EDS – Mardi 18 octobre – Le plus ancien livre

« Malgré l’hypermédiatisation de ceux qui ne croient pas en Dieu, ceux qui croient en lui ont de nombreuses bonnes raisons d’y croire. Cependant, il demeure un éternel problème que beaucoup ont avancé au fil des siècles pour justifier leur incrédulité, et c’est le problème de la souffrance humaine et du mal. Comment est-il possible que Dieu soit suprêmement bon, suprêmement aimant et suprêmement puissant, et que le mal existe ?

Depuis toujours, cette question est une pierre d’achoppement pour beaucoup. Et d’ailleurs, pour être honnête, quel croyant, quelle personne qui a goûté à la réalité de Dieu et de son amour ne s’est jamais retrouvé, un jour ou l’autre, en difficulté face à cette question ?

Point intéressant : Ellen G. White a également enseigné ce que la tradition juive enseigne : Moïse a écrit Job à Madian. « Les longues années passées dans les solitudes du désert n’étaient pas vaines. Non seulement Moïse se préparait à la grande oeuvre qui l’attendait, mais pendant tout ce temps, sous l’inspiration du Saint-Esprit, il a rédigé le livre de Genèse ainsi que le livre de Job, qui serait lu avec le plus profond intérêt par le peuple de Dieu jusqu’à la fin des temps. » Voir également The SDA Bible Commentary, vol. 3, p. 1140.

Ce passage nous dit que des deux premiers livres de la Bible à avoir été écrits, l’un d’entre eux, Job, traite de l’universalité de la souffrance et de la douleur. Autrement dit, Dieu savait que cela constituerait une grande question pour les humains, et ainsi, dès le départ, dans la Parole, il fait écrire à Moïse l’histoire de Job. Dieu nous fait savoir, très tôt, que nous ne sommes pas seuls dans notre souffrance et notre douleur, mais qu’il est là, qu’il les connaît, et que nous pouvons avoir l’espoir qu’il arrangera tout à la fin.

Que nous enseignent les textes suivants sur la réalité du mal ? Mt 6.34 ; Jn 16.33 ; Dn 12.1 ; Mt 24.7.

On peut comprendre cet argument du mal pour nier l’existence de Dieu, mais à la lumière des Écritures, il n’a aucun sens. La Bible enseigne certes la réalité d’un Dieu omniscient, omnipotent et aimant, mais elle enseigne aussi que le mal, la souffrance et les malheurs sont bien réels. Le mal n’est pas une excuse pour ne pas croire en Dieu. En fait, une lecture rapide du livre de Job montre que même dans son découragement le plus total, Job n’a jamais remis en cause l’existence de Dieu. La véritable question à se poser, et qui est tout à fait valable celle-là, c’est celle de savoir pourquoi ces choses lui sont arrivées.

C’est bien naturel d’avoir des questions sur tout le mal que nous voyons. Comment apprendre à avoir confiance en la bonté de Dieu malgré ce mal ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-27<< VERSION PDF
edsguide4t2016-26>> VERSION MP3

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :