EDS – Vendredi 17 mars – Pour aller plus loin

« Le simple fait que les gens demandent avec inquiétude s’ils n’ont pas commis le péché impardonnable révèle qu’ils ne l’ont sans doute pas commis. S’ils l’avaient commis, ils ne s’en inquiéteraient sûrement pas. Leur inquiétude est la seule preuve dont ils ont besoin pour savoir qu’ils sont toujours réceptifs à la direction de l’Esprit. Ce que la personne devrait faire, c’est se réclamer de la justice de Jésus et, s’accrochant aux mérites de Jésus, avancer dans la foi et l’obéissance. Ce n’est que sous le manteau de la justice de Christ, qui est la « justice de Dieu » lui-même (Rm 10.3) qu’ils pourront avoir la paix et l’assurance dont ils sont si cruellement dépourvus maintenant.

Il n’y a en réalité qu’une seule personne que Dieu ne peut pas pardonner, et c’est celle qui refuse obstinément de venir à Jésus pour recevoir le pardon. « Le péché de blasphème contre le Saint-Esprit ne se situe pas dans une parole ou un acte isolés. C’est la résistance déterminée à la vérité et à l’évidence. » Ellen G. White, The SDA Bible Commentary, vol. 5, p. 1093.

« Personne ne doit considérer le péché contre le Saint-Esprit comme quelque chose de mystérieux et d’indéfinissable. Le péché contre le Saint-Esprit est le péché du refus persistant de répondre à une invitation à se repentir. » ibid.

À méditer

  • Si quelqu’un devait venir vous voir, craignant d’avoir commis le péché impardonnable, que diriez-vous et quels textes citeriez-vous ? Pourquoi la compréhension du salut par la foi seule est-elle si cruciale pour aider quelqu’un qui se croit irrémédiablement perdu ?
  • Nous éteignons l’Esprit quand nous refusons d’agir ou de parler comme il nous le montre. À quel moment courons-nous le danger d’éteindre le Saint-Esprit ? Autrement dit, dans quels domaines de notre vie (s’il y en a) résistons-nous à la direction de Dieu, et comment apprendre à s’y soumettre ?
  • Parfois, Dieu permet certaines circonstances dans notre vie que nous n’apprécions ou ne comprenons pas. Ce fut le cas, par exemple, de Job. Pourquoi un état d’esprit plein d’amertume peut-il saper l’action du Saint-Esprit dans notre vie ? Comment faire davantage confiance à Dieu et lui soumettre pleinement nos vies, même dans les moments les plus difficiles ?
  • Par peur d’être « contaminés » par ce qu’ils considèrent des influences corrompues dans l’Église, certains se retirent complètement du corps, et décident de voler de leurs propres ailes. Qu’est-ce qui ne va pas avec cette idée, et pourquoi cela n’est-il pas le modèle biblique qu’un chrétien doit suivre ?

VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSCombiné1T2017- 147 Lundi 13 mars<< VERSION PDF

Fichier audio MP3 ci-dessous

Les commentaires sont fermés