EDS – Jeudi 29 septembre – La résurrection et la vie

Lisez Job 14.14,15. Quelle question pose Job, et comment, à sa manière, y répond-il ?

L’un des thèmes du livre de Job concerne la question de la mort. Et comment pourrait-il en être autrement ? Tout livre qui évoque la souffrance humaine examine aussi la mort, évidemment, source de tant de souffrance. Job demande si les morts revivront, puis il déclare qu’il attend sa relève. Le terme en hébreu pour « attendre » implique aussi la notion d’espérance. Il ne s’agit pas simplement d’attendre quelque chose, mais de l’espérer. Et ce qu’il espère, c’est sa « relève ». Ce mot vient d’un terme hébreu qui dénote l’idée de « renouveau » ou de « remplacement ». Souvent, il s’agit d’un changement de vêtement. Bien que le mot lui-même soit large, vu le contexte, celui de demander quel renouveau vient après la mort, un renouveau que Job espère, à quoi d’autre ce changement peut-il faire référence sinon à un passage de la mort à la vie, ce temps où Dieu « languir[a] après l’oeuvre de [ses] mains » (Job 14.15) ?

Bien sûr, notre grande espérance, cette grande promesse que la mort ne sera pas la fin, nous est possible grâce à la vie, la mort et le ministère de Jésus. « Le Nouveau Testament enseigne que Christ a vaincu la mort, l’ennemi juré de l’humanité, et que Dieu ressuscitera les morts au jugement final. Mais cette doctrine devient centrale dans la foi biblique […] après la résurrection de Christ, car elle est validée par le triomphe de Christ sur la mort. » John E. Hartley, The Book of Job, NICOT, Accordance electronic ed., Grand Rapids :
Eerdmans, 1988, p. 237.

« Jésus lui dit : C’est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui met sa foi en moi, même s’il meurt, vivra. » (Jn 11.25.)
Que dit Jésus ici qui nous donne espoir et confiance sur « la fin » ? Autrement dit, que savons-nous que Job ignorait ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
edsguide4t2016-8<< VERSION PDF

Les commentaires sont fermés