• Participation des femmes à l′évangélisation – (Extrait)

    En ce temps de crise — Le Seigneur a une tâche pour les femmes aussi bien que pour les hommes. Elles peuvent participer à son œuvre en cette époque de crise, et il peut agir par leur intermédiaire. Si elles sont pénétrées du sens de leurs responsabilités et travaillent sous l’influence du Saint-Esprit, elles auront la maîtrise de soi requise pour notre temps. Le Seigneur fera luire sur ces femmes consacrées la lumière de sa face et leur communiquera une puissance supérieure à celle des hommes. Elles peuvent accomplir dans les foyers un ministère qui ne peut l’être par des hommes — un ministère qui concerne la vie intime des gens. Elles peuvent s’approcher des cœurs de personnes qui sont inaccessibles aux hommes. Leur concours est nécessaire. — The Review and Herald, 26 août 1902. Év 418.3

    Des femmes qui ont à cœur l’œuvre de Dieu — Les femmes qui ont à cœur la cause de Dieu peuvent faire un travail utile dans le secteur où elles habitent. Le Christ parle de femmes qui lui prêtèrent main-forte pour présenter la vérité, et Paul cite également des femmes qui travaillèrent avec lui dans la proclamation de l’Evangile. Mais combien petite est l’œuvre accomplie par celles qui pourraient faire un grand travail si elles le voulaient. — Lettre 31, 1894re 31, 1894
    French: Louis Segond (1910) - SEG

    Izbrano poglavje ne obstaja!

    WP-Bible plugin
    . Év 419.1

    Je pense qu’avec l’expérience que vous avez, vous pourriez, sous la conduite du Seigneur, user de votre influence pour mettre en œuvre des genres d’activités auxquelles des femmes pourraient participer pour collaborer avec Dieu. Sans aucun doute il devrait y avoir un plus grand nombre de femmes engagées dans l’œuvre qui consiste à se dépenser en faveur de l’humanité souffrante, en édifiant les gens, en leur apprenant à croire, simplement à croire en Jésus-Christ notre Sauveur. Et une fois que les âmes se seront données au Seigneur Jésus, s’abandonnant totalement à lui, elles comprendront la doctrine. … Év 419.2

    Je suis attristée de ce qu’en Amérique il n’y ait pas davantage de femmes qui travaillent comme elles le pourraient pour le Seigneur Jésus. En demeurant en Christ, elles recevraient le dynamisme, la force et la foi nécessaires à leur tâche. Beaucoup de femmes aiment parler. Pourquoi n’adresseraient-elles pas les paroles mêmes du Christ aux âmes qui périssent ? Plus nous sommes en relation intime avec lui, plus nous ressentons la détresse des âmes qui ne connaissent pas Dieu et qui ne se rendent pas compte à quel point elles déshonorent le Seigneur qui les a rachetées à un grand prix. Év 419.3

    Lorsque des femmes croyantes sentiront le fardeau des âmes et celui des péchés de leurs semblables, elles travailleront comme le Christ l’a fait. Elles comprendront qu’aucun sacrifice n’est trop grand pour gagner des âmes à Jésus-Christ. Tous ceux qui sont animés d’un tel amour pour les âmes sont nés de Dieu ; ils sont prêts à marcher sur les traces de Jésus ; leurs paroles et leurs voix seraient alors des talents consacrés au service du Maître ; la sève même que leur ont transmise leurs parents ayant pénétré leur âme s’écoulerait par des canaux d’amour vers des âmes totalement desséchées. Év 419.4

    Cette tâche suppose une formation continuelle. L’ouvrier(ère), qui désire être en bénédiction aux autres, découvre ses faiblesses et ses limites. Cette découverte conduit à rechercher Dieu dans la prière ; et le Seigneur Jésus donne la lumière de son Saint-Esprit, de sorte que l’on comprend que c’est le Christ qui attendrit et brise les cœurs endurcis. — Lettre 133, 1898re 133, 1898
    French: Louis Segond (1910) - SEG

    Izbrano poglavje ne obstaja!

    WP-Bible plugin
    .Év 420.1

    Les besoins dans différentes branches de l’œuvre — Dans de nombreux domaines, les femmes peuvent accomplir une œuvre utile pour le Maître. Différentes méthodes de travail missionnaire sont négligées. Dans un certain nombre d’églises, beaucoup de tâches qui restent en souffrance ou sont effectuées vite et mal, pourraient être menées à bien grâce au concours de nos sœurs, si elles recevaient la formation voulue. Par différents types d’effort missionnaire dans les foyers, elles peuvent atteindre une catégorie de personnes qui ne peut pas l’être par nos prédicateurs. Parmi les femmes qui ont eu le courage moral de prendre position en faveur de la vérité pour notre temps, beaucoup ont du tact, de la perspicacité et de bonnes qualifications ; elles pourraient donc accomplir une œuvre féconde. Nous avons besoin du concours de telles femmes chrétiennes. — The Review and Herald, 10 décembre 1914.Év 420.2

    Dans les différents aspects du travail missionnaire, la femme modeste et intelligente peut employer ses facultés pour la cause la plus noble qui soit. Qui peut avoir un amour profond envers les âmes pour lesquelles le Christ est mort sinon ceux qui bénéficient de sa grâce ? Qui peut le mieux témoigner de la vérité et de l’exemple du Sauveur si ce n’est des femmes chrétiennes qui pratiquent la vérité ? — The Review and Herald, 10 décembre 1914. Év 420.3

    Conseillère, compagne, collaboratrice — Si elle utilise intelligemment son temps et ses facultés, comptant sur Dieu pour obtenir la sagesse et la force, la femme peut être sur un pied d’égalité avec son mari comme conseillère, compagne et collaboratrice, sans perdre pour autant sa grâce et sa modestie féminines. Elle peut élever son propre caractère, et, ce faisant, élever et ennoblir celui des membres de sa famille, et exercer une influence puissante bien qu’inconsciente sur son entourage. Pourquoi les femmes ne cultiveraient-elles pas leur intelligence ? Pourquoi ne suivraient-elles pas le plan de Dieu pour leur vie ? Pourquoi ne prendraient-elles pas conscience de leurs propres possibilités comme venant de Dieu, et pourquoi ne s’efforceraient-elles pas de les employer au maximum pour faire du bien à autrui en donnant une impulsion à l’œuvre de la réforme et en répandant la vérité et la vraie bonté dans le monde ? Satan sait que les femmes sont capables d’exercer une influence pour le bien ou pour le mal ; c’est pourquoi il cherche à les rallier à sa cause. — Good Health, juin 1880.Év 420.4

    L’influence d’une vie conséquente — La mission des femmes et des mères de famille, ainsi que des plus jeunes, est admirable. Si elles le veulent, les femmes exerceront autour d’elles une grande influence pour le bien. Par la modestie dans leurs vêtements et leur comportement, elles rendront témoignage à la vérité dans sa simplicité. Elles feront briller leur lumière pour que d’autres voient leurs bonnes œuvres et glorifient leur Père qui est dans les cieux. Une femme vraiment convertie pourra faire beaucoup de bien. Elle secondera son mari dans son travail, et sera pour lui un sujet d’encouragement et de bénédiction. Lorsque la volonté et le vouloir sont soumis à l’Esprit de Dieu, il n’y a pas de limite au bien qui peut être accompli. — Le ministère de la bienfaisance, 119.Év 421.1

    Porter des fardeaux pour le Christ — Qu’elles soient jeunes, d’âge moyen ou âgées, les femmes peuvent jouer un rôle dans l’achèvement de l’œuvre pour notre époque ; en agissant ainsi à la faveur des occasions qui leur sont données, elles acquerront une expérience de la plus haute valeur pour elles-mêmes. En pratiquant le renoncement, elles croîtront en grâce. En exerçant leur esprit dans ce sens, elles apprendront à porter des fardeaux pour Jésus. — The Review and Herald, 2 janvier 1879.Év 421.2

    Celles qui travaillent dans leur foyer — Ceux qui emploient des hommes ou des femmes pour les aider dans les travaux domestiques devraient leur verser un salaire équitable. Ils devraient aussi avoir pour eux la considération qu’ils méritent. Faites-en sorte qu’ils ne s’imaginent pas que la qualité de leurs services n’est pas appréciée. Leur travail est tout aussi utile que celui des personnes qui donnent des études bibliques ; aussi devraient-ils recevoir des paroles d’appréciation. Ils éprouvent souvent un besoin de bonté et de sympathie ; il ne faut pas le leur refuser, car ils le méritent. Év 421.3

    Ceux et celles qui font la cuisine et les autres travaux ménagers sont tout aussi engagés au service de Dieu que ceux qui prêchent sa Parole. Et ils ont davantage besoin de sympathie et de compréhension ; car dans l’œuvre qui concerne le domaine spirituel, il y a des motifs stimulants et encourageants. Par ailleurs, souvenons-nous que nous sommes tous des serviteurs. La personne qui fait votre ménage n’est pas moins considérée par le Seigneur que celle dont la tâche consiste à donner des études bibliques. — Manuscrit 128, 1905.Év 422.1

    Source : Livre - Évangéliser - Auteur : Ellen G. White - pages 418-422

    ÉVANGÉLISER

    Ce livre est publié avec la conviction que sa diffusion permettra un progrès certain des méthodes d’évangélisation. Les conseils constructifs et pleins d’à-propos, les avertissements appropriés qu’il renferme et sa vision du triomphe de notre message constituent un programme d’action qui permettra aux forces vives du mouvement adventiste de promouvoir une oeuvre d’évangélisation qui atteindra son apogée lorsque retentira le grand cri du troisième ange.

  • EDS – Mercredi 8 mars – Le fondement de la prière biblique : se réclamer des promesses de Dieu

    Toute foi est inutile si nous ne nous réclamons pas des choses pour lesquelles nous avons prié.

    Lisez 1 Jn 5.14-15. Pour quelle raison pouvons-nous croire que Dieu nous entend et que nous recevons ce que nous lui avons demandé ?

    Le troisième aspect de la prière biblique, c’est la réception. Après avoir demandé à Dieu et cru en ses promesses, nous devons nous réclamer de ce qu’il a promis. Nous réclamons la promesse de Dieu et, par la foi, nous l’en remercions, avant même de l’avoir reçue. Ainsi les promesses sont-elles mises en oeuvre dans notre coeur. Ellen G. White a déclaré que « Nous pouvons demander […] n’importe lequel des dons promis ; et puis croyons que nous le recevons, et remercions-en Dieu » Ellen G. White, Education, p. 290.

    Dans Lu 8.11, Jésus compare la Parole de Dieu à une semence. De la même manière que tout le pommier est contenu dans un pépin de pomme, le don de Dieu est contenu dans ses promesses. Quand nous réclamons la promesse et que nous remercions Dieu, nous possédons déjà le don qu’il a promis. Nous recevons le don promis par la foi avant même de le voir ou de le ressentir. L’exemple de la résurrection de Lazare dans Jn 11:1-57Jn 11:1-57
    French: Louis Segond (1910) - SEG

