• LE CHECK-UP DE RENTRÉE DE VOTRE ENFANT

    Par Isabelle Eustache

    Vie quotidienne mère et fille

    La rentrée scolaire est toujours une période chargée.

    N’attendez pas le dernier moment, prenez les devants. Certaines démarches peuvent être réalisées ou programmées en amont pour une rentrée sans stress, pour vous et votre enfant.

    • Mettez à jour son calendrier vaccinal
    • Surveillez son poids
    • Une petite visite chez le dentiste
    • Faites contrôler sa vue
    • Pensez à faire contrôler son audition au moindre doute
    • Le certificat médical
    • Reprises des bonnes habitudes
    • Mettez à jour son calendrier vaccinal

    La rentrée est l’occasion de vérifier si ses vaccins sont à jour. Sachez que si vous avez manqué un rappel, il n’est pas nécessaire de reprendre la procédure vaccinale à son début. Enfin, vacciner votre enfant, c’est le protéger contre des maladies potentiellement graves, mais c’est aussi protéger les autres membres de la famille (les plus jeunes et les moins jeunes) et un acte collectif.

    Surveillez son poids

    Le médecin s’en charge habituellement, sinon, vous pouvez, vous aussi, suivre l’évolution de son indice de masse corporelle. Le calcul est le même que pour les adultes : divisez deux fois le poids par la taille. Ensuite, reportez la valeur obtenue sur la courbe qui figure dans son carnet de santé. Il est bien plus facile de prendre en charge un surpoids débutant qu’un surpoids installé. N’hésitez pas à en parler à votre médecin.

    Une petite visite chez le dentiste

    Chaque année, une consultation chez le dentiste s’impose, pour vérifier l’absence de caries dentaires, mais aussi pour contrôler le positionnement dentaire (un traitement orthodontique peut être nécessaire). En prévention des caries, sachez que l’on procède aux scellements des sillons dès l’apparition des molaires définitives et jusqu’à l’âge de 14 ans. Il s’agit d’appliquer une sorte de vernis pour boucher les sillons présents sur la face supérieure des dents, favorables au développement des caries.

    Faites contrôler sa vue

    Bien voir, c’est essentiel en classe, car la vue conditionne l’apprentissage de la lecture et la réussite scolaire. Consulter un ophtalmo régulièrement est un bon réflexe pour s’assurer que tout va bien de ce côté-là. Attention, les délais sont parfois longs. N’hésitez pas à prendre rendez-vous dès maintenant.

    Pensez à faire contrôler son audition au moindre doute

    Toute baisse de l’audition est également préjudiciable aux apprentissages. Au moindre doute, consultez un médecin ORL qui procédera à une batterie de tests auditifs. Et pour préserver l’audition, réglementez le volume et la durée d’écoute du baladeur !

    Le certificat médical

    Indispensable pour pratiquer des activités sportives en club, il vous sera délivré par votre médecin traitant. Prévoyez donc une consultation de contrôle avant la rentrée. Et dès maintenant, incitez votre enfant à choisir un ou deux sports qui l’attire. L’objectif est qu’il pratique régulièrement un sport qu’il aime. Renseignez-vous sur les différentes activités proposées auprès des associations.

    Pensez à son attestation d’assurance : vous en aurez besoin pour l’école et pour la pratique des activités sportives. Demandez-la à votre assureur. Muni de vos codes d’accès personnels, il est aussi possible de la télécharger directement sur le site de votre assureur.

    Reprises des bonnes habitudes

    ·         Rythme et durée du sommeil :

    • Quelques jours seront nécessaires pour que votre enfant reprenne le rythme scolaire. Avant la rentrée, votre enfant doit progressivement revenir à des horaires de coucher et de lever réguliers. N’oubliez pas que jusqu’à 6 ans, un enfant a besoin de 10 à 12 heures de sommeil par nuit, en plus de la sieste. À 13 ans, 9 heures de sommeil et à l’adolescence (au-delà de 18 ans), entre 7h30 et 8 h.

    ·         Télé et ordinateur :

    • Le manque de sommeil altère les résultats scolaires, et les heures passées devant la télé, l’ordinateur ou un smartphone sont souvent en cause. Les écrans favorisent également la sédentarité de nos enfants, avec un risque accru de surpoids. En pratique, pas de télé, ordinateur ni de smartphone dans la chambre (ce qui permet aussi de surveiller le type d’émissions visionnées, les sites visités et la fréquence des échanges sur smartphone). Il est également nécessaire de réglementer le temps et les plages horaires accordés à ces loisirs.

    ·         Lavage des dents :

    • Les enfants aussi doivent se laver les dents deux fois par jour, après le petit-déjeuner et avant le coucher. Et pas de boisson sucrée ni de sucrerie le soir après le lavage des dents ! Après le déjeuner et après une collation dans la journée, incitez-le à boire un verre d’eau car elle entraîne une partie des résidus d’aliments susceptibles d’être restés collés sur les dents.

    ·         Lavages des mains :

    • Se laver les mains avant les repas et en sortant des toilettes n’est pas suffisant. Sans devenir maniaque, incitez votre enfant à le faire plus souvent (en rentrant de l’école, après toute activité manuelle, sportive…

    ·         Alimentation :

    • Pas question de manger n’importe quoi n’importe quand. De l’eau comme boisson, pas de grignotage entre les repas, des repas structurés, équilibrés et réguliers. Attention à ne pas négliger le petit-déjeuner. Quant au goûter, veillez à ce qu’il soit équilibré avec idéalement un laitage et une compote. Méfiez-vous des gâteaux, viennoiseries, barres chocolatées et autres biscuits gras et sucrés.

    Sources : Institut Moncey. American Academy of Sleep Medicine,  http://www.aasmnet.org/articles.aspx?id=6326.


    GUIDE DE LA VIE FAMILIALE

    hardbackstanding2_1160x1385L’homme – La femme – La sexualité – La maternité – L’enfant. Cette encyclopédie un véritable outil au service du savoir-vivre et du bonheur de tous les membres de la famille.

  • EDS – Mercredi 31 Août – La valeur du capital social

    Les églises sont principalement des groupes bénévoles, qui fonctionnent avec des budgets limités. Le capital social est un atout majeur qui augmente les chances pour votre église d’atteindre des objectifs importants qu’il serait difficile d’atteindre seule.
    Un exemple de capital social : cette ancienne tradition qui fait que des fermiers aident d’autres fermiers à rentrer leurs récoltes. Chaque cas est unique, mais quand c’est faisable et concret, nous pouvons coopérer avec d’autres pour remplir nos objectifs.

    Lisez Néhémie 2.1-9. Quel fut la conséquence de la confiance que le roi Artaxerxès avait en Néhémie ?

    « Dans le besoin, il avait recours à ceux qui étaient capables de lui venir en aide. Dieu est toujours prêt à toucher le coeur des hommes qui détiennent les biens de ce monde pour que ceux-ci servent à la cause de la vérité. Les serviteurs de Dieu qui travaillent pour le Maître doivent profiter de l’aide offerte par les hommes, sur l’instigation du ciel. […] Les donateurs peuvent ne pas posséder la foi en Christ et n’avoir aucune connaissance de sa Parole, mais leurs dons ne doivent pas être refusés pour cela. » Ellen G. White, Prophètes et rois, p. 481.
    Fascinant. Dans ce cas précis, Dieu a agi dans le coeur de païens pour faire avancer son oeuvre. Cela devrait nous enseigner une leçon importante. Nous devons être disposés à travailler avec les autres, même ceux qui ne partagent pas notre foi, ou qui ne croient en rien, si cela fait avancer la cause de Christ. Nous devons bien sûr être prudents dans les alliances que nous contractons avec les autres, mais nous pouvons en revanche travailler avec ceux dont la contribution peut aider grandement dans ce que nous voulons faire pour le bien de la communauté dans son ensemble.
    Souvent, les gouvernements ou même les entreprises privées ou les individus, impressionnés par notre travail humanitaire, proposent leur aide. Cette aide ne doit pas être automatiquement acceptée ni automatiquement rejetée. Il faut plutôt examiner les choses au cas par cas dans la prière, avant de prendre une décision.

    Citez des manières de bâtir du « capital social » au sein de la population, et qui pourraient par la suite avoir des bénéfices positifs, non pas pour vous-mêmes, mais pour les autres ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 70<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 70 VERSION MP3 >>
  • La volonté contre l′appréhension

    Vous aimeriez avoir la volonté de perdre quelques kilos indésirables, quitter une vieille habitude, contrôler votre humeur, ou résister à l’attraction dépendante des réseaux sociaux ? Vous n’êtes pas seul. Manquer la marque est une ancienne frustration. Heureusement, les bonnes habitudes peuvent vous aider à accomplir et surmonter bien plus que vous pourriez imaginer.

    Qu’est-ce que la volonté et d’où vient-elle ?

    « La maîtrise de soi est l’idée principale de la volonté », dit le professeur de l’Université Duke Terrie E. Moffitt, Ph.D. La volonté inclut des choses telles que la planification des choses à venir, résister à la tentation, et persistant dans le découragement.

    Le psychologue Roy F. Baumeister, Ph.D., auteur du best-seller du New York Times – La volonté : C’est redécouvrir la plus grande force humaine, il dit que la volonté est comme un muscle. Plus vous pliez, plus vous ressentirez la puissance de la volonté. Roy F. Baumeister explique que, pour l’essentiel, la volonté est une forme d’énergie mentale.

    Comment développer sa volonté au lieu de garder des appréhensions ?

    Si vous êtes fatigué de vouloir quelque chose mais de ne jamais réellement y parvenir, il est temps de renoncer à votre appréhension et de la remplacer par la volonté. Voici comment commencer à pratiquer le genre de maîtrise de soi qui mène au succès :

    1. Être optimiste. . . et un peu pessimiste. . . et un peu réaliste

    La plupart des gens élaborent des stratégies en utilisant une improbable positivité. Mais selon les recherches, un petit peu de pessimisme (ou devrions-nous dire, le réalisme ?) Permet de produire une planification plus efficace. En d’autres termes, imaginer comment une bonne planification peut éviter de saboter vos objectifs, cela peut révéler des détails important qui vous aideront à savoir ce qu’il ne faut pas faire pour conserver vos objectifs.

    Par exemple, en admettant, « Je vais probablement rater mes exercices à la salle de sport si je vais faire des courses après le travail, » montre clairement comment vous pouvez éviter l’auto-sabotage.

    Dans son livre « L’Instinct de la volonté », le psychologue de la santé Kelly McGonigal, Ph.D., confirme que des pensées positives peuvent nous motiver. Mais elle prévient que, trop se concentrer sur le succès peut nous amener à nous reposer sur nos lauriers après nos réussites (par exemple, Faire un festin pour célébrer la perte de poids). Voilà où la pensée équilibrée entre en jeu : un peu d’optimisme mélangé avec un peu de réalisme semble être la combinaison qui obtiennent de meilleurs résultats.

    2. Rester dans le moment

    Kelly McGonigal vous encourage à concentrer vos pensées sur le moment présent, ne pas penser à votre journée remplie, à la planification du week-end, ou de se souvenir d’aspirer le tapis. Que ce soit, adresser une prière simple, ou prendre quelques respirations profondes, des pratiques simples peuvent vous aider à rester dans le moment présent. Non seulement cela va augmenter votre volonté, mais cela peut aussi vous aider à vous soulager du stress, à développer votre concentration et à donner à votre cerveau un petit coup de pouce pour retrouver votre calme.

    3. Faites une liste et vérifiez deux ou trois fois. . .

    Roy F. Baumeister et ses collègues ont constaté que garder une trace de ce que vous voulez changer est bénéfique, que ce soit en l’écrivant ou l’enregistrement dans votre smartphone. Dans une étude, lorsque les participants fixent des délais et accomplissent les tâches sur leurs listes de choses à faire pour une période de deux semaines, ils ont également amélioré leur régime alimentaire, leur exercice et ont également réduit leurs imperfections. Amy Morin, L.C.S.W., un thérapeute et auteur du livre « 13 choses mentalement puissantes que les gens ne font pas », recommande également de faire une liste de toutes les raisons pour lesquelles vous devriez rester sur la bonne voie. La lecture de la liste lorsque vous sentez votre volonté fléchir, peut équilibrer vos émotions avec un peu de logique.

    4. Formez des habitudes saines

    Les chercheurs ont constaté que manger une alimentation saine avec moins d’aliments transformés nourrit votre maitrise-de-soi, parce que votre cerveau réagit à des pics de glycémie. En fait, les chercheurs en Israël ont constaté que les juges de la Cour a accordé une libération conditionnelle dans environ 65 % des cas, après le déjeuner, mais qu’ils étaient beaucoup moins indulgents juste avant de manger, ajoutant à la preuve que vous laissez gagner votre faim ou à être sous-alimentés (et voilà, c’est l’accident de régime), cherchant à faire des ravages avec votre bien-être mental et émotionnel. Mais l’alimentation ne pas la seule pratique de style de vie qui affecte votre maîtrise de soi. Les scientifiques ont découvert une clé essentielle dans la prévention des rechutes dans la désintoxication des toxicomanes – et il peut également vous aider à faire les bons choix sur une base cohérente.

    Qu’Est-ce que c’est ?

    Obtenir plus de six heures de sommeil chaque nuit. Vous aurez deviné que l’exercice aide aussi à renforcer les muscles de votre volonté. Une étude australienne a montré que les bénévoles qui ont terminé un programme d’exercice de deux mois ont connu la volonté plus forte dans presque tous les autres domaines de la vie. Lorsque nous ignorons ces principes fondamentaux de vie saine, le cortex préfrontal dans notre cerveau est empêché d’avancer vers nos objectifs à long terme. Les bonnes nouvelles sont, les études de Baumeister ont montré qu’une fois qu’une bonne habitude est en place, elle devient une routine et ne « zappe » pas votre volonté. Une autre preuve de la puissance des habitudes saines : une étude de l’Université Columbia a révélé que les femmes qui souffrent d’anorexie – souvent connu pour avoir une extraordinaire volonté – a trouvé qu’il n’y avait pas de volonté qui les maintenait dans leurs régimes extrêmes, mais bien des habitudes – retranchées. Nos cerveaux sont si puissants que nous pouvons réellement « recâbler » notre système de récompense. Au lieu de l’utiliser pour renforcer les comportements destructeurs, nous pouvons utiliser cette énergie pour créer des habitudes de santé, de bien-être et la productivité.

    5. Soyez à l’aise d’être mal à l’aise

    Plusieurs études ont montré que la volonté vient quand nous sommes prêts à persister à travers des situations inconfortables ou non naturelles. Dans une étude, les gens utilisaient leur main non dominante pour commencer leurs activités quotidiennes. Dans une autre étude, les participants ont cherché à avoir une meilleure posture du dos. Les deux tests ont donné lieu à des participants ayant la volonté plus forte (en devenant ambidextre et ayant le dos droits). Lorsque l’envie de « crise » commence à vous faire fléchir, rappelez-vous que vous ne pouvez pas agir sur chaque impulsion de vos émotions. Au lieu d’essayer d’ignorer les assauts de vos mauvaises émotions contre votre volonté, conformez-vous à ces sentiments inconfortables, et ayez confiance qu’ils vont passer. Dire oui à une gêne temporaire sachez comment dire « oui » à ce que vous voulez vraiment à long terme.

    6. Pensez à l’avance avec les déclarations « si-alors »

    Les psychologues suggèrent d’avoir une déclaration « si-alors » dans vos domaines de tentation. Par exemple, en supposant que vous essayez de d’économiser sur votre budget, vous pourriez dire : « Si mon ami appelle pour aller faire du shopping avec elle, alors je lui suggérerai d’aller plutôt marcher dans le parc à la place d’aller au centre commercial. » En plus de construire votre volonté, vous mettez également en pratique de nouvelles habitudes. Cela signifie que vous faites des progrès vers le changement.

    Source : http://www.vibrantlife.com/?p=3005

    UN ESPRIT POSITIF

    Un esprit positif – fournit des outils face aux défis que souvent nous affrontons. En un seul volume, ce manuel propose un catalogue complet de situations problématiques que nous rencontrons tous. Pour affronter ces situations le Docteur Melgosa présente des techniques précieuses de prise en charge personnelle.


     

  • EDS – Mardi 30 août – Le capital social

    « Une bonne réputation vaut mieux que de grandes richesses : l’estime des autres est préférable à l’or et à l’argent. » (Pr 22.1, BFC.)

    Quel est le rapport entre l’idée exprimée ici d’une part, et notre témoignage et notre évangélisation d’autre part ?

    Qu’est-ce que le « capital social » ? Quand vous faites des versements sur un compte bancaire, sa valeur augmente. Le capital social consiste en des relations positives, productives qui ont autant de valeur que de l’argent placé en banque. Quand vous entretenez de bonnes relations avec les responsables locaux, que vous leur demandez conseil pour combler les besoins existants, puis que vous passez à l’action, vous développez des relations avec eux. C’est cela, le capital social. Chaque expérience positive avec eux est comme un investissement dans votre relation. Votre capital social continue de grandir, et votre valeur augmente à leurs yeux.
    Le Manuel d’église nous rappelle que les adventistes du septième jour devraient « se comporter comme des citoyens modèles […] [et] contribuer au bien commun ». Nous « devrions encourager par tous les moyens à notre disposition tout effort en vue d’un meilleur ordre social », et « rester du côté du droit et de la justice dans les affaires civiles » Les normes de la vie chrétienne, p. 191.

    En plus du ministère terrestre de Jésus, la Bible donne d’autres exemples de ce qui devient possible quand le peuple Dieu s’est acquis du « capital social ». Lisez les passages suivants et décrivez les liens positifs que ces personnages bibliques ont vécus avec des « gens de l’extérieur » et quels ont été les résultats : Actes 7.9,10 ; Gn 41.38-45 ; Dn 2.16-49 ; 6.1-3.

    Bien entendu, nous n’avons peut-être pas vécu le genre de sauvetages et d’histoires racontées ici. Mais ce n’est pas le plus important. Ces hommes ont fait preuve d’une force de caractère qui a fait forte impression sur les gens autour d’eux. Ellen G. White dit, dans Patriarches et prophètes [p. 194, 195, 198-199.] et dans Prophètes et rois [p. 477-478] que ces hommes ont pu gagner la confiance et la faveur des « païens » qui les entouraient grâce aux qualités suivantes : l’amabilité, la fidélité, la sagesse, le discernement, les talents, la dignité, et une intégrité à toute épreuve.


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 69<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 69 VERSION MP3 >>

     

  • DU REPOS POUR NOTRE AGITATION !

    Health Ministries|EUD Par Health Ministries|EUD

    Un homme observait un roi qui jouait avec une poule. Étonné, l’homme demanda au roi s’il n’avait rien de plus important à faire. « Un homme ne peut pas toujours faire des choses importantes », répliqua le roi. « C’est seulement lorsque je m’occupe de temps en temps de choses apparemment insignifiantes, que je suis aussi en mesure de gérer des choses plus importantes. »

    Pour prévenir un burnout, il est nécessaire de saisir l’importance du repos et de la récupération. Des pauses régulières diminuent la fatigue et augmentent l’efficacité. Planifiez donc vos pauses délibérément ! Prenez le temps de faire de l’exercice et de boire de l’eau.

    Passez la soirée au calme. Lumières et écrans nous privent de notre repos nocturne. Un sommeil adéquat augmente la qualité de vie et contribue à prévenir la maladie. Instaurez une routine de sommeil et détendez-vous lorsque vous vous couchez le soir.

    Souhaitez la bienvenue au week-end ! Le Créateur s’est reposé le jour du Sabbat et nous offre chaque semaine 24 heures de repos pour notre corps, notre âme et notre esprit. Prenez du temps pour vos relations et du temps pour aimer.

    Accordez-vous du temps libre. “L’effet congés” se crée par une interruption du travail, un changement de lieu et du temps pour soi et pour ses proches. Se déconnecter est la clé du repos et le moyen de se dissocier mentalement et émotionnellement du stress et des soucis.

    « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11.28). Le véritable repos est dans la grâce de Jésus-Christ. Il désire pour nous une qualité de vie optimale !

