EDS – Mardi 30 août – Le capital social

« Une bonne réputation vaut mieux que de grandes richesses : l’estime des autres est préférable à l’or et à l’argent. » (Pr 22.1, BFC.)

Quel est le rapport entre l’idée exprimée ici d’une part, et notre témoignage et notre évangélisation d’autre part ?

Qu’est-ce que le « capital social » ? Quand vous faites des versements sur un compte bancaire, sa valeur augmente. Le capital social consiste en des relations positives, productives qui ont autant de valeur que de l’argent placé en banque. Quand vous entretenez de bonnes relations avec les responsables locaux, que vous leur demandez conseil pour combler les besoins existants, puis que vous passez à l’action, vous développez des relations avec eux. C’est cela, le capital social. Chaque expérience positive avec eux est comme un investissement dans votre relation. Votre capital social continue de grandir, et votre valeur augmente à leurs yeux.
Le Manuel d’église nous rappelle que les adventistes du septième jour devraient « se comporter comme des citoyens modèles […] [et] contribuer au bien commun ». Nous « devrions encourager par tous les moyens à notre disposition tout effort en vue d’un meilleur ordre social », et « rester du côté du droit et de la justice dans les affaires civiles » Les normes de la vie chrétienne, p. 191.

En plus du ministère terrestre de Jésus, la Bible donne d’autres exemples de ce qui devient possible quand le peuple Dieu s’est acquis du « capital social ». Lisez les passages suivants et décrivez les liens positifs que ces personnages bibliques ont vécus avec des « gens de l’extérieur » et quels ont été les résultats : Actes 7.9,10 ; Gn 41.38-45 ; Dn 2.16-49 ; 6.1-3.

Bien entendu, nous n’avons peut-être pas vécu le genre de sauvetages et d’histoires racontées ici. Mais ce n’est pas le plus important. Ces hommes ont fait preuve d’une force de caractère qui a fait forte impression sur les gens autour d’eux. Ellen G. White dit, dans Patriarches et prophètes [p. 194, 195, 198-199.] et dans Prophètes et rois [p. 477-478] que ces hommes ont pu gagner la confiance et la faveur des « païens » qui les entouraient grâce aux qualités suivantes : l’amabilité, la fidélité, la sagesse, le discernement, les talents, la dignité, et une intégrité à toute épreuve.


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide3T2016 69<< VERSION PDF
EDS Guide 3T2016 69 VERSION MP3 >>

 

Les commentaires sont fermés