• Le récit d’un miracle

    Jean-Philippe LEHMANN

    Directeur général de l’Ensemble scolaire Maurice Tièche (ESMT)

    Le Séminaire adventiste, nom historique de notre institution en 1921, avait pour vocation unique la formation des pasteurs, des missionnaires et des ouvriers de l’Église adventiste du septième jour. Nos pionniers n’avaient pas prévu au départ d’y ajouter une école primaire et secondaire. Quand en 1936, le besoin s’est fait sentir d’ouvrir une classe primaire pour scolariser les enfants du personnel et former des instituteurs, le président de la Division Sud-européenne s’est montré très hésitant. Le président Olson était très pessimiste sur la viabilité à long terme du projet mais il donna tout de même son accord du bout des lèvres.

    Quatre-vingt ans plus tard, l’Ensemble Scolaire Maurice-Tièche est toujours là et il se porte mieux que jamais. La classe unique du départ a laissé progressivement la place à un cycle complet de la maternelle à la terminale regroupant 300 élèves. Au fil du temps, plusieurs milliers d’élèves, adventistes ou non, ont été scolarisés dans cet établissement aux valeurs chrétiennes affirmées. En plus de l’excellence de ses élèves aux examens d’État, ce qui singularise Maurice-Tièche c’est son attachement à la transmission de valeurs chrétiennes.

    La créativité des enseignants et leur engagement de foi ont permis de proposer aux élèves un enseignement et un vécu spirituel personnels.
    À l’école maternelle et primaire, les institutrices ont eu l’idée d’organiser chaque mois un culte de louange pour tous les enfants en plus du temps de méditation et de chants du matin. Désormais, ce culte de louange permet aux élèves d’une classe de préparer une liturgie pour tous les autres enfants de l’école. L’ensemble des élèves est regroupé en « familles de louange » où les grands deviennent responsables des plus petits pour prier ensemble. Ces moments sont si beaux et si forts que certains parents, chrétiens ou non, se libèrent de leur travail pour les vivre avec leurs enfants.

    Au collège-lycée, deux initiatives ont été prises. La première a été de reconstruire complètement le programme et le vécu du « cours de Bible ». Adapter ce cours aux besoins et aux attentes des adolescents a constitué un défi important mais finalement couronné de succès. Depuis, les élèves placent dans les sondages le « cours d’éducation aux valeurs de la Bible » en tête de leurs cours préférés.

    La seconde initiative a été de réintroduire dans le programme de l’année une « semaine de prière » avec un invité spécial. À cette occasion, certains élèves rentrent pour la première fois dans une église pour vivre un moment spirituel avec leurs camarades adventistes. La qualité de l’enseignement et les valeurs de l’école ont attiré un nombre croissant de parents. En vingt ans les effectifs ont doublé. Et pourtant, malgré ce développement positif, l’école était menacée de fermeture…[Suite dans la Revue adventiste | Avril 2017 | Page 4]


    Demander la Revue Adventiste par mail ici :
    commandes@viesante.com

  • EDS – Mercredi 12 avril – Un sacerdoce royal

    Dans le livre de l’Exode, au chapitre 19, le Seigneur dit à Moïse :

    « Voici ce que tu diras à la maison de Jacob, ce que tu annonceras aux Israélites : Vous avez vu vous-mêmes ce que j’ai fait à l’Égypte : je vous ai portés sur des ailes d’aigle et je vous ai fait venir à moi. Maintenant, si vous m’écoutez et si vous gardez mon alliance, vous serez mon bien propre parmi tous les peuples – car toute la terre m’appartient. Quant à vous, vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte. Voilà ce que tu diras aux Israélites » (Ex 19.3-6).

    Voilà le message de l’évangile, révélé des millénaires avant la Croix : Dieu rachète son peuple, le sauvant du péché et de l’esclavage du péché, puis il ordonne à ces élus de l’aimer et de lui obéir, car ils sont un peuple spécial, un peuple de l’alliance, devant lui et devant le monde.

    Lisez 1 Pierre 2.5,9,10 et Exode 19.6. Que veut dire Pierre quand il appelle les chrétiens « un sacerdoce royal et une nation sainte » (1 P 2.9) ? Que nous indique ce langage, à nous, chrétiens adventistes du Septième jour, sur nos obligations ?

    « Une maison spirituelle », « une lignée choisie », « un sacerdoce royal », « un peuple que Dieu s’est acquis », toutes ces expressions honorifiques employées dans la Bible décrivent la relation particulière que Dieu avait avec les descendants d’Abraham.
    Dans le cadre du Nouveau Testament, en parlant de Jésus et de la Croix, Pierre emploie un langage similaire et l’applique aux membres de l’Église. Les promesses de l’alliance que Dieu avait faites à Israël ont été élargies pour inclure non seulement les juifs qui croient en Jésus, mais également les croyants d’origine païenne. Oui, à travers Jésus, les païens aussi peuvent prétendre être des enfants d’Abraham. « Et si vous appartenez au Christ, alors vous êtes la descendance d’Abraham, héritiers selon la promesse. » (Ga 3.29.) À travers Christ, n’importe qui, quelle que soit son origine, peut faire partie de ce « sacerdoce royal ». La Bible déclare que le Saint-Esprit a ressuscité Jésus des morts, et que nous serons de même ressuscités par l’Esprit. Seul Dieu a le pouvoir de ressusciter des morts. L’Esprit est donc Dieu.

    « Une nation sainte » ? « Un sacerdoce royal » ? Appliquées à nous, que signifient de pareilles expressions ?
    Dans ce cas, quel genre de vie devrions-nous mener, aussi bien en tant qu’individus qu’en tant que communauté ?
    Comment être à la hauteur de cet éminent appel ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide2T2017 21 Mercredi 12 avril<< VERSION PDF
    Version audio mp3