Les chrétiens et les élections

5730624197_81a006bf3fPar Hugo A. Cotro

Question : Il y aura bientôt des élections dans mon pays, et le jeune adulte que je suis y participera pour la première fois de sa vie par son vote. Les slogans politiques et les déclarations contradictoires des différents candidats ne m’aident guère à décider lequel est le plus qualifié ou le plus digne de confiance. La loi m’oblige à accomplir mon devoir électoral et certains de mes amis chrétiens me disent que je devrais mettre dans l’urne un bulletin blanc et laisser Dieu manifester sa volonté souveraine, puisque, selon la Bible, « c’est lui […] qui renverse les rois et qui établit les rois » (Daniel 2.21, NBS). Que me conseillez-vous ?

Réponse : Je respecte l’opinion de vos amis, mais je doute qu’un vote blanc suffise à laisser le champ libre à « la volonté de Dieu dans l’arène politique », si une telle chose existe. Comme rien ne peut faire obstacle à la volonté divine, voter pour n’importe quel candidat revient au même que voter blanc. Non, je ne crois pas que Dieu agisse dans l’abstrait, mais que, comme le fait le mal, il intervient dans l’histoire et dans le monde par l’intermédiaire d’êtres humains, la seule différence étant que le mal, lui, n’a jamais manqué de volontaires pour l’aider.

En de nombreux cas, le résultat d’une élection n’a pas grand-chose à voir avec la volonté de Dieu, lequel remarque, dans Osée 8.4 : « Ils se sont donné des rois sans mon ordre et des princes à mon insu. » (NBS)

Dans la plupart des systèmes électoraux, voter blanc tend à favoriser le candidat ayant reçu le plus de voix. Vous avez la chance de vivre dans un pays organisant des élections auxquelles vous avez le privilège de participer. Souvenez-vous que même « la pire démocratie vaut mieux que la meilleure dictature ». Votre voix a une valeur !

Jésus nous a fait connaître les responsabilités qui sont les nôtres, en tant qu’êtres humains, envers Dieu et envers les autorités ayant le pouvoir de régir nos sociétés (Matthieu 22.21; voir aussi Actes 5.29).

« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

C’est pour cela, et malgré les imperfections de tout système politique ou électoral, qu’il faut songer à ces quelques questions devant servir à évaluer chaque candidat et à préparer votre choix électoral :

  • Que sait-on de ses activités politiques passées ?
  • Quelles furent ses initiatives et les a-t-il appliquées ?
  • A-t-il tenu les promesses faites en campagne électorale ou s’est-il adapté aux revendications des groupes d’intérêt ?
  • Comment a-t-il géré les finances publiques ?
  • Quel est le programme du parti qui le soutient ?
  • Dans quelle mesure ce programme est-il compatible avec les principes de l’éthique chrétienne ?
  • Quelle est la composition de son équipe ?
  • Qui sont ses conseillers ?
  • Avez-vous lu sa profession de foi ?
  • Ses propositions sont-elles réalistes ou simplement formulées afin d’attirer les suffrages ?
  • A-t-on de bonnes raisons de penser qu’il fera preuve de transparence si on l’élit à la charge qu’il brigue ?
  • Peut-on attendre de lui qu’il respecte et fasse respecter le fonctionnement indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire ?
  • Peut-on raisonnablement penser qu’il protégera la liberté de conscience de tous les habitants du pays ?
  • Pour autant qu’on puisse le savoir, sa conduite personnelle constitue-t-elle un exemple digne d’être suivi ?
  • Sa vie de famille et sa vie privée seront-elles un atout ou un fardeau pour son rôle de leader ?

J’admets que, dans ce monde imparfait, certaines de ces questions n’obtiennent pas de réponse sûre. Cet exercice fera travailler votre matière grise de citoyen utile ! Je sais aussi que l’on finit souvent par voter pour le candidat étant le moins contestable par rapport à nos convictions. Vous êtes, en tant que chrétien, responsable de cette évaluation et de l’exercice de vos droits de citoyen. Priez pour l’avenir de votre pays et choisissez votre bulletin de vote la conscience claire.

© Comité pour les étudiants et diplômés universitaires adventistes (CEDUA)
Source : http://dialogue.adventist.org/fr/18-2/cotro/les-chretiens-et-les-elections

evangile3dL’ÉVANGILE ÉTERNEL DANS UN MONDE EN MUTATION

Jon Paulien présente sa vision de la mission de l’Église et des nouvelles possibilités de témoignage auprès de nouveaux publics. L’apôtre Paul avait une vision exceptionnelle de la mission.

Les commentaires sont fermés