• EDS – Samedi 31 décembre – L’ESPRIT ET LA PAROLE

    ′SABBAT APRÈS-MIDI

    Étude de la semaine :
    2 P 1.19-21 ; 1 Co 2.9-13 ; Ps 119.160 ; Jn 17.17.

    Verset à mémoriser :
    « Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour réfuter, pour redresser, pour éduquer dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit à la hauteur, parfaitement équipé pour toute oeuvre bonne. » (2 Timothée 3.16,17)

    La Bible déclare ceci à propos d’elle-même : « Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour réfuter, pour redresser, pour éduquer dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit à la hauteur, parfaitement équipé pour toute oeuvre bonne » (2 Tm 3.16,17.) La Bible remplit ce rôle car elle est la Parole de Dieu révélée à l’humanité, à travers l’oeuvre du Saint-Esprit. Dans la Bible, le Saint-Esprit nous révèle la volonté de Dieu à notre égard, nous montrant comment mener une vie qui lui plaît. Mais le Saint-Esprit n’a pas seulement été actif par le passé, aux origines de la Bible.
    Il est impliqué dans la Parole de Dieu de bien des manières, encore aujourd’hui. Le plus important est peut-être de lire la Parole et de souhaiter la comprendre de manière juste. C’est là que nous avons besoin du Saint-Esprit. Ce même Esprit divin éveille en nous la soif d’accueillir la Parole de Dieu et d’appliquer ses enseignements dans nos vies. Ainsi, l’Esprit agit avec et par la Parole écrite pour faire de nous de nouvelles créatures en Christ.

    Cette semaine, nous suivrons l’action du Saint-Esprit en lien avec la Bible.


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSCombiné1T2017- Samedi 31 décembre<< VERSION PDF

    Fichier audio MP3 ci-dessous

  • EDS – Vendredi 30 décembre – Pour aller plus loin

    Au fil des siècles, le livre de Job a enchanté, éclairé et déconcerté les lecteurs juifs, chrétiens, et même musulmans (qui ont leur propre variante du récit biblique). Déconcerté, car comme nous l’avons vu, en lui-même le livre laisse beaucoup de questions sans réponse. En un sens, cela ne devrait pas nous surprendre. Après tout, de Genèse à Apocalypse, quel livre de la Bible ne laisse aucune question sans réponse ? Même dans sa globalité, la Bible ne répond pas à toutes les questions qu’elle soulève. Si les thèmes qu’elle aborde, la chute de l’humanité et le plan du salut, sont des sujets que nous étudierons pendant l’éternité (Ellen G. White, Le grand espoir, p. 499), comment un seul livre, même inspiré par le Seigneur (2 Tm 3.16), pourrait-il répondre à toutes nos questions, tout de suite ?

    Mais le livre de Job n’existe pas isolément. Il fait partie d’un tableau plus grand, révélé dans la Parole de Dieu. Et en tant qu’élément d’une grande mosaïque spirituelle et théologique, il nous présente un puissant message, d’une portée universelle, en tout cas pour les disciples de Dieu. Et ce message est le suivant : fidélité dans l’adversité. Job est un exemple vivant des paroles de Jésus : « Celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé » (Mt 24.13). Quel disciple de Jésus, cherchant à faire ce qui est bien, n’a jamais parfois affronté des malheurs inexplicables ? Quel disciple de Jésus, cherchant à être fidèle, n’a jamais affronté des défis pour sa foi ? Quel disciple de Jésus, cherchant du réconfort, n’a jamais fait été accusé en retour ? Et pourtant, le livre de Job nous présente un exemple de quelqu’un qui, face à tout cela et bien plus, a conservé sa foi et son intégrité. Et puisque par la foi et par grâce, nous faisons confiance à celui qui est mort sur la croix pour Job, et pour nous, le message qui nous est adressé est celui-ci : « Va, et toi aussi, fais de même » (Lc 10.37).

    À méditer

    • Mettez-vous dans la tête d’un Juif qui, connaissant le livre de Job, a vécu avant la venue de Jésus. D’après vous, quelles questions cette personne aurait-elle que nous, qui vivons après Jésus, n’avons pas ? Autrement dit, en quoi l’histoire de Jésus et de ce qu’il a fait pour nous nous aide à mieux comprendre le livre de Job ?
    • Quand vous rencontrerez Job, quelle sera la première question que vous lui poserez, et pourquoi ?
    • Quelles questions et quels enjeux du livre de Job n’avons-nous pas étudié ce trimestre ?
    • Quelle est la principale notion spirituelle que vous avez retenue de cette étude de Job ? 

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 100<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-100>> VERSION MP3
  • Que demander dans nos prières?

    Quelles choses puis-je demander avec la certitude de les recevoir?

    Demandez l’accomplissement des promesses divines : «Chaque pro-messe de la Parole de Dieu, reposant sur un serment de Jéhovah,nous invite à la prière. Mais quelle que soit la bénédiction dont nous ayons besoin, demandons-la au nom de Jésus. […] Nous pouvons lui faire part de nos besoins temporels : la nourriture et le vêtement, aussi bien que de nos besoins spirituels : le Pain de Vie et le vêtement de la justice du Christ. Notre Père céleste, sachant que tout cela nous est nécessaire, nous invite à nous adresser à lui au nom de Jésus1
    Présentez vos besoins : «Toute âme a le privilège de pouvoir présenter au Seigneur ses besoins particuliers et d’offrir des actions de grâce pour les bienfaits qu’elle reçoit chaque jour2
    Priez pour la cause de Dieu : «Les intérêts variés de la cause de Dieu nous fournissent des sources de réflexion et d’inspiration pour nos prières3.»
    Demandez le Saint-Esprit : «Il est nécessaire maintenant de prier davantage. La dispensation sous laquelle nous vivons doit être,pour ceux qui le demandent, la dispensation du Saint-Esprit.Demandez sa bénédiction. Il est temps que nous manifestions plus de ferveur dans notre dévotion. Le Seigneur s’attend à ce que nous le lui demandions 4.»

    Demandez la sagesse et la puissance : «Après avoir demandé au Seigneur de vous venir en aide, ayez confiance en lui, et croyez qu’il vous exaucera. Toute sagesse et toute puissance sont à notre dis-position. Il suffit de les demander5.»
    «Il nous faut la sagesse d’en haut pour triompher de l’erreur et des séductions du diable6.»
    La compréhension de la Parole de Dieu : «Sans la prière, nul n’est ensûreté un seul jour ni une seule heure. Supplions tout spéciale-ment le Seigneur de nous donner l’intelligence de sa Parole où sont dévoilés les pièges de Satan, ainsi que les moyens d’y échapper. Lediable est expert dans l’art de citer les Écritures et de les interpréter à sa façon pour nous faire trébucher7.»

    La compréhension des temps dans lesquels nous vivons : «Demandezavec ferveur de recevoir la compréhension des temps dans lesquelsnous vivons, une conception plus large des desseins de Dieu, etune efficacité plus grande pour gagner des âmes8.»
    La perfection «Le Seigneur aime voir faire son travail aussi par-faitement que possible9.»

    «Que les ouvriers qui sont aujourd’hui au service de Dieu lui demandent la sagesse et le discernement pour accomplir parfaite-ment son œuvre10.»
    1. Une vie meilleure, p. 155.
    2. Témoignages, vol. 3, p. 505.
    3. Testimonies, vol. 4, p. 459.
    4. Testimonies to ministers, p. 511, 512.
    5. Rayons de santé, p. 385.
    6. Premiers écrits, p. 87.
    7. La tragédie des siècles, p. 578.
    8. Selected Messages, vol. 2, p. 400.
    9. Ellen G. White Comments, in SDA Bible Commentary, vol. 1, p. 1108.
    10. Idem.
     
    Source : Extrait du livre "Apprends à prier" - Page 17

    APPRENDS-NOUS À PRIER

    Un choix judicieux de citations d’Ellen White, accompagnées d’’exemples de prières et de questions pratiques. Textes tirés de la Bible en version française fondamentale, « Parole de vie ».

