EDS – Jeudi 30 mars – Pierre, dirigeant d’Église

Pendant le ministère de Jésus, Pierre a souvent assumé un rôle de leader parmi les douze disciples. Il était généralement leur porte-parole. Quand Matthieu fait la liste des disciples, il écrit : « Le premier, Simon, celui qu’on appelle Pierre » (Mt 10.2). Pierre avait aussi un rôle de premier plan dans l’Église primitive. C’est Pierre qui a pris l’initiative de remplacer Judas Iscariot, qui a trahi Jésus (Ac 1.15-25). Le jour de la Pentecôte, c’est Pierre qui a expliqué à la foule qu’elle était témoin du don de l’Esprit, déversé par Dieu sur son peuple (Ac 2.14-36). C’est Pierre qui, arrêté pour avoir parlé de la résurrection des morts, a parlé au Grand Prêtre et à l’assemblée des chefs juifs (Ac 4.1-12). C’est Pierre qui a été guidé vers Corneille, le premier païen à avoir été accepté comme disciple de Jésus (Ac 10.1-48). C’est Pierre que Paul est allé voir pendant quinze jours quand il est venu à Jérusalem après sa conversion (Ga 1.18). En fait, quand il décrit le cercle des disciples de Jésus à Jérusalem à cette époque, Paul identifie trois « piliers » de l’Église : Pierre, Jacques le frère de Jésus, et Jean le disciple bien-aimé (Ga 2.9).

Lisez Galates 1.18,19 ; 2.9,11-14. Que nous indiquent ces textes sur Pierre, même alors qu’il avait une place si importante dans l’Église primitive ?

Pierre avait beau être dirigeant d’église, avoir clairement été appelé par le Seigneur (Jésus a dit à Pierre : « Prends soin de mes moutons » [Jn 21.17]), avoir reçu la vision sur le fait de ne « dire d’aucun homme qu’il est souillé ou impur » (Ac 10.28), il n’avait pas pour autant terminé sa croissance.Aux premiers jours de l’Église, presque tous les chrétiens étaient des juifs, dont beaucoup étaient « zélés pour la loi » (Ac 21.20, Colombe). Dans leur interprétation de la loi, le fait de manger avec des Gentils posait problème, car ces derniers étaient considérés comme impurs.

Quand des juifs chrétiens vinrent voir Jacques à Jérusalem, Pierre cessa de manger avec les Gentils d’Antioche. Pour Paul, ce genre de comportement était une attaque contre l’évangile lui-même. Il voyait les actes de Pierre comme de l’hypocrisie pure et simple, et il n’a pas eu peur de le mettre au défi sur cette question. En fait, Paul a profité de l’occasion pour formuler l’enseignement-clé de la foi chrétienne : la
justification par la foi seule (voir Ga 2.14-16). Bien qu’appelé par Dieu, Pierre avait encore quelques angles morts à prendre en compte. Comment réagissons-nous quand d’autres cherchent à nous révéler nos « angles morts » ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide2T2017 8 Luni 27 mars<< VERSION PDF
Version audio mp3

Les commentaires sont fermés