    11 1 Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa soeur. 2 C`était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c`était son frère Lazare qui était malade. 3 Les soeurs envoyèrent dire à Jésus: Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. 4 Après avoir entendu cela, Jésus dit: Cette maladie n`est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. 5 Or, Jésus aimait Marthe, et sa soeur, et Lazare. 6 Lors donc qu`il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était, 7 et il dit ensuite aux disciples: Retournons en Judée. 8 Les disciples lui dirent: Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée! 9 Jésus répondit: N`y a-t-il pas douze heures au jour? Si quelqu`un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu`il voit la lumière de ce monde; 10 mais, si quelqu`un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n`est pas en lui. 11 Après ces paroles, il leur dit: Lazare, notre ami, dort; mais je vais le réveiller. 12 Les disciples lui dirent: Seigneur, s`il dort, il sera guéri. 13 Jésus avait parlé de sa mort, mais ils crurent qu`il parlait de l`assoupissement du sommeil. 14 Alors Jésus leur dit ouvertement: Lazare est mort. 15 Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n`étais pas là. Mais allons vers lui. 16 Sur quoi Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples: Allons aussi, afin de mourir avec lui. 17 Jésus, étant arrivé, trouva que Lazare était déjà depuis quatre jours dans le sépulcre. 18 Et, comme Béthanie était près de Jérusalem, à quinze stades environ, 19 beaucoup de Juifs étaient venus vers Marthe et Marie, pour les consoler de la mort de leur frère. 20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. 21 Marthe dit à Jésus: Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 22 Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l`accordera. 23 Jésus lui dit: Ton frère ressuscitera. 24 Je sais, lui répondit Marthe, qu`il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. 25 Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; 26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? 27 Elle lui dit: Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. 28 Ayant ainsi parlé, elle s`en alla. Puis elle appela secrètement Marie, sa soeur, et lui dit: Le maître est ici, et il te demande. 29 Dès que Marie eut entendu, elle se leva promptement, et alla vers lui. 30 Car Jésus n`était pas encore entré dans le village, mais il était dans le lieu où Marthe l`avait rencontré. 31 Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient, l`ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, disant: Elle va au sépulcre, pour y pleurer. 32 Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus, et qu`elle le vit, elle tomba à ses pieds, et lui dit: Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. 33 Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému. 34 Et il dit: Où l`avez-vous mis? Seigneur, lui répondirent-ils, viens et vois. 35 Jésus pleura. 36 Sur quoi les Juifs dirent: Voyez comme il l`aimait. 37 Et quelques-uns d`entre eux dirent: Lui qui a ouvert les yeux de l`aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que cet homme ne mourût point? 38 Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C`était une grotte, et une pierre était placée devant. 39 Jésus dit: Otez la pierre. Marthe, la soeur du mort, lui dit: Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu`il est là. 40 Jésus lui dit: Ne t`ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? 41 Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit: Père, je te rends grâces de ce que tu m`as exaucé. 42 Pour moi, je savais que tu m`exauces toujours; mais j`ai parlé à cause de la foule qui m`entoure, afin qu`ils croient que c`est toi qui m`as envoyé. 43 Ayant dit cela, il cria d`une voix forte: Lazare, sors! 44 Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d`un linge. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. 45 Plusieurs des Juifs qui étaient venus vers Marie, et qui virent ce que fit Jésus, crurent en lui. 46 Mais quelques-uns d`entre eux allèrent trouver les pharisiens, et leur dirent ce que Jésus avait fait. 47 Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles. 48 Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation. 49 L`un d`eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n`y entendez rien; 50 vous ne réfléchissez pas qu`il est dans votre intérêt qu`un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. 51 Or, il ne dit pas cela de lui-même; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. 52 Et ce n`était pas pour la nation seulement; c`était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. 53 Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir. 54 C`est pourquoi Jésus ne se montra plus ouvertement parmi les Juifs; mais il se retira dans la contrée voisine du désert, dans une ville appelée Éphraïm; et là il demeurait avec ses disciples. 55 La Pâque des Juifs était proche. Et beaucoup de gens du pays montèrent à Jérusalem avant la Pâque, pour se purifier. 56 Ils cherchaient Jésus, et ils se disaient les uns aux autres dans le temple: Que vous en semble? Ne viendra-t-il pas à la fête? 57 Or, les principaux sacrificateurs et les pharisiens avaient donné l`ordre que, si quelqu`un savait où il était, il le déclarât, afin qu`on se saisît de lui.  

    WP-Bible plugin
    nous montre que c’est ainsi que Jésus priait. Jésus savait exactement quelle était la volonté de Dieu dans cette situation précise. Jn 11.11 nous dit qu’il était disposé à faire la volonté de Dieu et qu’il était obéissant.

    Dans Jn 11.39-41, nous lisons que Jésus a remercié le Père de ressusciter Lazare alors que Lazare était encore dans la tombe. Quand Jésus a eu fini de remercier Dieu, il a reçu l’exaucement de sa demande. En tant qu’enfants de Dieu, nous devons vivre des promesses de Dieu, et non de ses explications. Bien que l’on ne puisse pas tout expliquer, nous pouvons nous confier en ses promesses. « Le Seigneur nous dit : Invoque-moi au jour de la détresse. Il nous invite à l’implorer avec zèle et à lui confier notre perplexité, notre dénuement et le besoin que nous éprouvons de recevoir son aide. Dès que surviennent les difficultés, présentons-lui nos requêtes avec ferveur. Par l’importunité de nos prières, nous démontrerons que nous avons pleine confiance en lui. Le sentiment de notre indigence nous incite à prier ardemment, et notre Père céleste est ému par nos supplications. » Ellen G. White, Les paraboles de Jésus, p. 144.

    Pourquoi est-il si important de toujours tout amener à Dieu en prière ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSCombiné1T2017-132 Mercredi 8 mars<< VERSION PDF

    Fichier audio MP3 ci-dessous