• L′homosexualité et la Bible – DOSSIER (Revue Signes des Temps)

    Ce dossier vous a intéressé ? :

    1.  ARTICLE 1
    2. L′homosexualité et la Bible – DOSSIER (Revue Signes des Temps) ARTICLE 2
    3.  ARTICLE 3
    4. L′homosexualité et la Bible – DOSSIER (Revue Signes des Temps) ARTICLE 4

    Vous souhaitez en savoir plus  « L′homosexualité et la Bible ». Retrouver nos ouvrages traitant du même sujets sur notre site en ligne : www.viesante.com


    391-monfilscetinconnuMON FILS, CET INCONNU QUE J′AIME

    Ce livre nous fait partager le quotidien d’une famille chrétienne ébranlée dans ses fondements alors qu’elle est confrontée à l’homosexualité. Un récit authentique et humain. De Kate McLaughlin.


    1457002293-cesgenslanechangerontjamaisCES GENS-LÀ NE CHANGERONT JAMAIS,
    N′EST-CE PAS ?

    La quête d’un homme pour comprendre son homosexualité et trouver la restauration. De Victor J. Adamson.

  • « L′action de Dieu se révèle à travers la nôtre »

    mariooliveira      35962207427173435113076

    Souriant, l’oeil vif et le pas alerte, Mario Oliveira est un jeune quadragénaire père de trois enfants. Depuis 18 ans, il travaille au service d’Adra, dont il est devenu le directeur exécutif pour la France en 2013. Cette ONG humanitaire est présente dans plus de 120 pays et compte une cinquantaine d’antennes locales sur l’Hexagone.


    Q : En tant que directeur d’Adra France, vous avez connaissance de nombreuses situations de détresse. Cela a-t-il pu, en certaines circonstances, ébranler votre foi ?

    R : Je suis souvent confronté à des situations extrêmes, des enfants souffrant de malnutrition aiguë, des réfugiés et des déplacés qui ont tout perdu… En voyant les ravages de la guerre, de la famine, de la cupidité de quelques uns qui font souffrir la majorité, je ne peux croire en l’être humain. En revanche, ma foi en Dieu est de plus en plus forte. Le désir qu’il revienne rapidement et qu’il mette un terme à toute cette souffrance ne fait que se renforcer avec les années. Ma foi en Dieu ne dépend pas des circonstances, mais de ma relation personnelle avec Lui. Je sais qu’un jour il répondra à toutes mes questions.

    Q : Comment percevoir la présence et l’action de Dieu malgré tout ?

    R : L’action de Dieu se révèle à travers notre action envers notre prochain. Il me vient à l’esprit l’histoire de cette femme qui demandait à Dieu pourquoi il ne faisait rien face à l’injustice et à la souffrance. Dieu lui répondit : « Je t’ai créée ». Je perçois l’action de Dieu dans la générosité de nos donateurs, dans l’effort que les bénévoles Adra déploient chaque semaine en préparant les repas pour les sans abris, dans l’attention donnée à un bénéficiaire qui a besoin d’un mot d’encouragement, dans un puits creusé dans un village du Mozambique, dans une école qui ouvre ses portes permettant que des centaines d’enfants accèdent à une éducation et peut-être à un avenir meilleur. Ce sont ces moments qui nous inspirent et qui nous motivent. Vous et moi pouvons être les mains, les bras et les pieds de Dieu pour alléger la souffrance qui nous entoure.

    Q : Qu’est-ce qui vous donne la force et la ressource pour inscrire votre engagement personnel, mais aussi celui d’Adra, dans la durée ?

    R : Il y a un paradoxe dans notre action. Je crois que ce monde ira de mal en pis. La Bible l’annonce et les faits le confirment. L’écart entre riches et pauvres est de plus en plus grand. Le nombre de réfugiés dans le monde ne cesse d’augmenter, les guerres aussi. Cependant, nous sommes appelés à ne pas nous désister, à oeuvrer en faveur des laissés pour compte. Dieu nous appelle à agir, laissons-lui le soin des résultats. Car il y a des réussites dans notre travail. Je me rappelle d’un épisode en Angola, pendant la guerre civile en 1999. La ville de Huambo avait vu sa population tripler à cause des déplacés du conflit et les gens souffraient de famine. Adra avait ouvert trois Centres nutritionnels pour les enfants et voulait établir un partenariat avec l’hôpital. Le chef du service pédiatrie a accompagné ma visite et c’est là que j’ai rencontré Maria : elle avait 10 ans et pesait moins de 20 kilos. Elle avait le plus beau sourire du monde. Lorsque j’ai revu Maria un mois plus tard, elle avait repris du poids et son sourire était encore plus beau. Ce sont des cas comme le sien, ces gouttes d’eau dans l’océan, qui me motivent.

