• La châtaigne : Tout savoir sur la châtaigne et ses recettes

    Qu’est-ce qui se cache sous cette bogue piquante ?
    Un fruit à l’écorce dure et lisse et à l’amande douce et parfumée : la châtaigne !



    Oublions toute de suite le Marron d’Inde ! Fruit de l’arbre de nos cours de récréation à la bogue (trop) dure, (trop) verte et (horriblement) piquante, cette variété est incomestible.

    Continuons dans les définitions : le marron et la châtaigne sont les mêmes fruits. Sous l’écorce lisse et brune, la châtaigne est séparée de ses jumeaux par une petite membrane ; tandis qu’un marron vit seul. Un arbre qui compte plus de 12% de châtaignes que de marrons est appelé « châtaignier ».

    Nous trouverons sur nos étals des marrons de Corse, de Sardaigne, d’Ardèche ou encore du Limousin : Marron Comballe, Bouche Rougre, Marigoule, Marron d’Ollargues.

    La châtaigne
    Période de consommation : de septembre à janvier

    Historique

    On trouve des châtaigniers dans les zones tempérées de l’Asie Mineure et de l’Europe. Aujourd’hui, c’est encore le seul fruit qui se récolte dans son cadre naturel. Les châtaignes ont longtemps été une source alimentaire importante. On utilise également son bois pour fumer et sécher les aliments et pour construire des charpentes des habitations, car le bois de châtaignier est naturellement protégé contre les vers et les insectes. De graves maladies, notamment la maladie de l’encre, ont détruit les châtaignerais à la fin du XIXe siècle. Les castanéiculteurs ont donc replanté des arbres venus d’Asie afin de reprendre la production. Ne manquez pas la Fête des Marrons entre octobre et novembre, un peu partout en France !

    Une amande riche en minéraux !

    La châtaigne est riche en minéraux et oligo-éléments. Elle apporte en effet 10 à 15 % de l’apport journalier recommandé en magnésium, 15 à 20 % de l’AJR en manganèse et 10 % de l’AJR en cuivre. La composition en vitamines est également très intéressante : bonne quantité de vitamines E, de vitamines C et de vitamines du groupe B. Malheureusement les qualités en vitamines se détériorent avec le temps. Il s’agit d’un fruit très énergétique. En effet, la châtaigne est riche en amidon, sucre de réserve, parfaitement digeste, qui se libère doucement en évitant une élévation trop rapide de la glycémie.

    Avec 180 kcal au 100 g, les châtaignes satisfont efficacement l’appétit, notamment grâce aux fibres. De plus, le mode de cuisson (à l’eau, à la vapeur ou grillé) ne nécessite aucune adjonction de matière grasse.

    Apports énergétiques

    … et les conserver
    Les châtaignes sont des produits frais qui doivent être rangés dans le bac à légumes du réfrigérateur.
    Il est possible de les congeler entières ou épluchées.

    On trouve également des châtaignes sèches, plus exactement fumées au bois de châtaignier, sur des claies.

    Faire découvrir, faire apprécier

    Nous connaissons la châtaigne grillée, à croquer dans les foires ou près du poêle en rentrant de promenade. Une fois épluchée, ce goût sucré et boisé peut accompagner merveilleusement une salade fraîche. Il suffira d’y verser un filet de vinaigre balsamique et/ou de l’huile de noix pour l’assaisonnement.

    La châtaigne passe incognito en purée, fait avec du lait et du persil. Et devient un réconfort gourmand en potage, accompagné de 2 ou 3 châtaignes grillées.

    En préparation sucrée, on craque pour les marrons glacés au sucre et les desserts moelleux à la crème de marron : charlotte, biscuit roulé, fromage blanc…

    Comment les préparer  ?

    Cuire à l’eau 15 min ou blanchir 5 min dans de l’eau bouillante si c’est juste pour les éplucher.

    Griller dans une poêle trouée ou au four 20 min.

    Astuces :  Avant de cuire les châtaignes : toujours les entailler, sinon elles éclatent.

    Afin de faciliter l’épluchage :

    si vous les cuisez à l’eau, entaillez l’écorce sur toute la largeur du côté bombé. Une fois cuite, il ne vous restera plus qu’à presser pour faire sortir la belle chair blanche.
    si vous les grillez, enveloppez-les dès la sortie du four ou du gril dans un linge humide ou du journal. L’écorce va se ramollir grâce à la condensation.[…]
    On trouve également de la farine de châtaigne pour faire du pain, des galettes ou des gâteaux aux noix et aux noisettes. Elle est plus douce au goût et ne contient pas de gluten. C’est pour cela qu’employée seule, cette farine ne peut pas lever, il faut la mélanger avec de la farine de blé par exemple.
    La châtaigne est un fruit sucré. Elle sert à la confection de crème et de confiture, à aromatiser avec des saveurs chaudes telles que la vanille, la muscade et la cannelle.

    Elle aime également le miel et la saveur des agrumes : oranges, clémentines.L’ingrédient passe-partout et qui parfume !

    Source : http://www.marmiton.org/ingredients/fruits_chataigne.aspx

    Découvrez nos livre de santé ici : http://www.viesante.com/produits-sante-famille-10-page-2
  • EDS – Jeudi 17 novembre – Les choses qu’on ne voit pas

    Lisez Proverbes 3.5. C’est un texte bien connu, mais quel message crucial a-t-il en réserve pour nous, en particulier dans le contexte de notre étude ?

    Bien que le cas de Job soit extrême, il reflète néanmoins la réalité de la souffrance humaine dans notre monde déchu. Nous n’avons pas besoin de l’histoire de Job ni même des autres histoires que l’on peut lire dans la Bible pour voir cette réalité. Nous la voyons tout autour de nous. Et en fait, dans une certaine mesure, nous la vivons tous. « L’être humain, né de la femme ! Sa vie est courte, il est saturé d’agitation. Il a poussé comme une fleur et il est coupé. Il fuit comme l’ombre et ne s’arrête pas. » (Job 14.1,2.)

    À nouveau, la question difficile ressurgit : comment expliquons-nous la souffrance, celle qui n’a aucun sens pour nous, celle où du sang innocent est versé ? Comme les premiers chapitres de Job l’ont montré, et comme la Bible le révèle ailleurs, Satan est un être bien réel, et il est la cause, directe ou indirecte, de beaucoup de souffrance. Comme nous l’avons vu plus tôt ce trimestre (voir leçon 2), le modèle du grand conflit nous aide à faire face à la réalité du mal dans notre monde. Néanmoins, il est parfois difficile de comprendre pourquoi ces choses arrivent. Parfois (souvent, en fait), les choses n’ont aucun sens. C’est dans des moments comme ceux-là, quand des choses incompréhensibles arrivent, que nous devons apprendre à avoir confiance en la bonté de Dieu. Nous devons apprendre à lui faire confiance même quand les réponses ne sont pas immédiatement claires, et quand nous ne voyons rien de bon sortir du malheur et de la souffrance autour de nous.

    On lit dans Hébreux 11.1 : « Or la foi, c’est la réalité de ce qu’on espère, l’attestation de choses qu’on ne voit pas ». D’après les choses que l’on voit, comment apprendre à faire confiance à Dieu pour les choses qu’on ne voit pas ? D’après ce que nous avons lu jusqu’à présent dans le livre de Job, en quel sens Job a-t-il appris à faire tout cela ? Comment apprendre à faire de même ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    edsguide4t2016-57<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-57>> VERSION MP3