EDS – Vendredi 14 octobre – Pour aller plus loin

Si l’on étudie le livre de Job et que l’on se plonge dans l’hébreu, on se retrouve face à un phénomène intéressant. Les paroles que la femme de Job prononce sont généralement traduites par : « Maudis Dieu et meurs » (Job 2.9). Job 1.5 est traduit par : « Peut-être mes fils ont-ils péché, peut-être ont-ils maudit Dieu dans leur coeur ». Quant à Job 1.11, il est traduit par : « Mais étends ta main, je te prie, et touche à tout ce qui lui appartient : à coup sûr, il te maudira en face ». Cependant, dans chaque cas, le mot traduit par « maudire » vient d’un mot qui signifie « bénir ». Le terme, de la racine brk, est employé tout au long de la Bible pour dire « bénir ». C’est le même mot employé dans Genèse 1.22, quand Dieu bénit les créatures qu’il a faites. On le retrouve aussi au Psaume 66.8 : « Peuples, bénissez notre Dieu, faites retentir sa louange ! ».

Pourquoi donc le même verbe, qui signifie « bénir », est-il traduit par « maudire » dans ces quelques textes ? Pour commencer, si ces textes de Job impliquaient l’idée de « béni », ils n’auraient aucun sens. Dans Job 1.5, pourquoi Job voudrait-il offrir des sacrifices à Dieu au cas où ses fils auraient « béni » Dieu dans leur coeur ? Le contexte exige une signification différente. C’est la même chose avec Job 1.11 et 2.5. Pourquoi Satan penserait-il que Job va bénir Dieu si des catastrophes lui arrivent ?

Le contexte exige que le sens soit celui de maudire. De plus, pourquoi Job reprendrait-il sa femme pour lui avoir dit de bénir Dieu (Job 2.9,10) ? Vu le contexte, le texte n’a de sens que s’il implique l’idée de « maudire ». Dans ce cas, pourquoi l’auteur n’a-t-il pas employé l’un des termes habituels pour « maudire » ? Les spécialistes pensent qu’il s’agit d’un euphémisme, car le fait de mettre par écrit le simple fait de maudire Dieu était impensable pour la sensibilité religieuse de l’auteur (on voit le même phénomène dans 1 Rois 21.10,13, où le mot traduit par « blasphème » vient de brk, bénir).

Ainsi, Moïse a employé le terme « bénir » au lieu du véritable mot pour dire « maudire », bien qu’il soit évident que c’est l’idée de maudire qui était voulue.

À méditer

  • En temps de crise, pourquoi est-il naturel pour les gens de remettre en question la réalité ou l’identité de Dieu ? La dure réalité, c’est que nous vivons dans un monde déchu, un monde où le grand conflit est réel. Pourquoi ne doit-on jamais perdre de vue la réalité de la Croix ?
  • Nous avons connaissance de ce qui se tramait dans les coulisses de l’histoire de Job, mais pour autant que l’on sache, Job l’ignorait. La seule chose dont il était sûr à ce moment-là, c’était des tragédies qu’il devait affronter. Il ne connaissait rien du tableau d’ensemble. C’est une leçon pour nous : souvenons-nous, en temps d’épreuve, qu’il y a un tableau d’ensemble, que souvent nous ne voyons pas et ne comprenons pas. Comment apprendre à tirer du réconfort de cette idée ?

VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-23<< VERSION PDF
edsguide4t2016-23>> VERSION PDF

Les commentaires sont fermés