• L′immeuble qui s′écroule

    ′′Imaginez-vous un instant architecte. Vous voulez construire un superbe immeuble. L’œuvre de votre vie.

    Vous commencez les travaux. Le premier étage est construit. Pas de chance, il y a un glissement de terrain et tout s’écroule. Terrible pour un architecte. Il aurait dû le prévoir. Que faites- vous ? Vous doutez de vos capacités, de la qualité des matériaux, de vos collaborateurs. Vous pouvez arrêter l’œuvre de votre vie, ou la poursuivre. Ce qui va se passer dans votre tête est déterminant. Soit vous voyez déjà l’immeuble terminé, et vous reprenez avec acharnement le travail. Soit vous ne voyez rien du tout, et vous baissez les bras. Dans le premier cas, vous interpréterez l’échec comme un obstacle parmi tant d’autres. Une sorte de message attirant votre attention sur certaines faiblesses. Dans le second cas, l’échec vous écrase et la petite mort devient la mort du rêve. ′

    Chaque être humain affronte un jour ou l’autre ce type de situation. Mais le chrétien a un énorme avantage. Il connaît le résultat final. Il a vu à la première page du journal la photo du bel immeuble avant même d’en commencer la construction.

    L′échec est un menteur

    En pleine lutte de la vie, l’apôtre Paul savait que la victoire lui était acquise. Il était déjà vainqueur. L’échec est un menteur, quand il vous dit que tout est fini pour vous. Vous n’êtes pas vaincu parce que vous avez mordu la poussière. Vous devez simplement apprendre à mieux courir, à mesurer vos forces. Il ne tient qu’à vous que l’échec devienne une étape vers la victoire.

    Du point de vue humain, les héros de la Bible sont souvent des perdants. La plupart des prophètes ont échoué. Elie dut s’enfuir de son pays. On jeta Jérémie dans une citerne. Esaïe serait mort découpé par une scie et Jean-Baptiste a été décapité. Le plus grand des perdants, n’est-ce pas Jésus-Christ ? Il connut une extraordinaire popularité, mais mourut sur une croix comme un bandit. A vues humaines, ce fut vraiment un échec. Mais au moment où l’échec devint patent, à la mort sur la croix, la victoire fut acquise. De la mort vint la résurrection.
    Echec quand même ? Du point de vue humain, peut-être ? Mais je vous le demande, qui aujourd’hui pourrait prétendre que Moïse, les apôtres, les prophètes et Jésus ont échoué ?

    Nous sommes déjà vainqueurs

    Nous ne construirons peut-être pas l’immeuble auquel nous rêvons. En ferons-nous une maladie ? L’éternité nous réserve tant de choses plus belles. L’important, pour nous, n’est pas nécessairement ce que nous allons réaliser, construire, posséder, mais le genre de personne que nous serons. Un disciple de Jésus-Christ. Un citoyen du Royaume de Dieu. Un héritier de la gloire. Un compagnon du Christ. Avec cet état d’esprit, je pourrai affronter la vie le cœur en paix. Bien sûr, les défaites ne me laisseront pas insensibles. La souffrance ne me sera pas épargnée. Tout cela fait partie de l’existence. Mais en marchant aux côtés du Seigneur, fort de son amour, je saurai tirer de l’échec les leçons qui s’imposent, et les yeux fixés vers le but, je marcherai en vainqueur.

    Extrait du livre : Réussir sa vie - pages 99 à 101

    RÉUSSIR SA VIE

    Vous pensez que la réussite n’est pas pour vous ? Lisez ce livre toujours d’actualité. Il vous apprendra ce qu’est la vraie réussite, celle qui commence ici-bas et se poursuit dans l’éternité. De John Graz.

  • EDS – Mercredi 25 janvier – L’Esprit de vérité

    Lisez Jean 14.6 et 17.17. Quel est le sens de la vérité dans ces passages ?

    Dans l’évangile de Jean, le terme vérité est un terme-clé. Notre compréhension contemporaine de la vérité est souvent abstraite et théorique. Dans le monde occidental, elle a été influencée par la philosophie grecque. Pourtant, dans la Bible, et en particulier dans l’évangile de Jean, la vérité a une signification plutôt personnelle et spécifique : Jésus est la vérité (Jn 14.6). Tandis que la Parole Écrite de Dieu est véridique (comparez avec Jn 17.17 ; Ps 119.142), la vérité de Dieu est révélée d’une manière suprême dans la personne de Jésus-Christ. Une véritable connaissance de Dieu nous est donnée en Jésus, de qui parlent les Écritures, parce que Dieu s’est révélé à travers lui.

    Lisez Jean 15.26 et 16.13. Quelle fonction le Saint-Esprit a-t-il en tant qu’Esprit de vérité ?

    Dans Jn 16.13, on nous dit que l’Esprit de vérité nous guidera dans toute vérité. Il fait cela en nous désignant Jésus-Christ, et en nous rappelant ce que Jésus a dit (Jn 15.26) et fait pour nous. La vérité dans laquelle le Saint-Esprit nous guide est très personnelle : il élève Jésus et nous guide dans une relation vivante et fidèle avec lui. Quand Jésus a parlé avec la femme Samaritaine, il a dit que Dieu doit être adoré en esprit et en vérité (Jn 4.24). Quand nous demandons la direction du Saint-Esprit, il nous guide vers Jésus, qui est le chemin, la vérité et la vie (Jn 14.6).

    La vérité dans la Bible n’est pas quelque chose d’abstrait ou de théorique, comme c’est souvent le cas en philosophie. La vérité englobe une relation profondément personnelle et fidèle avec notre Créateur et Rédempteur, qui est appelé « le Dieu de toute vérité » (comparez Dt 32.4 ; Ps 31.5). Ainsi, le Saint-Esprit est appelé, avec beaucoup d’à-propos, « l’Esprit de la vérité » (Jn 14.17 ; 16.13) qui nous est envoyé par le Père (Jn 15.26), indiquant par là non seulement son caractère personnel, mais aussi sa divinité.

    Nous avons tendance à penser à la vérité en termes de propositions, comme le concept logique que l’on appelle modus ponens. « Si A, alors B. A, donc B ». Et incontestablement, un grand nombre des vérités que nous comprenons, nous les comprenons comme des propositions.Comment, cependant, comprenez-vous l’idée de vérité comme Personne ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSCombiné1T2017- 48 << VERSION PDF

    Fichier audio MP3 ci-dessous