« Vous êtes le sel de la terre »

Par Élise Lazarus
Les préoccupations du Christ à l′égard de ses contemporains étaient aussi bien spirituelles que matérielles, physiques et pratiques. Un appel à tous ceux qui le souhaitent, et en particulier aux chrétiens, à s′engager concrètement au service de ceux qui les entourent.

Pendant trois années, Jésus a parcouru les chemins de la Palestine pour transmettre son message d’amour et de pardon. Dans le même temps, un autre aspect de son activité était indissociable de son message. C’est son action de restauration auprès de toutes les sortes de laissés pour compte de la société de son époque : malades et handicapés réduits à la mendicité, étrangers méprisés pour leur « paganisme », gens aux mœurs dissolues ou au travail réprouvé par la société.

Jésus guérit, réconforte, défend, rétablit les individus dans leur statut d’être humain. Il n’est jamais indifférent à la misère de ceux qui l’entourent. Au point parfois d’être jugé durement par ses contemporains pour ses mauvaises fréquentations1. Pendant ces années, l’oeuvre de Jésus a été spirituelle mais aussi profondément sociale. Les disciples du Christ, puis à leur tour les premiers chrétiens, ont été convaincus de la nécessité de cette double dimension.

C’est ce qui amènera Jacques à écrire :

« Supposez qu’un frère ou une sœur manquent de vêtements et n’aient pas tous les jours assez à manger. Et voilà que l’un de vous leur dit : Au revoir, mes amis, portez-vous bien, restez au chaud et bon appétit, sans leur donner de quoi pourvoir aux besoins de leur corps, à quoi cela sert-il ? »2.

Il n’était pas envisageable que la foi, la vie chrétienne, s’exprime sans une conscience de l’importance du bien être matériel, mais aussi moral et spirituel de ceux qui les entouraient.

Aujourd’hui encore, le même appel résonne pour les chrétiens du XXIe siècle. Dans quelle mesure le croyant peut-il vivre une action sociale ? Comment peut-il faire une différence dans une société qui se veut laïque? Jésus, en son temps, a donné une image qui reste extrêmement actuelle. Il a comparé les chrétiens à du sel : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? »3.

Le sel est un élément passionnant de la cuisine. Il y est même indispensable pour la réussite d’un plat. Pourtant, le rôle même du sel est de disparaître, de fondre dans les éléments avec lesquels il est en contact pour leur permettre d’exprimer le maximum de saveur. Cette parabole doit avant tout se lire à un niveau spirituel, mais elle peut aussi être interprétée sous l’angle de l’action sociale. Les chrétiens sont alors appelés par le Christ à se fondre, à se mélanger à la société, à se mettre au service de ses membres et à proposer un apport spécifique autour d’eux. Si le sel… [Lire la suite dans la revue]

Notes

  1. Voir dans la Bible Matthieu 9.11 : « Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples :
    Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie ? »
  2. Cf. Jacques 2.15-16.
  3. Cf. Matthieu 5.13.
Source : Signe des temps - Mai Juin 2017

Disponible sur demande par mail à : commandes@viesante.com

 

 

Il reste 2 commentaires

  1. Anonyme /

    Bonjour. Le lien (lire la suite dans la revue) ne fonctionne pas?

    1. admin / Auteur du Post

      Pour lire la suite vous devez commander la revue aux Editions Vie et Santé en demandant un exemplaire par mail à commandes@viesante.com
      Les modalité de règlement vous seront transmise en réponse à votre mail.

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :