PARDONNER L′IMPARDONNABLE


Par Giselle Echevarria

« Être chrétien signifie pardonner l′inexcusable
parce que Dieu a pardonné l′inexcusable en vous. »

C.S. Lewis

Il y a quelque chose dans le pardon qui en fait l’un des concepts les plus simples à comprendre, mais l’un des plus difficiles à pratiquer.

J’ai grandi avec deux frères et sœurs, dont une, d’un an seulement plus jeune que moi, il y avait d’innombrables disputes où ma mère a dû nous séparer pour des « histoires de vêtements de poupée » ou des « pièces de LEGO ». Je me souviens que ma mère nous encourageait toujours à demander pardon, à nous serrer dans les bras, et ensuite que nous pourrions continuer à jouer si nous nous rappelions qu’il faut savoir partager. Tout « pardon » est devenu une chose extrêmement facile et j’ai appris à ne jamais tenir rancune.

J’oubliais les souffrances que les gens me faisaient subir, sachant que je leur avais pardonnés et que tout allait bien dans le monde.

Le pardon été facile jusqu’à ce qu’un jour quelqu’un m’a fait du mal au point où je sentais que je ne pouvais pas lui pardonner. Il ne s’agissait plus de pièces de LEGO, c’était quelque chose qui ne pouvait pas être corrigé, quelque chose que je ne pourrais jamais oublier.

 

L′impardonnable

Comment pardonner à quelqu’un à qui vous ne voulez pas pardonner ? Comment pardonner à quelqu’un qui ne mérite pas d’être pardonné ? Voici quelques choses que j’ai apprises sur ma route vers le pardon :

Rappelez-vous qu’aucun humain n’est au-dessus de : « Pardonner ceux qui vous maltraitent ». Pensez à un jour où vous avez vu un crime horrible relaté aux infos, quelque chose de si dévastateur qu’un enfer éternel semblait la seule récompense juste pour cet agresseur. Dans cette perspective, pensez à Barabbas ou aux voleurs sur les croix, à côté du Christ quand il a été crucifié. Ces hommes avaient été responsables de crimes tels que le vol, le meurtre, et beaucoup d’autres choses horribles qui les ont fait crucifier pour leurs crimes. Cependant, même sur la croix, Christ a montré le pardon à l’impardonnable, aimant ceux que la société considérait indignes.

Le Christ a dit avec amour au voleur sur la croix, « Amen, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23 : 43, NBS). Non seulement il a pardonné à l’homme sur la croix, mais il a pardonné à ceux qui l’ont cloué dessus, en demandant au Père « pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23 : 34, NBS).

Aussi mauvais et impardonnable que quelqu’un puisse paraître, nous devons toujours nous rappeler que nous ne sommes pas les juges ultimes de leur caractère, et même, qu’ils sont enfants de Dieu, éligibles à Son pardon.

L’identification comme chrétien porte la plus grave des responsabilités : représenter le caractère du Christ. Il est facile de représenter le Christ extérieurement dans nos vêtements, nos paroles, ou dans la façon dont nous laissons les autres nous percevoir. Agir est facile et si nous pouvions entrer dans le ciel en agissant seul, de nombreux « pharisiens et sadducéens » de notre monde seraient là en un battement de cœur. Mais le pardon, surtout quand il s’agit de crimes graves, ne peut pas être résolu avec un simple « Je vous pardonne » et une étreinte. Il faut que ceux qui ont été lésés fassent le premier pas, en disant : « Je veux être comme Christ et pardonner à ceux qui me font du tort ».

Beaucoup de gens qui ont été lésés n’ont jamais vu la justice terrestre ; Des auteurs de crimes n’ont jamais été incarcérés et des torts n’ont jamais été justifiés. Dans des cas comme ceux-là, il peut sembler presque impossible de pardonner parce que NOUS VOULONS que justice soit faite ; Nous voulons les voir payer pour ce que nous avons dû souffrir. Cependant, ce n’est pas le caractère du Christ. Quand Il a pardonné sur la croix, il n’y avait pas de justice soudaine, pas de correction des torts commis contre Lui. Il a simplement pardonné. Bien qu’il puisse sembler que le crime soit trop difficile à pardonner, souvenez-vous toujours que le Prince de l’univers a été tué et a pardonné. Ceux qui se réclament de son caractère doivent s’efforcer d’agir comme Il l’a fait.

 

Confiant dans le Dieu de la Justice

Une fois, j’ai été fâché par ma sœur parce qu’elle m’a piqué dans l’œil avec un tournevis. Bien que son agression d’enfant en bas âge ne m’ait pas laissé aveugle, j’étais vraiment fâché contre elle et contre mes parents qui ne lui avait pas donner la fessée à ce moment-là.  Bien que je fusse jeune, je n’avais pas vu le mal étant puni, et j’ai été submergé d’un sentiment d’injustice. Cependant, bien des années plus tard, je me rappelais l’incident avec ma mère. Quand j’ai évoqué le manque de punition de ma sœur, elle a continué à me dire que ma sœur avait été punie, seulement je n’ai jamais vu la punition et que j’aurais dû leur faire confiance dans le meilleur intérêt.

Combien de fois ne faisons-nous pas confiance à Dieu ? Nous voyons que ceux qui nous font du tort continue à vivre leur vie et à prospérer alors que nous avons à faire face aux traumatismes ou d’autres conséquences de leurs torts. Pourquoi Dieu ne nous fait-il justice et ne les frappe-t-il pas ? Pourquoi ne leur permet-il pas de souffrir ce que nous avons souffert, ou pire ?

S’il y a des attributs de Dieu sur lesquels nous pouvons compter, c’est la justice. Dans Luc 18 : 7 NBS, le Christ nous dit : « Et Dieu ne ferait pas justice à ceux qu’il a choisis, alors qu’ils crient vers lui jour et nuit ? Il les ferait attendre ? »

Source : http://advindicate.com/articles/2017/1/26/forgiving-the-unforgivable

JE TE PARDONNE, MAIS…

Ce livre s’adresse aux chrétiens qui croient que le pardon est un élément important de leur cheminement spirituel, mais qui ne comprennent pas exactement ce qu’il est réellement.

 

Les commentaires sont fermés