Que dit la Bible de l′homosexualité ? DOSSIER (Revue Signes des Temps)

Au-delà des débats, des réactions et des questions légitimes que l’homosexualité suscite, notamment auprès d’un public chrétien, il est utile d’en revenir à ce que disent les textes bibliques.

mariagehhLa Bible ne parle jamais de l’homosexualité dans le sens d′orientation sexuelle. Cependant elle se prononce sur la pratique homo-érotique, à savoir la relation sexuelle entre deux personnes du même sexe, sans faire un lien explicite entre la relation sexuelle et l’orientation sexuelle de ceux qui s’y engagent. Par conséquent, il n’est pas question d’homosexualité dans la Bible, mais seulement de pratiques homo-érotiques.

Quels passages sont le plus souvent évoqués et comment les comprendre ?

Dans l’Ancien Testament • Genèse 19.1-29 (Sodome)

Ce texte condamne la tentative de démasculiniser l’étranger (par un acte sexuel imposé) afin de jouir de lui sur les plans physique et psychologique par sa domination et son humiliation. D’après le récit biblique, le problème à Sodome n’est pas l’homosexualité en tant qu’identité sexuelle. On ne trouve pas non plus dans le texte une évaluation d’une relation entre deux personnes homosexuelles consentantes.

sodome-1

Ci-dessus : La destruction de Sodome et Gomorrhe, John Martin, 1852, huile sur toile, 212,3 cm x 136,3 cm, Laing Art Gallery, Newcastle, Royaume-Uni.

Ce passage biblique parle d’un acte homo-érotique qui allait être perpétré par « les gens de la ville, les hommes de Sodome… depuis les jeunes gens jusqu’aux vieillards, tout le peuple, sans exception ». Il s’agit donc d’un groupe hétérogène de personnes (qu’on suppose en majorité hétérosexuelles). Ce qui est pointé ici est la violence, pas l’homosexualité : « J’ai deux filles qui n’ont jamais eu de relations avec un homme ; je vais les faire sortir vers vous, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira. Seulement, ne faites rien à ces hommes, puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit ». Le Sodomite, dans le sens d’habitant de Sodome, n’est pas critiqué sur la base de ses orientations sexuelles, mais à cause de la violence, de l’orgueil et de la cruauté qui le caractérisent et qui, bien sûr, affecteront aussi sa manière de vivre sa sexualité (voir Ézéchiel 16.49, 50 ; Jérémie 23.14).
Voir aussi à ce sujet Juges 19. L’infamie pointée dans ce chapitre est l’humiliation de l’étranger par sa soumission sexuelle.

La Bible ne parle jamais de l’homosexualité
dans le sens d’orientation sexuelle. Cependant elle
se prononce sur la pratique homo-érotique

Il ne s’agit pas d’un texte utilisable dans une discussion sur l’homosexualité en tant qu’identité sexuelle, ni pour évaluer une relation amoureuse entre deux individus  consentants du même sexe.

• Lévitique 18.22 et 20.13

Ces textes condamnent l’acte homo-érotique pratiqué par les hommes (pas question de femmes, ici !). Pourquoi ? La raison n’est pas donnée, mais elle se comprend en tenant compte du contexte littéraire : ces deux textes se trouvent dans le Code de sainteté (Lévitique 17 à 26), un ensemble d’interdictions qui ne sont pas forcément (ou seulement) justifiées d’un point de vue moral, mais qui veulent préserver la
sainteté des Israélites par l’interdiction des pratiques suivantes : inceste, bestialité, polygamie, sacrifice d’enfant, contact avec une femme pendant ses règles, consommation de viande impure, manières de cuisiner impropres, mélange des fibres pour la confection de vêtements, semis concomittant de graines dans un jardin, etc. Toutes ces « abominations » sont des tabous, c’est-à-dire des éléments répugnants à éviter pour se distinguer des autres peuples et pour être rituellement apte à se présenter devant Dieu.

L’habitant de Sodome n’est pas critiqué sur la
base de ses orientations sexuelles, mais à cause
de la violence, de l’orgueil et de la cruauté qui le
caractérisent et qui, bien sûr, affecteront aussi sa
manière de vivre sa sexualité

Concernant l’homo-érotisme masculin, l’idée qu’un homme se laisse pénétrer comme une femme porte atteinte à la dignité et à l’autorité de l’homme en question et, par extension, de tout autre homme.
Dans une société patriarcale, cela est inconcevable. Il est remarquable de constater que l’Ancien Testament n’interdit pas l’acte homo-érotique entre femmes. Autre observation importante, il manque dans Lévitique 20.13 une réflexion de nature éthique : les deux hommes engagés dans un rapport de nature sexuelle sont tous les deux jugés coupables, sans forcément décliner des exceptions, par exemple dans
le cas d’un abus ou d’un viol. Une application à la lettre de ce texte produirait une condamnation sommaire, dans le cas d’un viol, de la victime avec son bourreau.

• Deutéronome 23.18, 19

La prostitution cultuelle1 était répandue en Israël après la séparation d’avec le royaume de Juda. Il est communément admis qu’une des fonctions principales de ce texte est de mettre en garde et de purifier le culte israélite des infiltrations liées au culte de la fertilité des populations cananéennes. Ici, l’enjeu n’est pas le phénomène homosexuel, mais tout d’abord l’infiltration de pratiques païennes dans le culte israélite. Certes, ces pratiques païennes se concrétisent, entre autres, par la prostitution sacrée (des hommes comme des femmes), qui est considérée comme une aberration. Cependant ce texte, tout en montrant une aversion envers la prostitution (en l’occurrence, sacrée) et, par extension, envers les relations homo-érotiques, ne se prononce pas sur l’orientation sexuelle en tant que telle.

Dans le Nouveau Testament

• Actes 15.19-21, 28, 29

L’inconduite sexuelle ou fornication (en grec : porneia) est une expression qui, dans la bouche d’un Juif du Ier siècle, fait référence aux nombreuses lois de pureté sexuelle exprimées en Lévitique 17 et 18,…

Dans le Nouveau Testament … la suite à découvrir dans la revue Signe des temps de septembre-Octobre 2016


magazine-cover-bw-3d-october-croppedREVUE SIGNES DES TEMPS ABONNEMENT 2017

La revue Signes des Temps est une revue à 6 parutions, elle cherche à poser un regard chrétien sur notre vie et notre époque. Une revue bimestrielle pour approfondir et partager sa foi.

Les commentaires sont fermés