EDS – Mardi 28 février – Marcher sur l’eau

Pendant le temps qu’ils ont passé avec Jésus, les disciples ont vu bien des choses remarquables, même si peu d’entre elles rivalisent avec les événements décrits dans Matthieu 14.13-33 ; Marc 6.30-52 et Jean 6.1-21. Jésus s’est servi de cinq petits pains et deux poissons pour nourrir plus de cinq mille personnes. À nouveau, quelles ont pu être leurs pensées après avoir vu une chose pareille ?

Lisez Matthieu 14.22-33. Quel est la leçon la plus cruciale à tirer de cette histoire pour notre marche personnelle avec le Seigneur ?

Avec le miracle des cinq mille, ces hommes venaient d’être témoins de la puissance de Jésus d’une manière remarquable. Il avait véritablement le contrôle sur la nature. C’est ce qui a dû en partie pousser Pierre à faire cette demande plutôt audacieuse, voire présomptueuse : « Si c’est toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux » (Mt 14.28). Quelle merveilleuse expression de foi !

Jésus a alors reconnu la foi de Pierre, et lui a dit de s’approcher. Pierre l’a fait, encore une expression de sa foi. Marcher sur l’eau par temps calme, c’était déjà quelque chose, mais c’est par une mer agitée que Pierre s’est avancé. Ce qu’on retient généralement de cette histoire, c’est qu’il ne faut pas quitter Jésus des yeux. Mais il y a plus. Pierre avait certainement confiance en Jésus, sinon il n’aurait pas demandé une chose pareille, vu ce qu’elle impliquait pour lui. Pourtant, après avoir agi, il a commencé à avoir peur, et il s’est mis à couler. Pourquoi ? Jésus n’aurait-il pas pu maintenir Pierre à la surface, malgré la peur qu’avait ce dernier ?

Pourtant, Jésus a laissé Pierre atteindre le stade où il ne pouvait plus rien faire d’autre que crier dans son impuissance : « Seigneur, sauve-moi ! » (Mt 14.30). Jésus a alors tendu la main et a fait ce que Pierre lui avait demandé. Jésus lui « tendit la main, le saisit » (Mt 14.31), alors qu’il aurait simplement pu le maintenir à la surface sans contact physique. Ce fait a certainement aidé Pierre à comprendre qu’il lui restait encore beaucoup à apprendre pour dépendre de Jésus. Nous pouvons commencer avec une grande foi, confiants en la puissance de notre Seigneur, mais quand la situation devient périlleuse, souvenons-nous des paroles de Jésus : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » (Mt 14.31).


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide2T2017 6 Luni 27 mars<< VERSION PDF
Version audio mp3

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :