EDS – Samedi 27 mai – PROPHÉTIE ET ÉCRITURES

SABBAT APRÈS-MIDI

Étude de la semaine :
Es 53.1-12 ; Dn 7.13,14 ; 2 P 1.16-20 ; Mt 17.1-6 ; 2 Tm 3.15-17.

Verset à mémoriser :
« Et nous estimons d’autant plus ferme la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention comme à une lampe qui brille dans
un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à poindre et que l’étoile du matin se lève dans votre cœur. » (2 Pierre 1.19)

Dans la poursuite de notre étude des lettres de Pierre, un point devrait ressortir : la confiance et la certitude de Pierre dans ce qu’il écrit. Nous voyons la même chose chez Paul : une conviction ferme et claire de ce qu’ils proclament concernant Jésus-Christ et la Croix. Dans les textes de cette semaine, nous étudierons de plus près cette assurance de
Pierre. Il nous donne même la raison de ses certitudes. Nous ne croyons pas, dit-il, à « des fables habilement conçues » (2 P 1.16), comme celles des religions païennes de leur époque. Non, Pierre était sûr de ce qu’il croyait, et ce, pour deux raisons.

D’abord, il a été un témoin oculaire de « notre Seigneur Jésus-Christ » (2 P 1.16 ). Mais deuxièmement, et peut-être plus important encore (car presque tous les autres croyants ne sont pas des témoins oculaires), il y a la ferme parole prophétique (2 P 1.19). Pierre revient à la Bible, en la désignant comme une affirmation certaine de Jésus, en particulier les passages prophétiques le concernant. Aucun doute là-dessus, il s’agit de certains des passages prophétiques dont Jésus a parlé comme s’appliquant à sa propre personne (Mt 26.54 ; Lc 24.27). Alors si Jésus et Pierre ont pris la Bible autant au sérieux, comment pourrions-nous oser agir différemment ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 66
Ecouter la leçon en audio :

Les commentaires sont fermés