puissiez profiter de ce bien que Dieu voulait pour vous. Des études sur le mariage suggèrent que les premiers mariages ont les meilleures chances de perdurer, et que chaque mariage ultérieur a potentiellement un taux de divorce plus élevé.

    Donc faites confiance à Dieu pour vous aider à changer. Parlez à quelqu’un pour sauver votre mariage. Et choisissez de faire quelque chose chaque jour pour exprimer votre valeur à votre mari. Rappelez-vous, avec Dieu, toutes choses sont possibles (Marc 10.27).

    Nous continuerons de prier pour vous et votre mari.

    Willie Oliver, Ph.D., CFLE , ministre ordonné, conseillère pastorale et sociologue familiale, est directrice du ministère des Ministères de la famille de l’Église adventiste du septième jour.

    Elaine Oliver, MA, CFLE, éducatrice et psychologue en counseling, est directrice associée du ministère des Ministères de la famille au siège mondial de l’Église adventiste du septième jour. Vous pouvez communiquer avec eux à Family.Adventist.org ou HopeTV.org/RealFamilyTalk.

    Source de l'article : http://www.adventistworld.org/2017/06/05/real-family-talk-leaving-a-bad-marriage/

    POUR PANSER LE COUPLE ET BIEN PENSER LA FAMILLE

    Comment aimer son couple et sa famille avec l’aide de Dieu. Les points forts du livres sont : Une belle écriture très abordable, avec de nombreuses citations et des versets bibliques en référence. Des conseils pratiques très intéressants. Un livre qui dynamise le couple et la famille, en relation avec Dieu.

     

     

     

  • EDS – Mardi 13 juin – Mille an comme un jour

    Dans 2 Pierre 3.8-10, comment Pierre réagit-il à l’argument avancé par les moqueurs ? Que dit-il qui peut nous aider encore aujourd’hui à comprendre pourquoi Christ n’est pas encore revenu ?

    Pierre réagit à la question de la nature inchangée du monde. Il rappelle à ses lecteurs qu’il est inexact de dire que le monde a continué sans changement depuis la création (remarquez comment Pierre revient tout de suite à la Parole de Dieu comme source et autorité). Il y a eu une époque de grande méchanceté, à l’issue de laquelle Dieu a détruit le monde par un Déluge (2 P 3.6). Et le Déluge a causé de grands changements dans le monde, changements avec lesquels nous vivons encore aujourd’hui. Pierre dit ensuite que la prochaine destruction se fera par le feu, et non par l’eau (2 P 3.10). Pierre écrit également : « Un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour » (2 P 3.8). En disant cela,

    Pierre pensait peut-être aux paroles de Psaumes 90.4 :

    « Car mille ans sont, à tes yeux, comme le jour d’hier, quand il passe, et comme une veille de la nuit ».

    Autrement dit, notre conception du temps n’est pas celle de Dieu. Nous devons donc être prudents dans les jugements que nous portons au sujet du temps. D’un point de vue humain, on dirait en effet que le retour de Christ tarde. Mais nous ne voyons les choses que d’un point de vue humain.

    Du point de vue de Dieu, il n’y a pas de retard. En fait, Pierre dit qu’un temps supplémentaire a été accordé car Dieu montre sa patience. Il ne veut pas qu’aucun périsse (2 P 3.9). Le temps supplémentaire a donc été accordé pour donner l’occasion à un grand nombre de gens de se repentir. Cependant, Pierre nous met en garde : on ne doit pas utiliser la patience de Dieu comme une occasion de remettre à plus tard une décision en faveur de Jésus. Le jour du Seigneur viendra de manière aussi inattendue qu’un voleur dans la nuit. Un voleur qui vient de nuit s’attend probablement à repartir sans que personne ne se rende compte de sa présence.

    Mais si le jour du Seigneur viendra comme un voleur, ce n’est pas pour autant qu’il passera inaperçu. Comme dit Pierre, « les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront » (2 P 3.10). Le message de Pierre est donc similaire à celui de Paul :

    « Eh bien, c’est maintenant le temps vraiment favorable ; c’est maintenant le jour du salut » (2 Co 6.2).


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 83
    Ecouter la leçon en audio :