EDS – Mardi 27 septembre – Restauration (partielle)

Certes, l’histoire de Job s’est terminée sur une note positive, contrairement à l’histoire d’autres personnages de la Bible, et bien souvent l’histoire d’autres personnes en général. Les spécialistes de la Bible parlent parfois de la « restauration » de Job. Et il est vrai que, dans une certaine mesure, beaucoup de choses lui ont été rendues. Mais s’il s’agissait de la toute fin de l’histoire, alors, en toute justice, l’histoire serait-elle vraiment finie ?

Certainement, les choses se sont arrangées pour Job, mais Job a quand même fini par mourir. Et tous ses enfants sont morts. Et tous les enfants de ses enfants, et ainsi de suite. Tous morts. Et certainement que, dans une certaine mesure, ils ont tous dû affronter une bonne partie des mêmes traumatismes et épreuves de la vie qui sont le lot de tout un chacun dans ce monde déchu. Pour autant qu’on le sache, Job n’a jamais su les raisons derrière toutes les catastrophes qu’il a vécues. Certes, il a eu d’autres enfants, mais quid de son chagrin et de son deuil pour ceux qu’il avait perdus ? Quid des cicatrices qu’il a sans nul doute gardées le restant de sa vie ? Job a eu une fin heureuse, certes, mais ce n’est pas une fin complètement heureuse. Trop de détails à régler demeurent, trop de questions sans réponse.

La Bible déclare littéralement que le Seigneur « ramena la captivité » de Job (Job 42.10), et c’est bien ce qu’il a fait, surtout lorsque l’on voit tout ce qui est arrivé avant. Mais il reste beaucoup de choses incomplètes, sans réponse, et inachevées. Nous ne devrions pas être étonnés. Après tout, dans ce monde tel qu’il est devenu, quelle que soit notre « fin », bonne ou mauvaise, il reste toujours des choses incomplètes, sans réponse, et inachevées. C’est pourquoi, en un sens, l’on peut voir la fin de Job comme un symbole, bien que faible, de la véritable fin de tous les malheurs et de toutes les souffrances des humains. Elle préfigure l’espérance et la promesse suprêmes que nous avons, à travers l’évangile de Jésus-Christ, d’une restauration pleine et entière, à tel point que la restauration de Job semblera terne en comparaison.

Lisez 1 Corinthiens 4.5.

D’après ce texte, pourquoi dans cette vie, pour l’instant, certaines questions resteront-elles sans réponse, inachevées, et incomplètes ?
De quelle espérance ce verset nous parle-t-il ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-5<< VERSION PDF

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :