EDS – Vendredi 26 août – Pour aller plus loin

Lisez Dt 15.11 ; Jb 29.11-17 ; Pr 14.31 ; 19.17 ; Ac 3.6 ; Jc 1.27-2.5. Lisez Ellen G. White, « Pionnière en Australie », p. 244-252, dans Le ministère de la bienfaisance.

Paul, tout comme Jésus, s’attachait à répondre aux besoins que les gens exprimaient. On le voit par exemple dans le fameux récit de Paul à l’Aréopage d’Athènes.
Dans Actes 17.23, Paul, inspiré par l’idolâtrie dont il a été témoin dans la ville, se lance dans des discussions animées avec l’intelligentsia locale et tous ceux qui, sur la place du marché veulent bien discuter avec lui. Il prend conscience de leurs besoins et de leurs problèmes. Il découvre que dans leur vie, il y a un vide en forme de Dieu inconnu, et qu’ils ont besoin de connaître le vrai Dieu et d’arrêter d’adorer des idoles inutiles. Il commence ensuite à prêcher dans la synagogue, où se trouvaient à la fois « les Juifs et les non-Juifs qui adoraient Dieu » (Ac 7.17, BFC). Autrement dit, il a saisi les occasions qui se présentaient pour proclamer l’évangile. Paul a cherché à rencontrer les gens là où ils se trouvaient, comme on le voit dans la manière dont il parle aux gens à l’extérieur de la synagogue et dans la rue. Les foules croyaient en quelque divinité, car ils avaient bâti un autel dédié à un Dieu inconnu (Ac 17.23).
Il cite même plus tard l’un de leurs poètes, qui a écrit quelque chose de vrai : « Nous sommes aussi sa lignée » (Ac 17.28). Prenant leur situation comme point de départ, il tente de les attirer loin de leurs idoles jusqu’au Dieu vivant et jusqu’à Jésus, ressuscité des morts.
En bref, après avoir évalué les besoins de ceux qu’il voulait atteindre, Paul a ensuite essayé de contribuer à combler ces besoins.

À méditer

  • « Celui qui, par son enseignement, montrait à tous les hommes la voie qui conduit à la paix et au bonheur, se préoccupait autant de leurs nécessités temporelles que de leurs besoins spirituels. » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 358.Pourquoi, d’après cette citation, devons-nous répondre aux besoins des gens ?
  • Pourquoi, quand on pense « évangélisation », devons-nous faire attention à ne pas oublier ce qu’est notre objectif ultime ? Quel est-il ? Justifiez votre réponse.
  • Comment apprendre à considérer certaines interruptions non comme des nuisances, mais comme des occasions sacrées pour aider les autres ? En quoi Galates 2.20 nous aide-t-il dans ce domaine ?
VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide3T2016 65<< VERSION PDF
EDS Guide 3T2016 65 VERSION MP3 >>

Les commentaires sont fermés