LE LIVRE DE JOB – Etude de la Bible du 4e trimestre 2016

octobre, novembre, décembre 2016
par Clifford Goldstein

Sommaire
1. Fin (24 – 30 septembre)
2. Le grand conflit (1 – 7 octobre)
3. Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? (8 – 14 octobre)
4. Dieu et la souffrance humaine (15 – 21 octobre)
5. Maudire le jour (22 – 28 octobre)
6. Malédiction sans cause ? (29 octobre – 4 novembre)
7. Châtiment rétributif (5 – 11 novembre)
8. Sang innocent (12 – 18 novembre)
9. Contrefaçons d’espoir (19 – 25 novembre)
10. La colère d’Elihou (26 novembre – 2 décembre)
11. Dans le tourbillon (3 – 9 décembre)
12. Le rédempteur de Job (10 – 16 décembre)
13. Le caractère de Job (17 – 23 décembre)
14. Quelques leçons à tirer de Job (24 – 30 décembre)

job-and-friendsL’éternelle question
Malgré toutes les campagnes actuelles pour faire croire le contraire, les chrétiens ont des raisons tout à fait logiques et rationnelles de croire en Dieu. Bien qu’assurés par une partie des « meilleurs éléments » que les concepts évolutionnistes de « sélection naturelle » et de « mutations aléatoires » peuvent expliquer la complexité, le miracle, et la beauté de la vie, beaucoup de gens n’y croient pas, et ce, tout à fait logiquement. Et malgré les dernières découvertes « scientifiques » selon lesquelles l’univers est apparu à partir de « rien », la majorité des gens trouvent que l’idée d’un Dieu éternel, par opposition à « rien », constitue l’explication logique la plus satisfaisante à la Création.

Et pourtant, même avec la logique et la raison résolument de notre côté, l’invariable problème du mal demeure. D’où l’éternelle question : si Dieu existe, et s’il est si bon, si aimant, et si puissant, pourquoi tant de souffrance ? D’où l’étude de ce trimestre : le livre de Job. C’est fascinant de voir combien Job, qui traite de cette éternelle question, soit l’un des premiers livres de la Bible à avoir été rédigé. Dieu nous a donné, très tôt, certaines réponses à la plus épineuse de toutes les questions.

Certaines réponses, mais pas toutes. Aucun livre de la Bible à lui seul ne peut répondre à toutes les questions. Même la Bible dans son ensemble ne répond pas à toutes les questions. Néanmoins, Job lève un voile et révèle au lecteur l’existence d’une réalité qui dépasse ce que nos sens, même aidés par des appareils scientifiques, pourraient nous montrer. Il nous transporte dans des sphères qui, bien que très éloignées de nous en un sens, sont aussi incroyablement proches. Le livre de Job nous montre ce que montre une bonne partie du reste de la Bible : le naturel et le surnaturel sont intimement liés. Job est le drame vivant d’un principe et d’un avertissement que Paul devait exprimer des siècles plus tard : « En effet, ce n’est pas contre le sang et la chair que nous luttons, mais contre les principats, contre les autorités, contre les pouvoirs de ce monde de ténèbres, contre les puissances spirituelles mauvaises qui sont dans les lieux célestes » (Ep 6.12).

Bien qu’évoquant essentiellement la vie d’un seul homme, le livre de Job est notre histoire à tous, en ceci que nous souffrons tous de manières souvent totalement absurdes. Et même l’histoire des quatre hommes qui viennent le voir reflète notre situation aussi, car lequel d’entre nous n’a pas tenté d’appréhender les souffrances d’autrui ?

Pourtant, nous passerions à côté d’un point crucial du livre de Job si nous le limitions aux tentatives de l’humanité souffrante de comprendre l’humanité souffrante. Le récit apparaît dans un contexte bien précis : celui du grand conflit entre Christ et Satan, qui est décrit ici de la manière la plus littérale. Et en effet, il s’agit de la plus littérale des batailles, une bataille qui a commencé au ciel et qui se déroule ici dans le coeur, l’esprit, et le corps de tout être humain.

Les études de ce trimestre examinent l’histoire de Job à la fois en gros plan, dans le drame qu’il vit dans l’instant, et de loin, en ceci que nous connaissons non seulement le dénouement du livre, mais aussi le contexte plus large dans lequel il se déroule. En tant que lecteurs, avec la connaissance non seulement du livre de Job mais de toute la Bible, l’un des enjeux cruciaux est donc d’essayer d’assembler toutes les pièces du puzzle. Nous essayons de comprendre autant que possible, non seulement pourquoi nous vivons dans un monde dominé par le mal, mais plus important encore, de comprendre comment nous devons vivre dans un monde pareil. Bien entendu, même après avoir étudié Job, même dans le cadre de toute la Bible, l’éternelle question demeure. Cependant, nous sommes assurés de la réponse éternelle : Jésus-Christ, en qui « nous avons la rédemption par son sang » (Ep 1.7), celui par lequel viennent toutes les réponses.


1160-eds4t2016GUIDE D’ÉTUDE DE LA BIBLE : LE LIVRE DE JOB

ou

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :