EDS – Dimanche 13 novembre – Protestation de Job

Eliphaz, Bildad et Tsophar n’avaient pas tort : Dieu punit le mal. Malheureusement, cette vérité ne s’appliquait pas à la situation de Job. La souffrance de Job n’était pas un cas de châtiment divin. Dieu ne le punissait pas pour ses péchés, comme avec Coré, Datan et Abiram. Et Job ne récoltait pas non plus ce qu’il avait semé, comme c’est si souvent le cas, non. Job était un homme juste. Dieu lui-même le dit (voir Job 1.8).
Ainsi, non seulement Job ne méritait pas ce qui lui arrivait, mais il savait qu’il ne le méritait pas. C’est ce qui rendait ses plaintes si tranchantes et si amères.

Lisez Job 10. Que dit-il à Dieu ici, et pourquoi cela a-t-il autant de sens, étant donné les circonstances ?

Dans les moments de grande tragédie, ceux qui croient en Dieu ne posent-ils pas la même question ? Pourquoi, Seigneur, as-tu pris la peine de me créer ? Ou bien Pourquoi est-ce que tu me fais ça ? Ou : À quoi bon être né, si c’était pour vivre ça ?
À nouveau, ce qui rend les choses plus difficiles à comprendre pour Job, c’est qu’il savait qu’il était fidèle à Dieu. Il lui a crié : « [tu sais] bien que je ne suis pas un méchant, et que personne ne délivre de ta main » (Job 10.7).
L’ironie est délicate ici : contrairement à ce que ses amis disaient, Job ne souffrait pas à cause de son péché. Le livre enseigne en fait le contraire : Job souffrait précisément parce qu’il était fidèle. Les deux premiers chapitres du livre le démontrent clairement. Job n’avait aucun moyen de savoir que c’était cela la cause, et même s’il avait pu le savoir, cela n’aurait probablement fait qu’accentuer son amertume et sa frustration. Bien que la situation de Job soit unique, elle est également universelle, en ceci qu’elle aborde la question universelle de la souffrance, en particulier quand cette dernière semble vraiment disproportionnée par rapport au mal que la personne a pu commettre.
C’est une chose que de dépasser la vitesse autorisée et de recevoir une amende. C’en est une autre de tuer quelqu’un en faisant un excès de vitesse. Que dire à quelqu’un qui croit qu’il souffre injustement ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-53<< VERSION PDF
edsguide4t2016-53>> VERSION MP3

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :