• Les chrétiens et les élections

    5730624197_81a006bf3fPar Hugo A. Cotro

    Question : Il y aura bientôt des élections dans mon pays, et le jeune adulte que je suis y participera pour la première fois de sa vie par son vote. Les slogans politiques et les déclarations contradictoires des différents candidats ne m’aident guère à décider lequel est le plus qualifié ou le plus digne de confiance. La loi m’oblige à accomplir mon devoir électoral et certains de mes amis chrétiens me disent que je devrais mettre dans l’urne un bulletin blanc et laisser Dieu manifester sa volonté souveraine, puisque, selon la Bible, « c’est lui […] qui renverse les rois et qui établit les rois » (Daniel 2.21, NBS). Que me conseillez-vous ?

    Réponse : Je respecte l’opinion de vos amis, mais je doute qu’un vote blanc suffise à laisser le champ libre à « la volonté de Dieu dans l’arène politique », si une telle chose existe. Comme rien ne peut faire obstacle à la volonté divine, voter pour n’importe quel candidat revient au même que voter blanc. Non, je ne crois pas que Dieu agisse dans l’abstrait, mais que, comme le fait le mal, il intervient dans l’histoire et dans le monde par l’intermédiaire d’êtres humains, la seule différence étant que le mal, lui, n’a jamais manqué de volontaires pour l’aider.

    En de nombreux cas, le résultat d’une élection n’a pas grand-chose à voir avec la volonté de Dieu, lequel remarque, dans Osée 8.4 : « Ils se sont donné des rois sans mon ordre et des princes à mon insu. » (NBS)

    Dans la plupart des systèmes électoraux, voter blanc tend à favoriser le candidat ayant reçu le plus de voix. Vous avez la chance de vivre dans un pays organisant des élections auxquelles vous avez le privilège de participer. Souvenez-vous que même « la pire démocratie vaut mieux que la meilleure dictature ». Votre voix a une valeur !

    Jésus nous a fait connaître les responsabilités qui sont les nôtres, en tant qu’êtres humains, envers Dieu et envers les autorités ayant le pouvoir de régir nos sociétés (Matthieu 22.21; voir aussi Actes 5.29).

    « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

    C’est pour cela, et malgré les imperfections de tout système politique ou électoral, qu’il faut songer à ces quelques questions devant servir à évaluer chaque candidat et à préparer votre choix électoral :

    • Que sait-on de ses activités politiques passées ?
    • Quelles furent ses initiatives et les a-t-il appliquées ?
    • A-t-il tenu les promesses faites en campagne électorale ou s’est-il adapté aux revendications des groupes d’intérêt ?
    • Comment a-t-il géré les finances publiques ?
    • Quel est le programme du parti qui le soutient ?
    • Dans quelle mesure ce programme est-il compatible avec les principes de l’éthique chrétienne ?
    • Quelle est la composition de son équipe ?
    • Qui sont ses conseillers ?
    • Avez-vous lu sa profession de foi ?
    • Ses propositions sont-elles réalistes ou simplement formulées afin d’attirer les suffrages ?
    • A-t-on de bonnes raisons de penser qu’il fera preuve de transparence si on l’élit à la charge qu’il brigue ?
    • Peut-on attendre de lui qu’il respecte et fasse respecter le fonctionnement indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire ?
    • Peut-on raisonnablement penser qu’il protégera la liberté de conscience de tous les habitants du pays ?
    • Pour autant qu’on puisse le savoir, sa conduite personnelle constitue-t-elle un exemple digne d’être suivi ?
    • Sa vie de famille et sa vie privée seront-elles un atout ou un fardeau pour son rôle de leader ?

    J’admets que, dans ce monde imparfait, certaines de ces questions n’obtiennent pas de réponse sûre. Cet exercice fera travailler votre matière grise de citoyen utile ! Je sais aussi que l’on finit souvent par voter pour le candidat étant le moins contestable par rapport à nos convictions. Vous êtes, en tant que chrétien, responsable de cette évaluation et de l’exercice de vos droits de citoyen. Priez pour l’avenir de votre pays et choisissez votre bulletin de vote la conscience claire.

    © Comité pour les étudiants et diplômés universitaires adventistes (CEDUA)
    Source : http://dialogue.adventist.org/fr/18-2/cotro/les-chretiens-et-les-elections

    evangile3dL’ÉVANGILE ÉTERNEL DANS UN MONDE EN MUTATION

    Jon Paulien présente sa vision de la mission de l’Église et des nouvelles possibilités de témoignage auprès de nouveaux publics. L’apôtre Paul avait une vision exceptionnelle de la mission.

  • 5 solutions naturelles pour se préparer à l’arrivée du froid

    Young Man in hat playing with snow Outdoor Winter Lifestyle vacations nature on background

    Certains produits comme la gelée royale, l’échinacée et l’extrait de pépins de pamplemousse nous aident à ne pas tomber malade lors des changements de saison et de l’arrivée des premiers froids.

    Des températures hivernales, largement en-dessous des normales saisonnières de novembre, sont prévues dans l’Hexagone jusqu’au milieu de semaine. Comme l’annonçait Météo France, la neige a fait hier lundi son apparition à basse altitude. Les premiers flocons sont ainsi tombés hier matin sur la région parisienne. Pour aider notre système immunitaire à supporter ce changement et à éviter rhume, mal de gorge et autres virus typiques de la saison froide, voici quelques produits naturels très utiles.

