EDS – Vendredi 9 décembre – Pour aller plus loin

« Dieu a permis que des flots de lumière inondent les hommes dans le domaine des sciences et des arts. Mais lorsque les savants s’aventurent à épiloguer sur les secrets de la Providence, ils arrivent infailliblement à des conclusions erronées. Il peut être inoffensif de spéculer sur des matières non révélées dans la Parole de Dieu, mais c’est à condition que nos conclusions ne contredisent pas ce qu’elle affirme. Ceux qui abandonnent l’Écriture pour discourir sur l’oeuvre de la création au nom de la science errent, sans carte ni boussole, sur une mer inconnue. Dans leurs tentatives pour concilier la Parole de Dieu avec la science, les hommes qui ne se laissent pas guider par la Bible, fussent-ils des génies, deviennent le jouet de leurs fantaisies.

Le Créateur et son oeuvre dépassent tellement leur compréhension que, devant leur incapacité de les expliquer par les lois naturelles, ils rejettent le récit biblique comme inacceptable. Ceux qui doutent de la véracité de l’Ancien et du Nouveau Testament et qui, au nom des lois naturelles, considèrent comme légendaires les parties historiques de la Bible, font généralement un pas de plus : ils en viennent à douter de l’existence de Dieu, et privés d’ancre et de boussole, ils vont se briser sur les récifs de l’incrédulité. » Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 90.

À méditer

  • Nous voyons se réaliser, dans le domaine scientifique en particulier, certains avertissements d’Ellen G. White. Lesquels ? Qu’enseigne la science, en tout cas aujourd’hui, qui est en totale contradiction avec la Parole de Dieu ?
  • Alfred North Whitehead, mathématicien et auteur influent qui a vécu au siècle précédent, a déclaré ceci : « Il y a cinquante-sept ans, il est arrivé quelque chose alors que j’étais jeune étudiant à l’Université de Cambridge. Des hommes brillants m’enseignaient la science et les mathématiques, et j’avais de bons résultats. Depuis le changement de siècle, j’ai vu chacune des hypothèses de l’un et l’autre domaine mises de côté. […] Et pourtant, face à cela, ceux qui découvrent de nouvelles hypothèses scientifiques déclarent : Enfin, ça y est, nous avons des certitudes » A. N. Whitehead, Dialogues of Alfred North Whitehead. Que nous indique cette déclaration sur la prudence dont nous devons faire preuve quand nous acceptons ce que les « grands hommes » de ce monde nous enseignent, en particulier quand ce qu’ils enseignent est aux antipodes de la Parole de Dieu ?
  • Citez des merveilles de la Création révélées par la science moderne que les gens de l’époque de Job (ou même ceux qui vivaient ne serait-ce qu’il y a deux cents ans) n’auraient pas pu comprendre ? En quoi ces choses nous révèlent-elles davantage de l’étonnante puissance créatrice de notre Seigneur ?

VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-79<< VERSION PDF
edsguide4t2016-75>> VERSION MP3

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :