• Chien et chat : les amis de votre santé

    Des études ont fini par prouver ce que beaucoup d’amis des chiens, des chats et d’autres animaux domestiques savent depuis longtemps : un animal de compagnie est bon pour la santé !

    Un animal de compagnie améliore la santé ! Et pour achever d’en convaincre les sceptiques, cette conclusion peut être facilement étayée par des faits :

    • les patients cardiaques qui ont un animal domestique vivent plus longtemps que ceux qui n’en ont pas
    • les animaux contribuent à augmenter notre taux de sérotonine et d’ocytocine (associées au sentiment de bien-être et de confiance)
    • pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, la nourriture est plus facile à gérer si un aquarium est disposé sur la table ou dans les environs et qu’elles peuvent regarder un poisson nager

    Les exemples sont légion… Une série de recherches ont déterminé neuf avantages pour la santé procurés par la présence d’un animal de compagnie à la maison.

    Plus heureux et moins seul

    Cette affirmation équivaut à enfoncer une porte ouverte, mais elle doit être répétée. Surtout pour les gens qui vivent seuls, un animal domestique est une compagnie réconfortante. Prendre soin d’un animal est un nouveau but dans la vie, ce qui joue un rôle propice au renforcement de la confiance en soi. Les malades chroniques se sentent moins dépressifs et isolés quand ils ont un animal à leur côté.

    Les animaux domestiques ont des besoins qui ne peuvent être comblés que par l’homme. Cette routine procure de la structure et donne un sens à la vie. Promener le chien est une occasion de sortie qui provoque souvent des interactions sociales, ce qui est également positif pour l’humeur !

    Bon pour la pression artérielle

    La plupart des gens câlinent leur animal de compagnie quand ils se détendent ou regardent la télé. Caresser un chien ou un chat aide le corps à produire une hormone de bien-être et diminue le taux d’une hormone de stress. Cela peut mener à une diminution de la pression artérielle. Les propriétaires d’animaux domestiques affichent une pression artérielle et un rythme cardiaque plus bas que ceux qui n’en ont pas. Il apparaît également que caresser des animaux domestiques est bénéfique pour la pression artérielle des enfants, parce que ce comportement réduit leur état de nervosité et d’excitation.

    Contre le cholestérol

    Cohabiter avec un animal de compagnie ne vous dispense pas de surveiller votre alimentation, mais il n’en reste pas moins que les propriétaires d’animaux de compagnie présentent (en moyenne…) moins de cholestérol et de triglycérides que ceux qui n’en possèdent pas.

    Un coeur en forme

    Selon l’American Heart Association (l’association cardiologie américaine), il existe un lien direct entre la compagnie d’animaux, surtout de chiens, et l’espérance de vie. L’incidence de l’insuffisance cardiaque serait ainsi plus faible.

    Selon les conclusions du National Institutes of Health (Etats-Unis), la possession d’un animal domestique diminue les risques de crise cardiaque. Elle contribue en effet à une baisse de la pression artérielle et réduit le taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang.

    Les activités supplémentaires que vous faites si vous êtes le propriétaire d’un chien (ou d’un chat) jouent également un rôle. Et des études de très longue durée ont montré que ceux qui n’avaient jamais possédé de chat présentaient 40% de risque supplémentaire de décéder d’une crise cardiaque par rapport à ceux qui en avaient déjà eu un à la maison.

    L’asthme et les allergies

    Cela peut sembler à première vue contradictoire, mais la recherche a montré que les animaux à la maison, surtout les chats, sont propices au développement de l’immunité contre l’asthme et les allergies.

    Certaines études montrent même que les bébés qui vivent dans l’environnement d’un animal domestique sont vraisemblablement moins susceptibles de développer des allergies et de l’asthme. Ils souffrent également moins dans leurs premières années de vie de rhumes et d’otites que les bébés qui ont grandi dans une maison sans animaux. Il ne faut donc pas vous inquiéter si votre golden retriever manifeste son affection à votre bambin d’un grand coup de langue sur son visage !

    La dépression s’éloigne

    Il n’y a rien d’étrange à ce qu’un médecin vous conseille d’adopter un animal de compagnie pour traiter une dépression. Dans certains cas, un animal domestique peut s’avérer thérapeutique au cours d’une dépression et même mener à sa guérison. L’amour d’un adorable chien ou chat est inconditionnel ! Quelle que soit votre humeur, en cas de coup dur ou de joie intense, votre animal est toujours là pour partager vos sentiments, et à tout le moins vous laisser librement les exprimer….
    Les animaux domestiques aident les malades de longue durée à maintenir leur anxiété et leur dépression sous contrôle.

    Pour rester plus actif

    Certaines personnes ont du mal à décoller de leur divan. Même pour leur propre santé, elles ne feraient pas 100 mètres à pied. Mais pour le bien-être de leur chien, elles peuvent marcher au moins une demi-heure par jour. Un bon exercice pour maintenir en forme aussi bien l’animal que le maître ! Et un très bon remède contre l’obésité !

    Pour les personnes (âgées) isolées, c’est également une manière idéale d’entrer en contact avec des voisins et d’autres « maîtres » qui sortent leur animal. De cette manière, via l’animal, le contact social est plus facile.

    Sortir votre chien vous aidera à vous protéger de l’obésité, mais également contre l’ostéoporose et l’arthrite rhumatoïde.

    Plus sûr de soi

    Pour les enfants souffrant de TDA/H (trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité) ou d’autisme, un animal ne peut qu’être bénéfique. Les enfants souffrant de TDA/H ont tellement d’énergie qu’ils ont souvent du mal à se concentrer. En prenant soin d’un animal domestique, ils s’adonnent à des tâches spécifiques qui requièrent de l’attention et pour lesquelles on peut les responsabiliser. Le lien que l’enfant entretient avec l’animal favorise la confiance en lui-même et lui procure un sentiment de paix et de sécurité.

    Les enfants autistes présentent souvent un déficit des interactions avec d’autres personnes. Les animaux semblent avoir une capacité étonnante à attirer leur attention et à la retenir. Ils peuvent de cette manière contribuer à encourager ces enfants à s’adonner à des activités liées à leur intégration sensorielle (perception des stimuli) et leur faciliter la vie. Ces activités aident les enfants autistes à s’habituer à certaines expériences sensorielles : ce qu’on peut ressentir en tenant quelque chose contre sa peau, comment on réagit à certains sons ou odeurs. Les chiens comme les chevaux sont très indiqués pour cela. Les animaux domestiques peuvent également aider d’autres enfants qui réclament des soins spécifiques. Ils peuvent aider à surmonter certains obstacles.

    Un aide-soignant

    Certaines études montrent que les chiens, grâce à leur remarquable odorat, peuvent donner des signaux véritablement miraculeux, comme détecter le cancer, prédire un accident vasculaire cérébral ou informer sur une baisse du taux de sucre dans le sang. Certains chiens sont en mesure d’alerter leur maître diabétique d’une diminution dangereuse de sa glycémie avant qu’elle se manifeste. Le maître peut ainsi prévenir la crise en mangeant une sucrerie. L’explication de ces capacités réside dans le fait que l’animal réagit à des changements chimiques du corps qui libèrent une odeur particulière.

    Le Xolo, chien mexicain, est connu pour la température très haute de son corps. Cette race a été entraînée à soutenir les gens souffrant de fibromyalgie ou d’autres formes de douleurs chroniques qui peuvent être soulagées avec la chaleur. La souffrance est atténuée par la proximité du chien ou en mettant la partie douloureuse du corps en contact avec lui.

    Des chiens ont été spécialement formés pour vivre et travailler avec des patients épileptiques. Certains chiens ont été entraînés à aboyer et donner l’alerte aux parents quand un enfant a une crise alors qu’il est hors de leur vue (dehors, dans une autre pièce…). D’autres peuvent se coucher près des personnes victimes d’une attaque pour leur éviter des blessures. Des efforts sont également faits pour entraîner des chiens à prévenir avant l’attaque, afin que le patient puisse immédiatement se coucher ou s’éloigner des endroits dangereux.

    Des chiens spécialement entraînés peuvent effectuer certaines tâches afin d’aider les patients atteints de la maladie de Parkinson à vivre plus longtemps de manière indépendante. Ces chiens peuvent ainsi ramasser des objets tombés ou aller chercher des objets nécessaires. Ils peuvent ouvrir les portes et les fermer, ou encore allumer les lumières avec leurs pattes. Ils peuvent également sentir quand un patient se raidit et lui donner un coup de patte pour l’aider à avancer.

    Source : http://www.passionsante.be/index.cfm?fuseaction=art&art_id=20987

    24 STRATÉGIES… POUR UNE MEILLEURE SANTÉ

    Le Docteur Timothy Arnott du Centre de style de vie d’Amérique a développé 24 principes sanitaires concis et pratiques. Basés sur les toutes dernières investigations scientifiques…

  • AU-DELA DE L′IMAGINATION – La voie lactée – ″extrait″

    Allez dehors par une nuit claire et regardez le ciel. Jusqu′à quelle distance voyez-vous ? Combien d’objets voyez-vous ? Avez-vous déjà vu la Voie lactée ? Par certaines nuits sans lune, si l’on habite suffisamment loin des éclairages des villes, on peut voir une large palette de lumières barrer le ciel. Il s’agit du centre de notre galaxie, là où les étoiles semblent si proches les unes des autres qu’elles forment une bande blanche lumineuse. A Puisque notre système solaire tourne autour d’une pâle étoile dans l’un des bras spiraux de notre galaxie, nous sommes bien loin de là où se situe l’action. Nous sommes dans les faubourgs de notre propre galaxie, un point minuscule dans une mer d’environ deux cent milliards d’étoiles. Deux cent milliards d’étoiles. Et pourtant, même par la nuit la plus noire avec un ciel clair, nos yeux humains ne peuvent en distinguer qu’environ trois mille en même temps. On compte moins de neuf mille étoiles visibles depuis la terre à l’œil nu. Elles se situent « pas très loin » dans notre Voie lactée.

    Autrefois on pensait que la Terre était le centre de l’univers, et que le soleil et les étoiles tournaient autour d’elle. Mais avec l’invention du télescope, nous nous sommes rendu compte que nous avions tort. Et chaque fois qu’un télescope plus puissant était inventé, nous avons appris que l’univers est plus grand que nous le pensions. Nous avons découvert un univers si grand que ce n’est plus notre petite planète, ni même notre faible soleil, mais toute notre galaxie qui n’est qu’un point, une tache qui vaut tout juste la peine que l’on s’y intéresse. Quelle est la taille de l’univers ?

    « Si la Terre avait la taille d’une pièce de monnaie,
    le soleil serait aussi gros qu’un ballon
    de près de trois mètres de diamètre. »

    Quelle est la taille de l’univers ?

    n-orionPlus grand que ce que l’on croit. Plus grand que ce que l’on peut même imaginer ! Voyons si nous pouvons saisir toutes les implications de quelques chiffres. Combien de kilomètres avez-vous parcourus cette année ? Trente mille kilomètres ? Quatre-vingt mille ? Parmi ceux qui prennent l’avion pour affaires, beaucoup parcourent régulièrement cent soixante mille kilomètres, voire même plus, chaque année [aux USA]. On voit facilement la lune quand on regarde le ciel, elle n’est qu’à un peu moins de quatre cent mille kilomètres de nous. On voit également le soleil – même s’il vaut mieux éviter de le regarder directement. Il a l’air d’être à peu près de la même taille que la lune, mais en réalité il est bien plus loin, à environ cent cinquante millions de kilomètres. Il est si loin que la lumière du soleil met environ huit minutes pour atteindre la Terre !

    Quelle est la taille du soleil ?

    Environ un million de Terres tiendraient dedans. Si la Terre avait la taille d’une pièce de monnaie, le soleil serait aussi gros qu’un ballon de près de trois mètres de diamètre. C’est presque trop gros à imaginer ! Vous vous dites que le soleil est certainement ce qu’il y a de plus gros dans l’univers ?

    En fait, non. Vous est-il déjà arrivé d’observer la constellation d’Orion le chasseur ? Bételgeuse, l’étoile brillante qui se trouve sur l’épaule d’Orion, est tellement grosse que si elle était l’étoile de notre système solaire, au lieu du soleil, elle ne tiendrait pas dans le grand cercle décrit par la Terre quand elle gravite autour du soleil, soleil qui, rappelons-le, se trouve à cent cinquante millions de kilomètres. Elle ne tiendrait pas non plus à l’intérieur de l’orbite de Jupiter – qui se trouve à sept cent soixante-dix-huit millions de kilomètres du soleil !.

    « Quelle est la taille du soleil ?
    Environ un million de Terres
    tiendraient dedans. »

    Mais l’étoile la plus grande que l’on connaisse s’appelle le Grand Chien. Elle est si grosse que si la Terre avait la taille d’une pièce de monnaie, et si notre soleil avait la taille d’un ballon de près de trois mètres, le Grand Chien aurait un diamètre d’environ quatre kilomètres !
    Et si la Terre avait la taille d’une pièce de monnaie, et si le soleil avait la taille d’un ballon de près de trois mètres, à quelle distance se trouverait le soleil ? À environ un terrain de football de distance. En fait, si tout notre système solaire (c’est-à-dire le soleil et toutes les planètes) avait la taille d’une pièce de monnaie, le soleil ne serait visible qu’au microscope, et l’étoile la plus proche serait à cent mètres de distance. Si vous pouviez voyager à la vitesse de la lumière (c’est-à-dire à trois cent mille kilomètres par seconde), cela vous prendrait tout de
    même cent mille ans rien que pour traverser notre galaxie !

    Et si notre galaxie avait la taille d’une pièce de monnaie – souvenez-vous, ça nous fait deux cent milliards d’étoiles – notre système solaire serait trop petit pour être même vu au microscope. Les autres galaxies, au-delà, seraient à une distance située entre trente-deux centimètres et trois cent vingt mètres.

    Autant de galaxies ! Autant d’étoiles !

    galaxiestEt combien d’autres galaxies y a-t-il au juste ? Pour tenter de voir dans l’espace plus loin que jamais auparavant, les astronomes ont dirigé le télescope Hubble vers un coin apparemment vide du ciel étoilé. Vide. Pas d’étoiles visibles, pas de galaxies, rien. Ils se sont focalisés sur du néant pendant onze jours, et puis, attentivement, ils ont examiné les photographies. À cet endroit minuscule – d’environ trois pour cent la taille d’une pleine lune – ils ont trouvé plus de dix mille galaxies. Pas des étoiles, non, mais des galaxies entières d’étoiles, chacune composées de milliards d’étoiles.

    Puis c’est pendant une durée de vingt-trois jours qu’ils ont orienté le télescope Hubble vers cet endroit, et ils ont découvert que l’on distinguait davantage de galaxies – quasiment deux fois plus.
    En se basant sur ces études de terrain approfondies, les astronomes ont estimé qu’il existe au moins cent soixante-quinze milliards de galaxies visibles depuis la Terre. Combien d’étoiles cela nous donne-t-il ?
    Si l’on considère les deux cent milliards d’étoiles de notre galaxie comme une moyenne, d’après mon calcul, cela fait quelque chose de l’ordre de 350 000 000 000 000 000 000 000 étoiles.hubble

    En tous cas, en attendant que les technologies nous permettent de voir plus loin ou plus profond dans l’espace. Prenons les choses sous cet angle : la prochaine fois que vous irez à la plage, prenez une poignée de sable dans votre main. S’il n’y a pas d’erreur dans les estimations, il y a plus d’étoiles dans l’univers qu’il n’y a de grains de sable sur toutes les plages du monde. Ce que nous voyons quand nous levons les yeux n’est en fait qu’une poignée de sable.

    Nous avons bien sûr découvert que la Terre n’est pas le centre de l’univers. Mais depuis des années, nous nous demandons si oui ou non la Terre est unique – si elle est la seule planète de tout l’univers. Récemment, nous avons appris que la plupart des systèmes solaires ont des planètes. Rien que dans notre galaxie, on estime qu’il y a plus d’un milliard de planètes.timbreuniv
    Parmi toutes ces planètes, combien comptent des animaux ou des plantes ? Nous ne connaissons pas encore la réponse à cette question. Se peut-il qu’il y ait une forme de vie intelligente sur une autre planète ?

    « Rien que dans notre galaxie,
    on estime qu’il y a plus d’un
    milliard de planètes. »

    C’est la grande question que se posent tous les astronomes. Les merveilles de l’univers dépassent l’imagination ! Et encore, nous n’avons même pas évoqué les nébuleuses, les quasars, les trous noirs, et tous ces objets fascinants qui sont présents dans notre univers. Est-ce vraiment par accident qu’il a pu venir à l’existence ?

    Un voyage d’exploration

    Cette question ne concerne pas seulement l’univers : que dire des merveilles prodigieuses qui nous entourent ici sur terre ? Et les merveilles du corps humain ? Il y a par exemple plus de neurones dans votre cerveau que d’étoiles dans notre galaxie !neurones

    Dans ce livre, nous allons explorer les merveilles de la vie autour de nous, mais aussi la merveille que constitue notre existence même. Certains croient que la science offre toutes les réponses aux questions qui nous hantent. Mais beaucoup estiment que les recherches scientifiques laissent un vide dans leur coeur.

    La science ne pose pas ces questions. Elle ne donne pas de réponses aux aspirations les plus profondes du coeur humain. Mais cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas trouver ces réponses.

    Rejoignez-nous pour un voyage d’exploration, un voyage à la découverte des merveilles qui nous entourent, et du lien qui existe entre ces choses étonnantes. Venez et découvrez non seulement la vie que nous n’aurions peut-être jamais imaginée, mais, encore plus remarquable, venez à la découverte d’un amour inimaginable.


    831-audeladelimaginationfinaleAU-DELÀ DE L’IMAGINATION

    Les humains sont uniques ! Et le récit biblique de la Création pourrait bien expliquer pourquoi. Il semble inimaginable que les choses même qui font de nous des humains ne soient que le produit du hasard. Dans cet ouvrage collectif, Baldwin, Gibson et Thomas nous proposent un voyage d’exploration sur la création de l’univers, le chef d’oeuvre d’une main qui entretient la vie et l’ordre.

  • EDS – Mardi 13 septembre – Semer et récolter dans les grandes villes

    Lisez Matthieu 13.3-9 ; 18-23. Cette histoire est bien connue, mais comment s’approprier ce qu’elle enseigne ? Comment soulager et témoigner aux populations qui nous entourent, y compris dans les villes ?

    Bien que se passant à la campagne, cette parabole est en réalité plus importante pour le ministère urbain que pour de petites villes ou des régions rurales, car les zones urbaines ont une plus grande variété de « terres ». Cela explique pourquoi il est plus difficile de mener des campagnes d’évangélisation dans les villes, plutôt que dans des zones plus rurales. Différentes conditions de la terre produisent différents résultats, ce qui laisse entendre que l’on doit étudier les conditions du terrain avant d’investir dans des activités d’évangélisation. Si après avoir étudié le « terrain » local, votre église découvre qu’elle a un espace de « bonne terre » limitée sur son territoire, vous devez faire des plans pour améliorer la condition du sol en nivelant les chemins raboteux, en enlevant les cailloux, et en arrachant les épines. Pour que l’évangélisation soit efficace, l’église doit travailler en amont, en préparant le sol. Cela fait une grande différence dans la manière dont une campagne d’évangélisation peut se dérouler. Dans 1 Corinthiens 12, Romains 12 et Éphésiens 4, la Bible parle des dons spirituels. Elle dit qu’il y a différents dons, mais une seule mission. La parabole sur les conditions du sol et sur la semence démontre clairement que ces différents dons doivent être impliqués si l’on veut atteindre les villes. Dans les grandes villes, « il faut faire appel à des hommes aux talents variés. Il faut introduire de nouvelles méthodes. Le peuple de Dieu doit prendre conscience des besoins de l’époque dans laquelle il vit » Ellen G. White, Évangéliser, p. 70.

    Dans ses visions, elle a vu ce qui est nécessaire pour être efficace dans le ministère dans les villes. Aujourd’hui, il est encore plus nécessaire de diversifier les approches et d’impliquer tous les dons en vue de mettre en place une stratégie riche et variée. Une seule campagne, ou un seul grand projet ne donnera pas grand-chose sur le long terme. La dimension et la structure complexe des villes engloutissent purement et simplement de tels programmes, et en l’espace de quelques semaines, leur impact est réduit à néant. Il faut faire davantage en amont.

    Pensez à ceux que vous cherchez à atteindre.
    Dans quel genre de terre sont-ils ?
    Que pouvez-vous faire pour préparer au mieux le terrain ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    edsguide3t2016-83<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 83 VERSION MP3 >>