    Dr. Christoph Bornand, Dentiste


    SANTÉ ET BIEN-ÊTRE

    L’opportunité vous est donnée de vous joindre à la distribution mondiale, prévue par la Conférence Générale des Adventistes du 7ème Jour le 18 avril 2015 et intitulée : Journée Impact Santé. L’objet de cette distribution porte sur le livre Santé et Bien-être : Des secrets qui changent la vie. Ce livre propose quelques pistes pour vivre une vie longue et en bonne santé. Les sujets qui portent sur la santé le bien-être couvrent des thèmes liés à la dépression, la résilience, les relations saines, la vie active, l’alimentation saine, la foi en Dieu… Le but est d’offrir à nos contemporains une réflexion sur la santé. De Mark Finley. Existe aussi en numérique.

     

  • EDS – Lundi 29 août – Un équilibre délicat

    L’Église adventiste du Septième jour connaît une croissance rapide dans un certain pays africain. Quel est le secret ? Les chefs de l’église ont déclaré qu’il y a un lien fort entre cette croissance et le service désintéressé et inconditionnel des membres d’église envers les membres de la population, et ce, dans tout le pays. Cette confiance générale en l’Église adventiste du Septième jour est parvenue aux oreilles du président du pays. Il a assisté à un rassemblement d’ACS (Adventist Community Services) et a remercié personnellement les membres de l’Église adventiste du Septième jour pour leur service.

    En même temps, en tant que représentants de Christ, nous devons marcher sur des oeufs. Nous devons, comme Jésus, gagner la confiance des gens. Mais leur confiance en nous doit être dirigée vers Jésus. Nous ne sommes que des intermédiaires. Ils voient quelque chose de Christ en nous qui les attire, cela peut être l’altruisme, l’amour, le renoncement à soi-même pour le bien des autres. Cependant, s’ils nous regardent de trop près, il se peut qu’ils n’aiment pas tout ce qu’ils voient, car nous sommes tous pécheurs. C’est pourquoi nous devons toujours leur montrer Jésus, en qui seul ils peuvent mettre toute leur confiance. Car chacun de nous, tôt ou tard, finit par décevoir.

    Lisez 1 Corinthiens 3.1-9 ; 5.1. Quel problème Paul doit-il régler avec l’église ? Quel genre de témoignage aurait-on si ces gens en invitaient d’autres dans leur église et que les visiteurs voyaient ce dont parlait Paul ?

    Bien entendu, nous n’avons pas besoin d’être parfaits, ou d’avoir une église parfaite avant de commencer à répondre aux besoins des autres. En même temps, nous devons chercher à être le genre de personnes sur lesquelles, dans une certaine mesure, d’autres peuvent apprendre à compter et en qui ils peuvent faire confiance. C’est uniquement en nous occupons des gens fidèlement et assidûment comme le faisait Jésus que nous pouvons parvenir à cela.En effet, il est évident que beaucoup des querelles et des difficultés au sein d’une église se dissiperaient rapidement si les membres s’occupaient uniquement de soulager les besoins de la population et de lui révéler l’amour de Christ.

    Si des visiteurs commençaient à venir dans votre église de manière régulière, que verraient-ils et quel genre de témoignage leur présenterait-elle ?


    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 68<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 68 VERSION MP3 >>
  • EDS – Dimanche 28 août – Gagner la confiance

    Après avoir souhaité le bien des gens, leur avoir témoigné de la sympathie, et les avoir soulagés, Jésus « gagnait leur confiance ». Le mot « confiance » en latin est composé des mots con-, qui signifie « avec », et -fides qui signifie « la foi ». Plusieurs mots sont employés dans la Bible pour communiquer le sens du mot foi.
    En hébreu, la racine du mot « foi » est amn, d’où vient le mot amen. L’idée fondamentale est celle de cohérence, de continuité, et de fiabilité. Il dénote quelque chose de solide, de ferme, digne de confiance et de foi. Il est souvent traduit par « croire » pour parler d’une foi salvatrice en Dieu, et peut signifier « vérité » sous une autre forme.

    Lisez les textes suivants qui comportent tous un mot formé sur la racine amn : Gn 15.6 ; Nb 14.11 ; Es 7.9 ; Ha 2.4. Comment est-il employé dans le texte, et de quelle manière exprime-t-il l’idée de confiance ?

