L’homosexualité et la Bible – DOSSIER (Revue Signes des Temps)

Le texte biblique face à la réalité

La Bible n’est pas déconnectée de la réalité humaine mais éclaire au contraire notre vécu à toute époque. Que peuvent nous dire aujourd’hui les textes qui parlent des relations entre personnes du même sexe ?

Les auteurs bibliques n’auraient probablement jamais accepté une relation homo-érotique entre deux personnes, même consentantes et amoureuses. Il faut aussi préciser qu’il n’y a jamais eu une véritable réflexion (car anachronique) sur l’homosexualité. En effet, ils n’ont pas été exposés aux résultats de la science médicale (biologie, génétique, endocrinologie) et de la psychologie moderne. Les auteurs bibliques ont eu raison de condamner les relations homo-érotiques liées aux pratiques idolâtres, à l’abus et à la violence.

Mais comment faire aujourd’hui si, grâce aux nouvelles découvertes et au mûrissement des principes de l’Évangile dans la conscience humaine, nous réalisons qu’il faut à la fois adopter les principes bibliques et prolonger leur trajectoire selon la dynamique de la « vérité présente »1 ?

Certes, pendant des siècles l’Église a considéré tous les rapports homo-érotiques, et l’homosexualité tout court, comme une aberration, comme le résultat d’un choix fait par des débauchés, des pervers, des ennemis de Dieu. Pendant des siècles, l’Église s’est aussi trompée sur des questions astronomiques (voir 1 Chroniques 16.30 ; Psaumes 104.5), sur la question de l’esclavage (voir Lévitique 25.44-46 ; Ephésiens 6.5), sur la question de la justification par la foi, sur la question des mariages interraciaux, et sur bien d’autres encore. L’Église est un corps, un organisme et en tant que tel, elle a la vocation de grandir, avec le temps,« jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la
foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’homme adulte, à la mesure de la stature parfaite du Christ » (Ephésiens 4.11). Le temps ne transforme pas une erreur en vérité2. Il faut lire la Bible dans l’optique de la volonté de Dieu, qui se révèle historiquement par des règles et des affirmations qu’il faut vivre et faire vivre à la lumière d’une compréhension progressive de son plan. Toute lecture littéraliste et fondamentaliste est contraire à l’esprit de l’Écriture elle-même.

Pouvons-nous affirmer que lorsque Jésus appelle les collecteurs des taxes de son époque des pécheurs, il parle ainsi des agents des impôts de tous les temps, passé, présent et avenir ? Pouvons-nous aujourd’hui considérer comme légitimes des pratiques telles que le lévirat (prendre l’épouse d’un frère décédé sans progéniture afin de lui en donner une : Genèse 38.8 ; Deutéronome 25.5, 6), la polygamie (Exode 21.10, 11 ; 2 Samuel 12.7, 8), l’achat et le commerce d’êtres humains (Exode 21.2-4), l’obligation pour une femme d’épouser celui qui l’a violée (Deutéronome 22.28, 29) ?

Toute injonction biblique (norme ou loi) est à remettre dans son contexte social et historique. Après seulement il sera possible, avec l’aide de l’Esprit et par la réflexion de la communauté croyante, de comprendre la volonté de Dieu pour notre temps : « En effet, il a paru bon à l’Esprit
saint et à nous-mêmes… » (Actes 15.28).

Si quelqu’un est né homosexuel, peut-on lui
imposer de renoncer à l’amour et l’obliger à vivre
une vie de célibataire ?

Si aujourd’hui la science ouvre la porte à la possibilité qu’un bon nombre d’homosexuels ne le sont pas par un choix délibéré, alors peut-on considérer leur être homosexuel comme un péché ? Bien sûr que non.

Mais la question doit être prolongée. Si quelqu’un est né homosexuel, peut-on lui imposer de renoncer à l’amour et…


… la suite à découvrir dans la revue Signe des temps de septembre-Octobre 2016


magazine-cover-bw-3d-october-croppedREVUE SIGNES DES TEMPS ABONNEMENT 2017

La revue Signes des Temps est une revue à 6 parutions, elle cherche à poser un regard chrétien sur notre vie et notre époque. Une revue bimestrielle pour approfondir et partager sa foi.

Les commentaires sont fermés