EDS – Mercredi 14 septembre – En faire une affaire personnelle

Lisez Jean 15.12,13 ; Jacques 1.27, et Galates 6.2. Que nous disent ces textes de si primordial si l’on veut faire de l’évangélisation sérieusement ?

La dimension des populations urbaines est tellement colossale qu’on peut facilement perdre de vue que la foi est une affaire individuelle. En fin de compte, quand on veut atteindre les villes, ou tout autre endroit, ce sont des individus qui trouvent une relation personnelle avec Christ. Les recherches montrent que l’écrasante majorité des convertis dans l’Église adventiste du Septième jour déclarent être venus à l’église parce qu’ils y avaient une connaissance. Les amitiés, en particulier dans le cas de l’évangélisation, impliquent souvent la mort à soi-même et le désir d’agir pour le bien des autres.

Labourer le sol, planter des graines, entretenir les pousses jusqu’à la moisson, et préserver la récolte, toutes ces étapes sont plus efficaces avec un élément relationnel fort. Nous devons apprendre à nous faire des amis. Nous devons apprendre à les écouter. Nous devons apprendre à les aimer. Si ces éléments sont essentiels pour toute évangélisation, à combien plus forte raison dans le cas d’un ministère urbain, là où les individus se sentent parfois perdus et délaissés au milieu de cette fourmilière ! L’élément vital des ministères de petits groupes urbains peut prendre la forme de « groupes de maison », comme cela existait dans le Nouveau Testament (Ac 2.46), ou bien, simplement, il peut s’agir de petits groupes au sein d’une assemblée plus importante. Dans les quartiers urbains ou les villes de banlieue où il n’y a pas d’église locale, mais où vivent trois adventistes ou plus, on devrait organiser un petit groupe pour commencer à agir dans ce voisinage. Ellen G. White, Témoignages pour l’église, vol. 3, p. 94,95

Cette approche est essentielle pour le ministère urbain, et ce, pour plusieurs raisons. En particulier pour la mosaïque complexe de groupes culturels, ethniques, linguistiques, et socio-économiques qu’il nous faut atteindre au sein des centaines de communautés et sous-cultures, même dans des villes de taille moyenne. Sans petits groupes qui ciblent chacune de ces populations, la mission de Christ ne sera pas achevée. Ces petits groupes sont également nécessaires en raison de la difficulté qu’il y a à suivre Jésus quand on habite en ville. Il y a beaucoup de pressions, de tentations, et de rencontres avec des fois et des idéologies alternatives. Certains croyants cèdent simplement aux pressions et cessent de venir à l’église, alors que d’autres développent une carapace pour protéger leurs sentiments et deviennent insensibles aux gens qui les entourent et qui ont pourtant besoin d’un reflet compatissant de Jésus.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide3t2016-84<< VERSION PDF
EDS Guide 3T2016 84 VERSION MP3 >>

Les commentaires sont fermés