• EDS – Jeudi 20 avril – Christianisme et ordre social

    Tout en sachant que les organisations et les gouvernements humains sont faillibles et parfois impies, et tout en ayant connu eux-mêmes de mauvaises expériences avec les gouvernements et des chefs religieux, Paul et Pierre ont tous deux exhorté les premiers chrétiens à se soumettre aux autorités humaines (1 P 2.13-17 ; Rm 13.1-10). Les chrétiens, disent-ils, doivent payer les impôts et remplir les obligations de leur travail. Autant que possible, les chrétiens doivent être des citoyens modèles.

    Lisez Actes 5.27-32. Quel est le lien entre l’obéissance que Pierre demande de rendre aux autorités (1 P 2.13-17) et ce que Pierre et les autres apôtres ont fait lors de cet incident en particulier ?

    Les premiers succès de l’Église chrétienne ont donné lieu à l’arrestation de Pierre et Jean (Ac 4.1-4). Ils furent interrogés par les chefs, les anciens, et les scribes, puis relâchés avec l’avertissement suivant : ils devaient cesser de prêcher (Ac 4.5-23). Peu après, on les arrêta de nouveau, et on leur demanda pourquoi ils n’avaient pas obéi aux ordres des autorités (Ac 5.28). Pierre répondit : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’à des humains » (Ac 5.29). Quelle vérité cruciale doit-on retirer de ces paroles ?

    Pierre ne faisait pas l’hypocrite en disant une chose tout en en faisant une autre. Quand il s’est agi de choisir entre suivre Dieu ou bien des humains, le choix était clair. Avant cela, les chrétiens doivent soutenir le gouvernement et lui obéir, même s’ils agissent pour amener du changement social. Quand des questions morales sont en jeu, les chrétiens se sont impliqués, et cela devrait toujours être le cas, pour promouvoir légalement les mutations sociales qui reflètent les valeurs et l’enseignement de Jésus. Cela peut se faire de différentes manières et dépend de nombreux facteurs, mais être un citoyen loyal et fidèle ne signifie pas automatiquement qu’un chrétien ne peut pas ou ne doit pas chercher à contribuer à rendre la société meilleure.

    Lisez Lévitique 19.18 et Matthieu 22.39.
    En quoi le commandement d’aimer notre prochain comme nous-mêmes comprend-il la nécessité d’agir pour le changement, quand ce changement pourrait bien améliorer la vie de votre prochain et la rendre plus juste ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide2T2017 29 Jeudi 20 avril<< VERSION PDF
    Version audio mp3