EDS – Jeudi 10 novembre – La seconde mort

La plus grande et la plus puissante manifestation du châtiment divin aura lieu à la fin des temps, avec la destruction des méchants, ce que la Bible appelle « la seconde mort » (Ap 20.14). Bien entendu, il ne faut pas confondre cette mort avec la mort qui concerne tous les descendants d’Adam. Il s’agit ici de la mort à laquelle les justes échapperont à la fin des temps, grâce au second Adam, Jésus-Christ (1 Co 15.26). A contrario, la seconde mort, comme d’autres châtiments vus au temps de l’Ancien Testament, est le châtiment direct de Dieu sur les pécheurs qui ne se sont pas repentis pour recevoir le salut en Jésus.

Lisez 2 Pierre 3.5-7. Que nous dit la Parole de Dieu sur le destin des méchants ?

« Le feu divin descend du ciel. La surface de la terre s’entrouvre. Les armes cachées dans ses profondeurs apparaissent. Des flammes dévorantes jaillissent de chaque abîme béant. Les rochers eux-mêmes sont en feu. Car il arrive, le jour, ardent comme une fournaise (Malachie 3.19). Les éléments embrasés se dissoudront et la terre, avec ses oeuvres, sera mise à découvert (2 Pierre 3.10). La surface de la terre ressemble à une gigantesque masse de métal en fusion, un vaste lac de feu bouillonnant. C’est le jour du jugement et de la perdition des impies, un jour de vengeance pour le Seigneur, une année de représailles pour la cause de Sion (Ésaïe 34.8). » Ellen G. White, Le grand espoir, p. 496.

Bien que le péché puisse entraîner son propre châtiment, il y a aussi des moments où Dieu lui-même punit directement le péché et les pécheurs, comme l’affirmaient les protagonistes de Job. Il est vrai que toute la souffrance dans ce monde est venue du péché. Mais il n’est pas exact de dire que toutes les souffrances sont un châtiment envoyé par Dieu pour punir les péchés. Ce n’était certainement pas le cas pour Job, ni pour la plupart des autres cas. Le fait est que nous sommes impliqués dans le grand conflit, et nous avons un ennemi qui cherche à nous faire du mal. La bonne nouvelle, c’est que, dans tout cela, nous savons que Dieu est là pour nous. Quelles que soient les raisons des épreuves que nous traversons, quelle que soit l’issue actuelle de ces épreuves, nous avons l’assurance de l’amour de Dieu, un amour si grand que Jésus est allé à la croix pour nous, acte qui, à lui seul, promet qu’il y aura un terme à toutes les souffrances.

Comment être sûr que la souffrance d’une personne est un châtiment direct de la part de Dieu ?
Si l’on n’en est pas sûr, dans ce cas, quelle est la meilleure approche face à cette personne qui souffre ?
Ou même face à notre propre souffrance ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-50<< VERSION PDF
edsguide4t2016-50>> VERSION MP3

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :