• Pourquoi chanter fait tant de bien ?

    Chanter permet de nous ouvrir à nos émotions et de les exprimer telles qu’elles viennent, sous leur forme brute, à la fois pour celui qui chante et pour celui qui écoute.  Plus qu’une voix, c’est l’émotion qui est palpable, qui émane en soi et autour de soi…  Un peu comme lorsqu’on crie pour faire sortir ce que l’on ressent. Mais crier, n’est pas chanter…

    Chanter pour apprendre à gérer ses émotions

    Celui qui chante apprend à libérer ses émotions certes, mais aussi à les apprivoiser et à les canaliser, ce qui demande beaucoup de concentration et une bonne maîtrise de sa respiration. Le chant apprend le contrôle des émotions (tout en les libérant) en apprenant à poser sa voix. Eu une fois qu’on sait poser sa voix, on sait se poser soi, ce qui permet de s’affirmer et de gagner en assurance. C’est d’ailleurs pour cette raison que certaines thérapies et techniques de développement personnel sont basées sur la pratique du chant.

    Chanter pour être en bonne santé !

    Le virus du chant est bon pour la santé ! D’après une étude allemande, le chant boosterait le système immunitaire en  renforçant les protections naturelles contre la maladie. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont fait des analyses chez les membres d’une chorale. Résultat,  le taux d’immunoglobulines A, des protéines qui luttent notamment contre les infections cutanées, était beaucoup plus élevé après qu’avant qu’ils aient chanté.

    Chanter pour faire du sport

    L’action de chanter met 300 muscles en mouvement dans tout le corps : muscles faciaux, muscles dorsaux, muscles abdominaux et même muscles du bas du corps, tout y passe.  Les muscles du visage étant très sollicités, retarderaient d’ailleurs l’apparition des rides. Chanter régulièrement améliore ainsi  la respiration, le souffle et la capacité pulmonaire, ce qui booste l’oxygénation du sang et le métabolisme de base. Conséquence : le corps est revitalisé avec de l’énergie à revendre.

    Chanter pour perdre du poids

    Chanter permet de brûler jusqu’à 200 calories par heure, soit autant qu’une heure de marche à une vitesse de 5 km/h pour une personne de 60 kilos. Si on associe la danse au chant, on peut en brûler beaucoup plus et donc avoir un vrai physique de star ! Pas étonnant que les Britney Spears, Beyoncé et autres Shakira gardent la ligne… Pour brûler un maximum de calories, il est préférable de chanter bien fort et en bougeant. Le nombre de calories brûlées en chantant dépendra surtout du poids corporel.

    Chanter pour lutter contre le cancer

    Une étude britannique a été menée pour prouver que le chant avait des vertus anti-cancer. Des prélèvements salivaires ont été effectués avant et après une heure de chorale sur des patients atteints d’un cancer : le niveau de stress (lié au cortisol mesuré) avait baissé et le système immunitaire des chanteurs était dopé grâce à une importante production de cytokine. Cette libération hormonale favorise les chances de guérison et de rémission.

    Chanter pour bien dormir

    Chanter pourrait améliorer certains troubles du sommeil liés aux ronflements et à l’apnée du sommeil. Les exercices vocaux musclent les tissus liés à la respiration, les muscles de la gorge, du thorax et du palais –, ce qui favorise leur détente et leur bon fonctionnement. Grâce à la libération d’endorphinesqu’il provoque, le chant aurait également un effet bénéfique sur l’insomnie.

    Chanter pour éviter la déprime

    Le fait de chanter (surtout dans les aigus  qui résonnent dans le haut du corps) stimulent le système nerveux. Ils luttent contre les maux de tête et les idées noires par la libération d’hormones de la bonne humeur, qu’on appelle scientifiquement les endorphines. Chanter réduit ainsi le niveau d’anxiété en abaissant le taux de cortisol.

    Chanter pour bien digérer

    Chanter en utilisant la palette des sons graves (qui résonnent dans le bas du corps) favorisent la digestion en détendant les muscles de la sphère aéro-digestive. Par ailleurs, ils détendent les muscles des jambes et du bassin. Chanter est donc particulièrement recommandé pour les personnes ayant des problèmes digestifs.

    Chanter pour un accouchement anti-douleur

    La psychophonie, utilisée dans les cours de préapration à l’accouchement, consiste à établir des correspondances vibratoires entre les sons et le corps en partant du principe que chaque son correspond à une partie du corps. C’est sur cette méthode que se base le chant prénatal, pour apprendre à la future maman à vivre sa grossesse sereinement et à appréhender l’accouchement avec le moins de douleurs possibles en détendant les muscles du périnée et en stimulant les contractions utérines.

    Source : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=chanter-bien-p1

    hl_3dHYMNES ET LOUANGES (SOLFIÉ)

    Un recueil de cantiques avec musique, qui a fait ses preuves. La première édition remonte à 1933 ! 654 cantiques classés par thèmes, une partie chœoeurs et une partie choeœurs d’hommes.

     

     

  • EDS – Lundi 31 octobre – « Quel innocent a jamais péri ? »

    Lisez Job 2.11-13. Que nous dit ce texte sur la manière dont les amis de Job voyaient la situation ?

    Ayant eu vent de ce qui était arrivé à Job, ces hommes « se concertèrent » (Job 2.11). Autrement dit, ils ont prévu d’aller voir leur ami ensemble. Les versets indiquent qu’ils ont été sous le choc devant ce qu’ils ont vu, et ils ont commencé le processus de deuil avec lui.
    Le texte dit qu’ils se sont assis en silence, sans dire un seul mot. Après tout, qu’est-ce que l’on peut dire à quelqu’un qui se retrouve dans la situation de Job ? Pourtant, une fois que Job a pris la parole, pour protester, ces hommes ont eu beaucoup de choses à dire.

    Lisez Job 4.1-11. Quelle est l’idée générale des paroles qu’Eliphaz adresse à Job ?

    Ce que dit Eliphaz ici ferait une bonne introduction pour un livre sur la gestion du deuil. Le premier chapitre pourrait s’intituler : « Les choses à ne surtout pas dire à une personne endeuillée ». Certes, ces hommes compatissaient aux malheurs de Job, mais leur compassion n’allait pas plus loin que ça. Il semble que pour Eliphaz, la pureté théologique était plus importante que la consolation. C’est difficile d’imaginer quelqu’un qui s’approche d’une personne qui traverse tout ce que Job traverse, pour lui dire, en gros : « Hé bien, tu l’as certainement mérité, car Dieu est juste, et seuls les méchants souffrent de cette façon ».
    Même s’il était persuadé de cela, dans le cas de Job, quel était l’intérêt de le lui dire ? Supposez qu’un automobiliste en excès de vitesse perde toute sa famille dans l’accident qu’il a provoqué. Vous imaginez quelqu’un qui s’avancerait immédiatement vers lui, pour lui dire : « Dieu te punit pour avoir fait un excès de vitesse ! » ? Le problème avec ce que dit Eliphaz, ce n’est pas simplement sa théologie douteuse. Le problème, c’est surtout son manque de considération pour Job et pour tout ce qu’il traverse.

    Repensez à un moment où des gens vous ont réconforté alors que vous étiez dans le deuil ou la souffrance. Qu’ont-ils dit ? Comment l’ont-ils dit ?
    Qu’avez-vous appris de cette expérience qui pourrait vous aider quand vous vous retrouvez dans la position de celui qui doit réconforter une autre personne ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    edsguide4t2016-40<< VERSION PDF
    edsguide4t2016-40>> VERSION MP3