    Q : Quels défis l’ONG a-t-elle actuellement à relever ?

    R : Le plus grand défi auquel nous sommes confrontés est le repli sur soi. La montée de l’intolérance et de la xénophobie est de plus en plus visible. D’où l’importance de sensibiliser à la solidarité, à l’interdépendance, à la coopération, à la fraternité. Nous devons nous ouvrir, communiquer. Comment ? Sortez de chez vous et engagez-vous dans une association qui aide les démunis. Vous verrez le bien que vous
    ferez aux autres… et à vous-même ! Le Christ avait raison quand il disait qu’« il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ». En donnant, vous serez plus riche. Je vous assure que ça marche !

    En savoir plus sur ADRA, visitez le site : WWW.ADRA.FR

    Propos recueillis par Claire Bernole - Article de la Revue Signe des temps de septembre-octobre 2016

    garcondltouGARDER CONFIANCE DANS LA TOURMENTE

    Notre société, sur un plan économique, social, politique et spirituel semble emportée dans une tourmente ingérable. Pourtant, l’auteur John Bradshaw nous assure qu’il est possible de garder confiance. Existe aussi en numérique.

  • EDS – Vendredi 23 septembre – Pour aller plus loin

    Lisez Mt 5.16 ; Col 3.17 ; He 13.15,16. Lisez Ellen G. White, « Sur le mont des oliviers », p. 627-638 et « L’un de ces plus petits », p. 639-644, dans Jésus-Christ.

    Jésus nous a dit quels seraient les signes avant-coureurs de son retour, et ce n’est pas beau à voir. Des guerres, des bruits de guerre, des épidémies, etc. Si les gens prennent souvent le mal comme prétexte pour rejeter Dieu, à mesure que nous approchons de la fin, ils auront de plus en plus de raisons de le rejeter. Il devient donc d’autant plus crucial pour le peuple de Dieu, pour ceux qui prétendent être ses disciples, de refléter son caractère au monde, et d’aider les gens à avoir une meilleure idée de qui est Dieu.

    « Si nous voulions nous humilier devant Dieu, devenir aimables, courtois et compatissants, il se produirait cent conversions à la vérité là où il ne s’en produit qu’une aujourd’hui. » Ellen G. White, Testimonies for the church, vol. 9, p. 189.

    Quelle déclaration simple et néanmoins forte concernant l’évangélisation et le ministère envers les autres ! Tandis que nous attendons le retour de Jésus, lui attend que les membres de son église prêchent et vivent l’évangile dans sa globalité, qu’ils investissent de leurs ressources, qu’ils paient de leur personne dans son oeuvre, et qu’ils ouvrent leur vie à la plénitude du Saint-Esprit.
    C’est un témoignage que tous les arguments du monde ne peuvent renverser.

    À méditer

    • En classe, parlez de la différence entre vivre à « Babylone » par opposition à vivre à « Jérusalem ». Quelles seraient les différences principales entre les deux cités ? Se situent-elles dans l’apparence du lieu même, ou dans les personnes qui y vivent ?
    • La grande question pour les chrétiens, ce n’est pas : « Les oeuvres ont-elles un rôle à jouer dans la foi chrétienne ? » La réponse est évidente. La question est plutôt : « Si les oeuvres ne peuvent pas nous sauver, alors quel est leur rôle dans la foi chrétienne ? ». Comment répondre à cette question, en particulier quand il s’agit d’atteindre les défavorisés ?
    • Comment attendons-nous le retour de Jésus ? C’est-à-dire, que faisons-nous dans notre vie qui démontre la réalité de notre foi en son retour ? Pourquoi devons-nous vivre différemment de ceux qui ne croient pas au retour de Jésus ?
    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    edsguide3t2016-93<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 93 VERSION MP3 >>