  • EDS – Jeudi 29 décembre – Jésus et Job

    Les étudiants de la Bible ont cherché au fil des siècles à trouver des parallèles entre l’histoire de Job et l’histoire de Jésus. Et bien que Job ne soit pas exactement un « type » de Jésus (comme l’étaient les animaux dans le système sacrificiel), certains parallèles existent bien. Dans ces parallèles, nous trouvons une autre leçon à tirer de Job : c’est le prix que notre salut a coûté au Seigneur.

    Comparez Job 1.1 et 1 Jean 2.1 ; Jacques 5.6 et Actes 3.14. Quels sont les parallèles à faire ici ?
    Lisez Matthieu 4.1-11. Quels parallèles existent ici entre Jésus et Job ?
    Lisez Matthieu 26.61 ; Luc 11.15,16 et Jean 18.30. En quoi ces textes sont-ils comparables à l’expérience de Job ?
    Comparez Job 1.22 et Hébreux 4.15. Quels sont les parallèles ?

    Ces textes révèlent des parallèles intéressants entre les expériences de Job et de Jésus. Job, bien entendu, n’était pas sans péché, comme l’était Jésus. Néanmoins, c’était un homme fidèle et juste, dont la vie rendait gloire au Père. Job a été cruellement éprouvé par le diable, tout comme Jésus. Tout au long du livre de Job, Job a été faussement accusé. Jésus aussi a dû faire face à de fausses accusations.

    Finalement, et c’est peut-être le plus important, malgré tout ce qui est arrivé, Job est resté fidèle au Seigneur. Et, avec des conséquences bien plus grandes pour nous, Jésus est resté fidèle également. Malgré tout ce qui lui est arrivé, Jésus a vécu une vie sans péché, une vie qui incarnait parfaitement le caractère de Dieu. Jésus était « l’expression de sa personne » (He 1.3, S21), et ainsi il était le seul à avoir la justice requise pour le salut, « justice de Dieu, par la foi de Jésus-Christ, pour tous ceux qui croient. Car il n’y a pas de distinction » (Rm 3.22).
    Job, sa grande souffrance, et sa non moins grande fidélité au milieu de la souffrance, n’étaient pourtant qu’un pâle reflet de ce que Jésus, son Rédempteur, aurait à affronter en son nom, et en notre nom, quand il viendrait et « qu’à la fin il se dressera[it] sur la terre » (Job 19.25, PDV).


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 99<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-99>> VERSION MP3
  • EDS – Mercredi 28 décembre – Plus que des épines et des chardons

    Comme nous le savons tous, et certains d’entre nous un peu plus que les autres, la vie est dure. Dès l’Éden, après la Chute, nous avons une esquisse de combien elle allait être dure, quand le Seigneur a fait savoir à nos premiers parents ce que seraient quelques-unes des conséquences de leur transgression (voir Gn 3.16-24). Mais ce n’était que des indicateurs. Après tout, si les seules difficultés de la vie consistaient en des épines et des chardons, l’existence humaine serait radicalement différente de ce qu’elle est aujourd’hui.

    Nous regardons autour de nous, et que voyons-nous, à part souffrance, maladie, pauvreté, guerre, crime, dépression, pollution, et injustice ? Hérodote, historien grec, a évoqué une culture où les gens pleuraient, oui pleuraient, lors de la naissance d’un enfant, car ils connaissaient le chagrin et la souffrance inévitables que l’enfant connaîtrait quand il arriverait à l’âge adulte. Cela semble morbide, mais qui peut contester la logique ?

    Le livre de Job a cependant un message à nous laisser sur la condition humaine. Comme nous l’avons vu, Job peut être considéré comme un symbole de l’humanité, car nous souffrons tous, et souvent de manières qui semblent totalement injustes, et disproportionnées par rapport aux péchés que nous avons tous forcément commis. Ce n’était pas juste pour Job, et ce n’est pas juste pour nous.

    Et pourtant, dans tout cela, ce que le livre de Job a à nous dire, c’est que Dieu est là, Dieu sait, et Dieu promet que tout cela ne sera pas pour rien. Les auteurs profanes aussi bien que les auteurs athées ont du mal à donner du sens à une vie absurde qui s’achève par la mort éternelle. Ils se débattent dans leur quête de réponses, et ne trouvent en fait absolument rien du tout, car cette vie, en soi, n’offre rien.
    Il y a une philosophie athée appelée « nihilisme », du mot latin nihil, qui signifie « rien ». Le nihilisme enseigne que notre monde et nos vies dans le monde ne signifient rien. Le livre de Job, lui, nous désigne une réalité transcendante au-delà du nihil dont nous menacent nos vies mortelles. Il nous désigne Dieu et un champ d’existence dont nous pouvons tirer de l’espoir. Il nous dit que tout ce qui nous arrive n’arrive pas dans le vide, mais qu’il y a un Dieu qui sait tout de ce qui arrive, un Dieu qui promet de tout arranger un jour.

    Même si le livre de Job laisse certaines grandes questions sans réponse, il ne nous laisse pas avec rien d’autre que la poussière et les cendres de nos vies dans les mains (voir Gn 3.19 ; Job 2.8). Au lieu de cela, il nous laisse l’espoir des espoirs, l’espérance de quelque
    chose qui dépasse ce que nos sens immédiats perçoivent. Quels textes bibliques disent explicitement que nous avons une grande espérance
    qui transcende tout ce que ce monde offre ? Voir par exemple He 11.10 ; Ap 21.2.


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 98<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-98>> VERSION MP3
  • C′est la saison des fêtes et… des troubles intestinaux.

    Si vous avez entendu que « la grippe intestinale » ou « la gastro-entérite » contamine vos amis et collègues, que ce soit bureau ou ailleurs, vous n’êtes pas le seul. Les mois de Novembre à Avril sont les plus communs pour la gastro-entérite, une infection de l’estomac ou de l’intestin causées par des bactéries ou un virus.

    Les symptômes de maux d’estomac peuvent inclure certains ou tous les éléments suivants :

    • Des crampes d’estomac
    • Douleur d’estomac
    • La nausée
    • Vomissement
    • La diarrhée
    • Faible fièvre
    • Mal de tête

    Les symptômes de la gastro-entérite peuvent être intense, mais généralement disparaissent en quelques jours. Si les symptômes durent plus longtemps ou empirent, vous devriez aller aux urgences ou appeler votre médecin de famille. Il y a des médicaments en vente libre qui peuvent aider à soulager certains des symptômes et des antibiotiques sont disponibles si l’infection est causée bactéries.

    Les virus, comme le norovirus ou Rotavirus, sont les causes les plus courantes de gastro-entérite. Ils peuvent également être causées par des bactéries telles que E. coli ou Salmonella. Les maux d’estomac ont tendance à être très contagieux et se propagent rapidement et facilement.

    Le traitement des maux d′estomac

    « Le meilleur traitement est le repos et beaucoup d’eau pour aider à prévenir la déshydratation », dit Richard Samuel, MD, un médecin de soins d’urgence au Centre de soins Adventiste HealthCare Urgent Care. Il recommande également : Mangez des aliments fades en essayant de régler des maux de ventre. Utilisez le régime Bananes, riz, compote de pommes et pain grillé. Restez à la maison si vous ressentez des symptômes. Essayez un yaourt probiotique. Cela permettra de restaurer quelques-unes des bonnes bactéries dans votre intestin et vous aidera à retourner à une digestion normale. « Surveillez les signes de déshydratation et appelez votre médecin si vous sentez que vous avez la bouche sèche, si vous avez certaines faiblesses, diminution de la miction (difficulté à uriner), des étourdissements et des maux de tête », explique le Dr Samuel. Vous devez également appeler votre médecin si vous avez du sang dans vos urines ou dans les selles, des vomissements qui dure depuis plus de deux jours et une fièvre de plus de 37,8 degrés pour un nourrisson et 39 degrés chez les adultes.

    Comment arrêter la propagation

    Le lavage fréquent des mains est la meilleure façon de prévenir la propagation des maladies de l’estomac et des autres maladies contagieuses. C’est également une bonne idée de se nettoyer régulièrement (avec des lingettes nettoyante) les parties communes de la maison et les surfaces de contact comme les poignées de porte, les bureaux et les interrupteurs d’éclairage et d’éviter tout contact avec une personne infectée. En outre, note le Dr Samuel, si vous avez mal à l’estomac, rester à la maison et à l’écart des autres jusqu’à ce que vous ne l’ayez plus de symptômes pendant 24 heures.

    Sources: Centers for Disease Control and Prevention - http://blog.adventisthealthcare.com/2016/12/16/tis-season-tummy-troubles/

    SANTÉ ET BIEN-ÊTRE

    L’opportunité vous est donnée de vous joindre à la distribution mondiale, prévue par la Conférence Générale des Adventistes du 7ème Jour le 18 avril 2015 et intitulée : Journée Impact Santé. L’objet de cette distribution porte sur le livre Santé et Bien-être : Des secrets qui changent la vie. Ce livre propose quelques pistes pour vivre une vie longue et en bonne santé. Les sujets qui portent sur la santé le bien-être couvrent des thèmes liés à la dépression, la résilience, les relations saines, la vie active, l’alimentation saine, la foi en Dieu… Le but est d’offrir à nos contemporains une réflexion sur la santé. De Mark Finley. Existe aussi en numérique.

  • EDS – Mardi 27 décembre – Avec des amis pareils…

    Tout au long du livre de Job, les trois (puis quatre) hommes qui sont venus parler à Job l’ont fait avec de bonnes motivations. Ils avaient entendu parler de ce qui lui était arrivé, et ils sont venus « pour partager sa peine et le consoler » (Job 2.11, PDV). Cependant, après que Job a commencé à parler en déplorant les tragédies qui le frappaient, ils ont apparemment senti qu’il était plus important pour eux de remettre Job à sa place et de rectifier sa théologie plutôt que d’encourager leur ami abattu et lui remonter le moral. Ils avaient tout faux, encore et toujours. Mais imaginons qu’ils avaient tout compris.

    Imaginons que toutes ces choses étaient arrivées à Job parce qu’il les avait méritées. Ils auraient pu avoir raison théologiquement parlant, et puis après ? Job avait-il besoin d’une théologie juste ? Ou bien avait-il besoin de quelque chose de totalement différent ?

    Lisez Jean 8.1-11. De quoi Jésus fait-il preuve et qui manquait cruellement à ces hommes ?

    Dans cette histoire, il y a une grande différence entre la femme prise en flagrant délit d’adultère et ses accusateurs d’un côté, et Job et ses accusateurs de l’autre. La femme était coupable. Elle était peut-être moins coupable de péché que ceux qui l’accusaient, mais sa culpabilité ne faisait aucun doute, quelles qu’étaient les circonstances atténuantes. A contrario, Job n’était pas coupable, en tout cas pas de ce dont
    ses accusateurs l’accusaient. Mais même s’il avait été coupable comme cette femme, ce dont Job avait besoin de la part de ces hommes, c’était de grâce et de pardon, tout comme cette femme, et tout comme n’importe quelle personne qui souffre. « En pardonnant à cette femme et en l’encourageant à mener une vie meilleure, le caractère de Jésus resplendit dans la beauté d’une parfaite justice. Sans pallier le péché,
    sans amoindrir le sentiment de culpabilité, il s’efforce non pas de condamner, mais de sauver. Le monde n’avait pour cette femme que du mépris ; mais Jésus prononce des paroles de consolation et d’espérance. » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 457-458.

    Ce que le livre de Job devrait nous enseigner, c’est que nous avons besoin de donner aux autres ce que nous aimerions qu’on nous donne si nous étions à leur place. Il y a certainement un temps pour les reproches, mais avant d’assumer ce rôle, nous devons nous rappeler avec humilité que nous sommes nous-mêmes des pécheurs.

    Comment apprendre à avoir davantage de compassion pour ceux qui souffrent, même quand ils sont la cause de leur souffrance ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 97<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-97>> VERSION MP3
  • EDS – Lundi 26 décembre – Un être maléfique

    L’une des grandes questions qui posent problème aux raisonnements humains, c’est celle du mal. Bien que certains philosophes, et même des religieux, nient l’existence du mal ou pensent que l’on devrait au moins abandonner le mot, la plupart des gens ne sont pas d’accord. Le mal est réel. Il fait partie de ce monde. On peut certes discuter de ce qui est mal ou non, mais la plupart d’entre nous (pour paraphraser un juge de la Cour suprême des États-Unis dans un autre contexte) « le reconnaissent quand ils le voient ».
    On classe parfois le mal dans deux grandes catégories : naturel et moral. Le mal naturel, c’est le genre de malheur qui survient lors de catastrophes naturelles, comme les séismes, les inondations ou les épidémies qui entraînent leur lot de souffrances. Le mal moral, c’est la conséquence d’actions délibérées d’autres êtres humains, comme le meurtre ou le vol.

    Toutes sortes de théories, anciennes et modernes, ont tenté d’expliquer l’existence du mal. En tant qu’adventistes du Septième jour, nous croyons que la Bible nous enseigne que le mal a commencé à la chute d’un être créé, Satan. La culture populaire, alimentée par les spéculations matérialistes philosophiques, a rejeté l’idée de Satan. Mais on ne peut faire cela qu’en rejetant le témoignage clair de la Bible, qui décrit Satan comme un être réel qui cherche à faire autant de mal que possible aux humains. Le livre de Job montre cette vérité de manière particulièrement nette.

    Lisez Job 1.1 à Job 2.8. En quoi ces deux chapitres nous aident-ils à comprendre le rôle de Satan dans le mal, si omniprésent dans le monde ?

    Dans le cas de Job, Satan était directement responsable des malheurs, aussi bien moraux que naturels, qui lui arrivaient. Mais ce que nous voyons dans le livre de Job ne signifie pas nécessairement que le moindre exemple de malheur ou de souffrance soit directement lié à une activité démoniaque. Le fait est que, comme les protagonistes du livre de Job, nous ne connaissons tout simplement pas toutes les raisons pour lesquelles des choses terribles arrivent. En fait, le nom de « Satan » n’a jamais été mentionné dans les dialogues concernant les malheurs de Job. Les intervenants ont blâmé Dieu, ils ont blâmé Job, mais jamais Satan lui-même. Néanmoins, le livre de Job devrait nous montrer qui est responsable, en fin de compte, du mal qui règne sur terre.

    Que nous disent les textes suivants sur la réalité de Satan ? Ap 12.12 ; Mt 4.10 ; Mt 13.39 ; Lc 8.12 ; Lc 13.16 ; Lc 22.3,31 ; Ac 5.3 ; 1 P 5.8.
    Plus important encore, quels exemples avez-vous de l’influence de Satan dans votre vie ? Comment vous protéger de lui ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 96<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-90>> VERSION MP3
  • EDS – Dimanche 25 décembre – Par la foi et non par la vue

    Lisez 2 Corinthiens 5.7 et 2 Corinthiens 4.18. Quelles vérités cruciales sont révélées dans ces textes ?
    Comment ces vérités peuvent-elles nous aider, alors que nous cherchons à devenir de fidèles disciples du Seigneur ?

    Le contexte immédiat de 2 Corinthiens 4.18 est eschatologique, il évoque la fin des temps, quand nous serons revêtus d’immortalité, une grande promesse que nous n’avons pas encore vue s’accomplir. C’est une promesse que nous devons accueillir par la foi et non par la vue, car elle ne s’est pas encore réalisée.

    De la même manière, le livre de Job nous montre que la réalité va bien au-delà de ce que nous pouvons voir. Mais cela ne devrait pas être une notion si difficile pour des gens vivant à notre époque, où la science nous révèle l’existence de forces invisibles tout autour de nous.
    Dans une grande ville, un prédicateur se tenait devant une église réunie. Il demanda à l’assemblée de se taire. Durant quelques secondes, on n’entendit aucun bruit. Il sortit alors une radio et l’alluma, jouant avec le bouton des différentes stations. Toutes sortes de sons sortirent de la radio.

    « Laissez-moi vous poser une question, demanda-t-il. D’où venaient ces sons ? Venaient-ils de la radio elle-même ? Non, ces sons étaient dans l’air tout autour de nous, sous forme d’ondes radio, des ondes aussi réelles que ma voix l’est en ce moment même. Mais la manière dont nous sommes faits ne nous permet pas d’y avoir accès. Pourtant, le fait que nous ne puissions pas les voir ou les entendre ne signifie pas qu’elles n’existent pas, vous êtes bien d’accord ? »

    Autour de nous, quels éléments nous sont invisibles (comme les ondes ou la gravité) ? Quelles leçons spirituelles peut-on tirer du fait que non seulement ces forces invisibles existent, mais qu’elles ont un impact sur notre vie ?
    Comme le livre de Job l’a montré, aucune des personnes impliquées ne comprenait vraiment ce qui se passait. Tous croyaient en Dieu, avaient une certaine compréhension de lui, de son caractère et de sa puissance créatrice. Mais en dehors de la réalité purement factuelle, c’est-à-dire les tragédies de Job, ils n’avaient aucune idée de ce qui se tramait en coulisses.

    De la même manière, ne sommes-nous pas parfois aussi ignorants des réalités invisibles qui nous entourent ? Le livre de Job nous apprend ainsi qu’il nous faut apprendre à vivre par la foi, en prenant conscience de notre faiblesse et de notre incapacité à comprendre ces choses.


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 95<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-90>> VERSION MP3
  • EDS – Samedi 24 décembre – QUELQUES LEÇONS DU LIVRE DE JOB

    SABBAT APRÈS-MIDI

    Étude de la semaine :
    2 Co 5.7 ; Job 1 ; Job 2.8 ; Mt 4.10 ; Mt 13.39 ; Jn 8.1-11 ; He 11.10 ; He 4.15.

    Verset à mémoriser :
    « Nous disons heureux ceux qui persévèrent. Vous avez entendu parler de la persévérance de Job et vous avez vu la fin que le Seigneur lui a accordée, car le Seigneur est plein de tendresse et de compassion. » (Jacques 5.11, S21.)

    Nous arrivons au terme de l’étude de ce trimestre consacrée à Job. Nous avons abordé beaucoup de sujets tirés du livre, mais nous devons admettre qu’il reste encore beaucoup de sujets à traiter, beaucoup de choses à apprendre. Bien entendu, même dans le monde profane, tout ce que nous apprenons et découvrons mène à davantage de choses à apprendre et à découvrir. Et s’il en est ainsi des atomes, des étoiles, des méduses, et des équations mathématiques, à combien plus forte raison de la Parole de Dieu !

    « Nous n’avons pas à douter de la Parole de Dieu parce que nous ne pouvons pas comprendre les mystères de sa providence. La nature nous offre constamment des merveilles qui dépassent notre compréhension. Serions-nous donc surpris de trouver dans le monde spirituel des mystères insondables ? C’est dans la faiblesse et dans l’étroitesse de l’esprit humain que réside la difficulté. » Ellen G. White, Education, p. 194.

    Pourtant, des mystères demeurent, en particulier dans un livre comme celui de Job, dans lequel une bonne partie des questions les plus délicates de la vie sont abordées.
    Néanmoins, nous examinerons cette semaine certaines leçons que l’on peut tirer de cette histoire, pour nous aider, comme Job, à être fidèle au Seigneur dans un monde compliqué.


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide4T2016 94<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-90>> VERSION MP3