• EDS – Vendredi 26 mai – Pour aller plus loin

    Comme nous l’avons vu, Pierre savait qu’il allait bientôt mourir. Il savait aussi (et depuis longtemps, encore), comment il allait mourir. Jésus lui-même lui avait dit. « Amen amen, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu passais toi-même ta ceinture et tu allais où tu voulais ; mais quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et un autre te passera ta ceinture pour te mener où tu ne voudras pas. » (Jn 21.18.)

    Quelle fut sa fin ? « En qualité de Juif et d’étranger, Pierre fut, en effet, condamné à la flagellation et à la crucifixion. La perspective de cette mort effroyable rappelait à l’apôtre son grand péché : le reniement de Jésus lors de son procès. Or, tandis qu’autrefois la croix lui était si antipathique, il considérait maintenant comme une joie de faire le sacrifice de sa vie pour l’Évangile. Cependant, mourir de la même manière que son Maître qu’il avait renié lui paraissait être un trop grand honneur, bien qu’il se fût sincèrement repenti de son péché et sût que le Christ lui avait pardonné. N’en avait-il pas la preuve dans le fait qu’il lui avait confié la noble mission de paître les brebis et les agneaux de son troupeau ? Cependant, Pierre n’arrivait pas à se pardonner sa faute. La pensée même de l’agonie affreuse qui l’attendait ne pouvait atténuer l’amertume de sa tristesse et de son repentir. Il supplia ses bourreaux de lui accorder comme ultime faveur de le clouer à la croix la tête en bas. On accéda à sa requête, et c’est de cette manière que mourut Pierre, le grand apôtre. » Ellen G. White, Conquérants pacifiques, p. 480. Et pourtant, même avec cette perspective imminente, Pierre se souciait du bien-être spirituel du troupeau.

    À méditer

    • À la lumière de tout ce qu’a écrit Pierre (ainsi que tous les autres écrivains de la Bible) sur la nécessité pour les chrétiens de mener une vie sainte, pourquoi un si grand nombre d’entre nous ne parviennent-ils pas à « être qui ils sont » en Jésus ?
    • En classe, passez en revue la liste de 2 Pierre 1.5-7. Évoquez chaque élément et posez-vous la question : Comment manifester davantage ces vertus nous-mêmes, et comment aider les autres à faire la même chose ?
    • Considérant ce que les évangiles nous apprennent sur Pierre, ce qu’il écrit montre puissamment la grande oeuvre que Christ a accomplie en lui, en dépit de ses précédents échecs. Quelle espérance et quel réconfort peut-on retirer de son exemple ?
    • Dans 2 Pierre 1.12, Pierre évoque la vérité présente. Quelle était la vérité présente, à l’époque de Pierre, et quelle est la vérité présente à notre époque ?
    • Quelqu’un a écrit : « Quelle certitude sur les morts après la mort ? » ; « La mort, c’est ce que les vivants portent avec eux ». Comment, en tant que chrétiens, devrions-nous « porter » la mort au sens de supporter le chagrin ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    Télécharger la leçon du jour en PDF >>EDSGuide2T2017 65
    Ecouter la leçon en audio :