EDS – Mercredi 25 janvier – L’Esprit de vérité

Lisez Jean 14.6 et 17.17. Quel est le sens de la vérité dans ces passages ?

Dans l’évangile de Jean, le terme vérité est un terme-clé. Notre compréhension contemporaine de la vérité est souvent abstraite et théorique. Dans le monde occidental, elle a été influencée par la philosophie grecque. Pourtant, dans la Bible, et en particulier dans l’évangile de Jean, la vérité a une signification plutôt personnelle et spécifique : Jésus est la vérité (Jn 14.6). Tandis que la Parole Écrite de Dieu est véridique (comparez avec Jn 17.17 ; Ps 119.142), la vérité de Dieu est révélée d’une manière suprême dans la personne de Jésus-Christ. Une véritable connaissance de Dieu nous est donnée en Jésus, de qui parlent les Écritures, parce que Dieu s’est révélé à travers lui.

Lisez Jean 15.26 et 16.13. Quelle fonction le Saint-Esprit a-t-il en tant qu’Esprit de vérité ?

Dans Jn 16.13, on nous dit que l’Esprit de vérité nous guidera dans toute vérité. Il fait cela en nous désignant Jésus-Christ, et en nous rappelant ce que Jésus a dit (Jn 15.26) et fait pour nous. La vérité dans laquelle le Saint-Esprit nous guide est très personnelle : il élève Jésus et nous guide dans une relation vivante et fidèle avec lui. Quand Jésus a parlé avec la femme Samaritaine, il a dit que Dieu doit être adoré en esprit et en vérité (Jn 4.24). Quand nous demandons la direction du Saint-Esprit, il nous guide vers Jésus, qui est le chemin, la vérité et la vie (Jn 14.6).

La vérité dans la Bible n’est pas quelque chose d’abstrait ou de théorique, comme c’est souvent le cas en philosophie. La vérité englobe une relation profondément personnelle et fidèle avec notre Créateur et Rédempteur, qui est appelé « le Dieu de toute vérité » (comparez Dt 32.4 ; Ps 31.5). Ainsi, le Saint-Esprit est appelé, avec beaucoup d’à-propos, « l’Esprit de la vérité » (Jn 14.17 ; 16.13) qui nous est envoyé par le Père (Jn 15.26), indiquant par là non seulement son caractère personnel, mais aussi sa divinité.

Nous avons tendance à penser à la vérité en termes de propositions, comme le concept logique que l’on appelle modus ponens. « Si A, alors B. A, donc B ». Et incontestablement, un grand nombre des vérités que nous comprenons, nous les comprenons comme des propositions.Comment, cependant, comprenez-vous l’idée de vérité comme Personne ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSCombiné1T2017- 48 << VERSION PDF

Fichier audio MP3 ci-dessous

Les commentaires sont fermés