• EDS – Vendredi 28 avril – Pour aller plus loin

    « L’amour patient et plein de bonté ne fera pas d’un écart de conduite une offense impardonnable ni ne donnera une importance capitale aux erreurs d’autrui. Les Écritures enseignent clairement que les offenseurs doivent être traités avec magnanimité et considération. Si on agit correctement, le coeur apparemment obstiné sera peut-être gagné au Christ. L’amour de Jésus couvre une multitude de péchés. Sa grâce ne conduit jamais à exposer les torts d’autrui, sauf s’il est positif et nécessaire de le faire. »
    Ellen G. White, Conseils aux éducateurs, aux parents et aux étudiants, p. 214.

    Pensez, par exemple, à Jésus et à la femme adultère (Jn 8.1-11). Nous considérons souvent cette histoire comme une illustration de la grâce de Jésus, et c’est un aspect des choses, en effet. Mais il y a davantage. En confrontant les chefs religieux qui lui avaient amené cette femme, pourquoi Jésus a-t-il écrit « les fautes secrètes de leurs propres vies » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 456. dans la poussière, où les mots pouvaient être instantanément effacés ?

    Pourquoi ne les a-t-il pas accusés devant tout le monde, à haute voix, en énumérant ce qu’il connaissait de leurs péchés, qui étaient peut-être aussi terribles, voire pires, que celui de cette femme ? À la place, Jésus leur a montré qu’il connaissait leur hypocrisie et leur méchanceté, et cependant qu’il n’allait pas les jeter en pâture à la foule. Peut-être était-ce sa façon de tendre la main à ces hommes, en leur montrant qu’il connaissait leurs desseins, et en leur donnant une occasion d’être sauvés. Quelle puissante leçon pour nous quand nous devons confronter ceux qui ont péché !

    À méditer

    • Méditez sur la question de l’unité, par opposition à l’uniformité. Y a-t-il des domaines pour lesquels il nous faut être en parfaite unité de pensée afin de fonctionner en tant qu’Église ? Si c’est le cas, lesquels, et comment parvenir à cette unité nécessaire ? À contrario, quels sont les domaines où la diversité des opinions n’est pas mauvaise, et qui, en réalité, pourrait même se révéler utile ?
    • Quelle est votre expérience personnelle du fait de souffrir dans la chair afin de cesser de pécher ? Qu’est-ce que cela signifie ? La puissance transformatrice de Dieu dans notre vie signifie-t-elle automatiquement que nous ne souffrons pas dans la chair pour remporter la victoire ? Dans le cas contraire, pourquoi pas ?
    • Considérez les dégâts que l’alcool fait dans la vie des gens. Que peut-on faire, en tant qu’Église, pour aider les autres à prendre conscience du danger que représente cette drogue ? Que faire pour que nos jeunes comprennent que le simple fait d’essayer cette substance qui peut leur faire tant de mal est en soi une erreur ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide2T2017 37 Vendredi 28 avril<< VERSION PDF
    Version audio mp3 :