L’allergie au gluten

shutterstock_227107810Les signes qui montrent une allergie au gluten

La majorité des personnes intolérantes au gluten restent très longtemps, voire toute leur vie, sans être diagnostiquées car les symptômes ne sont pas très marqués ou alors apparaissent de manière chronique, de sorte que la personne ne s’en préoccupe pas outre-mesure.

Certaines d’entre elles peuvent aussi ne pas avoir de symptômes du tout.  Il faut donc être particulièrement vigilant aux petits désagréments du quotidien auxquels on s’habitue mais qui pourraient cependant être marqueurs d’une maladie cœliaque.

Les symptômes digestifs

En cas de maladie coeliaque, plusieurs types de symptômes sont possibles mais ceux associés à la sphère digestive sont les plus courants. Parmi eux, on note :

  • -une diarrhée chronique, en alternance parfois avec de la constipation
  • -des vomissements
  • -des douleurs abdominales
  • -des ballonnements et des flatulences (émission de gaz intestinaux)
  • -un inconfort digestif global et permanent
  • -une perte d’appétit

Les symptômes non digestifs

Outre les signaux digestifs, d’autres symptômes, plus disparates, peuvent faire penser à une allergie au gluten. Ils doivent être associés aux symptômes digestifs évoqués plus haut, et se manifester sur plusieurs semaines, voire mois. Passage en revue des plus fréquents.  :

  • -une fatigue prolongée et inexpliquée
  • -une perte de poids inexpliquée
  • -une anémie ou une carence en vitamine B9 (acide folique)
  • -de l’ostéoporose et/ou une fracture
  • -une stérilité malgré des examens qui ont révélé un fonctionnement normal des organes génitaux chez les deux partenaires
  • -une atteinte des nerfs des membres (=neuropathie périphérique).
  • -des aphtes et/ou une atteinte des muqueuses buccales

Les symptômes décelables chez les bébés

Chez le nourrisson, les premiers symptômes surviennent seulement quelques semaines après l’introduction du gluten dans l’alimentation et non pas immédiatement. Des diarrhées qui deviennent chroniques et durent plusieurs semaines avec des selles abondantes, un manque d’appétit et un changement de comportement (bébé grognon, moins actif) peuvent faire penser à une allergie au gluten. La croissance et le poids de l’enfant sont parfois impactés.

Les symptômes décelables chez les enfants

Les symptômes de la maladie cœliaque chez l’enfant peuvent se révéler très divers. Ils sontsensiblement les mêmes que ceux des adultes, à savoir diarrhée chronique ou intermittente, nausées et/ou vomissements, douleurs abdominales, fatigue chronique, irritabilité, anémie, aphtes récidivants.

En plus des manifestations propres aux adultes, on notera : un possible retard de croissance, un retard dans le déclenchement de la puberté, ou une aménohrrée chez les jeunes filles.

Le diagnostic de l′intolérance au gluten

Une fois les symptômes identifiés et la maladie cœliaque suspectée, votre médecin traitant vous adressera alors à un gastro-entérologue pour un bilan complémentaire, qui comprend une prise de sang pour rechercher la présence d’anticorps propres l’allergie au gluten (IgA et IgG) et pour mettre en évidence une prédisposition génétique.

Le diagnostic est ensuite parfois confirmé avec des biopsies de l’intestin grêle sur la partie la plus proche de l’estomac réalisé au cours d’une endoscopie digestive. Celle-ci est réalisée sans anesthésie générale chez l’adulte ; chez l’enfant, une anesthésie générale est effectuée. L’analyse des prélèvements lors de la biopsie permet de déceler d’éventuelles lésions sur la paroi interne de l’intestin grêle et de mettre en place le traitement adéquat.

Les bilans complémentaires

Une fois le diagnostic confirmé par la biopsie, des examens complémentaires peuvent être prescrits afin de déceler d’éventuels dégâts déjà causés par la maladie : anomalies hépatiques, anémie par carence en fer, ostéodensitométrie pour mettre en évidence une éventuelle ostéoporose.

Quel traitement pour quelle efficacité ?

Aucun traitement réel n’existe à ce jour. Le traitement consiste à supprimer totalement le gluten de son alimentation. La chasse au gluten n’est pas aisée car de nombreux produits alimentaires, notamment les plats cuisinés et les viennoiseries/ biscuits, contiennent du gluten.  Néanmoins, les industriels proposent aujourd’hui des gammes sans gluten, en particulier en ce qui concerne l’alimentation destinée aux nourrissons.

L’efficacité du régime sans gluten mesurée à la disparition des manifestations des symptômes et à la restauration de la flore intestinale confirmera définitivement le diagnostic de l’intolérance au gluten.

Quelles sont les complications ?

L’intolérance au gluten peut, évoluer vers d’autres pathologies si un régime sans gluten n’est pas entrepris. Les complications les plus fréquentes sont :

  • -des carences en vitamines, minéraux, et lipides dues à une malabsorption intestinale.
  • -de l’ostéoporose
  • -de l’anémie
  • -une intolérance au lactose
  • -de la lithiase urinaire
  • -un lymphome intestinal

A ne pas confondre : sensibilité et allergie au gluten

Les spécialistes s’entendent depuis peu sur l’existence d’une sensibilité au gluten non cœliaque. Alors que l’intolérance au gluten est une réaction immunologique anomale vis-à-vis du gluten qui entraîne une altération de la membrane intestinale avec pour conséquence une malabsorption des nutriments, la sensibilité au gluten montre des résultats de tests normaux lors de la recherche des anticorps présents lors de maladie coeliaque malgré des symptômes bien présents : maux de ventre, diarrhée, constipation, etc.

Des recherches sont actuellement en cours pour mieux comprendre cette forme atténuée d’intolérance au gluten.

Les commentaires sont fermés