    La propolis

    Riche en flavonoïdes et en acides phénols, la propolis est connue pour ses propriétés anti-infectieuses et immunostimulantes. Cette résine naturelle récoltée et renforcée par les abeilles sert à protéger les ruches, et notre organisme, des agressions extérieures. Pour prévenir les affections ORL et soulager le nez irrité, n’hésitez pas à en faire une cure continue jusqu’au printemps sous forme de gélules, d’extrait liquide, de teinture officinale ou de sachets de poudre, en respectant les dosages indiqués.

    Les vitamines C et D

    Notre alimentation joue un rôle essentiel dans le renforcement du système immunitaire. En faisant le plein de vitamine C grâce aux poivrons, aux papayes, aux kiwis, aux oranges et aux mangues, et de vitamine D qu’on trouve dans les poissons gras, l’organisme sera prêt à détruire les microbes en cas d’exposition au froid ou au stress. Des suppléments sont également disponibles en pharmacie.

    La gelée royale

    Produite par les abeilles nourricières à partir du miel et du pollen, la gelée royale est un concentré de minéraux, d’antioxydants, d’acides aminés, de sucre, de vitamines et d’acides gras. Elle contribue à l’équilibre du système nerveux, à protéger la mémoire, à diminuer le taux de cholestérol, ainsi qu’à stimuler nos défenses immunitaires et réguler l’inflammation provoquée par les maladies.

    L′extrait de pépin de pamplemousse

    Ce produit anti-inflammatoire et antibactérien serait capable d’agir contre près de 800 souches de bactéries et de virus à la fois en prévention et en traitement. Garder de l’extrait de pépins de citrus paradisi, fruit de pomelo, sans alcool, sans conservateur, sans additifs et sous sa forme liquide dans sa trousse à pharmacie est un excellent moyen de lutter contre n’importe quelle infection.

    L′échinacée

    Cette plante contient plusieurs actifs dont l’action stimule l’ensemble des agents de notre système immunitaire. Une cure de deux semaines par mois jusqu’à la fin de la période froide prévient les rhumes, les otites, les angines et les affections ORL en général. Les magasins spécialisés en vendent sous sa forme liquide, en capsules, en infusions, en décoctions ou en teinture mère.

    Source : http://www.santemagazine.fr/actualite-5-solutions-naturelles-pour-se-preparer-a-l-arrivee-du-froid-73365.html

    153-24strategies24 STRATÉGIES… POUR UNE MEILLEURE SANTÉ

    Le Docteur Timothy Arnott du Centre de style de vie d’Amérique a développé 24 principes sanitaires concis et pratiques. Basés sur les toutes dernières investigations scientifiques…

  • EDS – Mardi 8 novembre – Rétribution divine

    Les trois amis de Job avaient sans aucun doute des connaissances sur Dieu. En outre, ils étaient sérieux dans leurs efforts pour le défendre. Et comme nous l’avons vu, aussi malencontreuses qu’étaient leurs paroles (en particulier étant donné le contexte), ces hommes exprimaient aussi des vérités cruciales. Au centre des débats, il y avait l’idée que Dieu est un Dieu de justice et que le péché entraîne un châtiment sur les méchants, et des bénédictions spéciales sur les bons. Nous ignorons la période exacte à laquelle ces hommes vivaient, mais si l’on admet que Moïse a écrit le livre pendant qu’il se trouvait à Madian, on sait qu’ils vivaient avant l’Exode. Vraisemblablement, ils vivaient après le Déluge.

    Lisez Genèse 6.5-8. Nous ignorons ce que ces hommes (Eliphaz, Bildad, et Tsophar) savaient du Déluge, mais en quoi son histoire a-t-elle pu influencer leur théologie ?

    L’histoire du Déluge est clairement un exemple de rétribution divine. Dieu châtie directement ceux qui l’ont spécifiquement mérité. Cependant, l’idée de grâce apparaît même dans ce récit, comme on le voit dans Genèse 6.8. Ellen G. White a écrit également sur le fait que « chaque coup de marteau qui retentissait sur le bois de l’arche était un appel adressé au peuple »The Spirit of Prophecy, vol. 1, p. 70. Voir également Histoire de la rédemption, p. 60.

    Néanmoins, dans une certaine mesure, nous voyons dans cette histoire un exemple de ce que ces hommes prêchaient à Job. En quoi cette même idée de châtiment est-elle présente dans Genèse 13.13 ; 18.20-32 ; 19.24,25 ?

    Qu’Eliphaz, Bildad et Tsophar aient connu ou non ces événements, ils révèlent en tout cas la réalité du jugement direct de Dieu sur les méchants. Dieu ne s’est pas contenté d’abandonner les pécheurs à leur péché et de laisser ce péché les détruire, non. Comme avec le Déluge, Dieu a agi personnellement pour les punir. Il agit ici comme juge et destructeur de la méchanceté et du mal.

    Même si nous voulons (et devons) mettre en avant le caractère d’amour, de grâce et de pardon de Dieu, pourquoi ne devons-nous jamais oublier la réalité de sa justice ?
    Pensez à tout le mal qui demeure encore impuni. Qu’est-ce cela nous indique sur la nécessité de la rétribution divine, quels que soient le moment ou la manière dont elle se manifeste ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    edsguide4t2016-48<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-48>> VERSION MP3