    Dans le grec du Nouveau Testament, la racine du mot employé pour exprimer le amn (foi, croyance) de l’hébreu est « pistis ». Ce mot grec signifie « foi » et implique la croyance, la confiance, la certitude absolue, la fiabilité et l’assurance. Employé pour parler de Christ, qui gagnait la confiance des gens, il évoque la certitude absolue, l’assurance, la confiance, et la foi en réaction à son engagement désintéressé pour se mêler, compatir et servir.
    Il faut faire remarquer que dans la Bible, chaque fois que cette idée de confiance est attribuée à des humains, comme dans la confiance en soi ou la confiance en quelqu’un, elle a souvent une connotation négative (voir Mi 7.5 et Ps 118.9). Elle est en revanche positive quand cette confiance est attribuée à Dieu.
    Un mot d’avertissement est nécessaire. En tant que disciples de Jésus, nous sommes appelés à suivre son modèle. Cependant, quand ceux que nous servons montrent qu’ils ont confiance en nous, nous devons leur montrer Jésus et ce qu’il a fait pour eux.
    Si quelqu’un vous demandait : « À quoi ressemble la véritable foi en Dieu ? », quelle serait votre réponse, et pourquoi ?
    Apportez votre réponse en classe sabbat prochain.

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 67<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 67 VERSION MP3 >>
  • EDS – Samedi 27 août – JÉSUS GAGNE LA CONFIANCE

    SABBAT APRÈS-MIDI

    Étude de la semaine :
    Gn 15.6 ; Nb 14.11 ; 1 Co 3.1-9 ; Dn 6.1-3 ; Ne 2.1-9 ; Dt 4.1-9 ; Ac 2.42-47.

    Verset à mémoriser :
    « Sa renommée se répandait de plus en plus, et les foules nombreuses se rassemblaient pour l’entendre et pour être guéries de leurs maladies. » (Luc 5.15.)

    Durant plusieurs années, une église adventiste avait préparé le petit-déjeuner cinq jours par semaine pour une école publique du quartier. Cela se passait dans un pays très sécularisé, mais qui venait de voter une loi dégageant des fonds pour la création d’une aumônerie dans chaque école. L’école et le quartier voulaient que leur futur aumônier vienne de l’église adventiste (il est rare de demander à une seule église de faire cela). Le rôle de l’aumônier est d’aider à s’occuper des besoins physiques, émotionnels et spirituels des élèves, et de la communauté scolaire dans son ensemble. Les opportunités sont incroyables.
    « J’apprécie ce lien unique et spécial que nous avons avec votre église, a déclaré le principal de l’école au pasteur, qui visitait l’école. Et j’aimerais que les autres églises soient aussi impliquées que la vôtre. »
    Alors que le pasteur quittait les lieux, l’agent de coordination de l’école le remercia pour ce que faisait l’église, et elle lui demanda si elle pouvait venir un sabbat à l’église.
    Cette semaine, nous parlerons le fait de gagner la confiance des gens que nous cherchons à servir et à gagner pour Christ.

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 66<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 66 VERSION MP3 >>
  • Le verre est à moitié plein ou le verre est à moitié vide.

    Quel type de personne êtes-vous ? Voyez-vous « le verre est à moitié plein » ou « le verre est à moitié vide »

    Nous savons que la façon dont vous pensez affecte votre santé !

    Si vous avez en général, une perspective pessimiste négatif sur la vie, vous souffrirez très probablement à d’hypertension et vous aurez de l’anxiété.

    Voilà qui contraste celui qui aura un regard positif sur la vie. Si vous êtes généralement optimiste, votre tension descendra et vous vous sentirez stable.

    Imaginez que les choses négatives dans la vie sont comme des barrages routiers sur une route. Ils alimentent constamment votre esprit avec des mensonges tels que,  » je ne suis pas bon », « Personne ne m’aime », « Moi ? C’est lui qui ne changera jamais », « La vie est horrible, » « Je dois toujours prendre ce médicament, » toutes ces idées inhibent votre capacité à manœuvrer avec succès autour de ces barrages routiers et vous empêches d’atteindre votre plein potentiel.

    Vous devez positivement surélever vos pensées et rapidement de façon à franchir les obstacles et continuer à vous diriger à destination, une santé optimale et la joie dans tous les domaines de la vie.

    Comment pouvez-vous changer vos pensées négatives en pensées positives ??

    Tout d’abord, nous vous suggérons d’aller à Celui qui a créé toutes choses et de trouver un sens dans sa vie par lui. Jésus-Christ est Celui qui peut transformer entièrement votre processus de pensée.

    “Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici: (toutes choses) sont devenues nouvelles.” 2 Corinthiens 5: 17

    Ensuite, utiliser seulement du carburant positif pour votre esprit. Lorsque vous commencez à critiquer le monde, vous-même, et d’autres, ne penseront qu’à ce qui est néfaste et contraire, STOP ! Remplacer ce carburant négatif par du carburant positif.

    “Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées” Philippiens 4 : 8

    Enfin, comprendre ce qu’il y a dans votre vie qui vous empêche d’avoir une santé optimale. Y a-t-il quelque chose que vous pouvez changer ? Si oui, essayez de changer ce négatif en positif. Sinon, répétez l’étape précédente.

    Notre processus de pensée est donc très important quand il vient à notre santé globale. Non seulement changer notre pessimisme en optimisme bénéficie à notre santé, mais il va déborder dans la vie de ceux avec lesquels nous avons le plus de contact.

    Et c’est une chose positive pour tout le monde !

    UN ESPRIT POSITIF

    Un esprit positif – fournit des outils face aux défis que souvent nous affrontons. En un seul volume, ce manuel propose un catalogue complet de situations problématiques que nous rencontrons tous. Pour affronter ces situations le Docteur Melgosa présente des techniques précieuses de prise en charge personnelle.


     

  • EDS – Vendredi 26 août – Pour aller plus loin

    Lisez Dt 15.11 ; Jb 29.11-17 ; Pr 14.31 ; 19.17 ; Ac 3.6 ; Jc 1.27-2.5. Lisez Ellen G. White, « Pionnière en Australie », p. 244-252, dans Le ministère de la bienfaisance.

    Paul, tout comme Jésus, s’attachait à répondre aux besoins que les gens exprimaient. On le voit par exemple dans le fameux récit de Paul à l’Aréopage d’Athènes.
    Dans Actes 17.23, Paul, inspiré par l’idolâtrie dont il a été témoin dans la ville, se lance dans des discussions animées avec l’intelligentsia locale et tous ceux qui, sur la place du marché veulent bien discuter avec lui. Il prend conscience de leurs besoins et de leurs problèmes. Il découvre que dans leur vie, il y a un vide en forme de Dieu inconnu, et qu’ils ont besoin de connaître le vrai Dieu et d’arrêter d’adorer des idoles inutiles. Il commence ensuite à prêcher dans la synagogue, où se trouvaient à la fois « les Juifs et les non-Juifs qui adoraient Dieu » (Ac 7.17, BFC). Autrement dit, il a saisi les occasions qui se présentaient pour proclamer l’évangile. Paul a cherché à rencontrer les gens là où ils se trouvaient, comme on le voit dans la manière dont il parle aux gens à l’extérieur de la synagogue et dans la rue. Les foules croyaient en quelque divinité, car ils avaient bâti un autel dédié à un Dieu inconnu (Ac 17.23).
    Il cite même plus tard l’un de leurs poètes, qui a écrit quelque chose de vrai : « Nous sommes aussi sa lignée » (Ac 17.28). Prenant leur situation comme point de départ, il tente de les attirer loin de leurs idoles jusqu’au Dieu vivant et jusqu’à Jésus, ressuscité des morts.
    En bref, après avoir évalué les besoins de ceux qu’il voulait atteindre, Paul a ensuite essayé de contribuer à combler ces besoins.

    À méditer

    • « Celui qui, par son enseignement, montrait à tous les hommes la voie qui conduit à la paix et au bonheur, se préoccupait autant de leurs nécessités temporelles que de leurs besoins spirituels. » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 358.Pourquoi, d’après cette citation, devons-nous répondre aux besoins des gens ?
    • Pourquoi, quand on pense « évangélisation », devons-nous faire attention à ne pas oublier ce qu’est notre objectif ultime ? Quel est-il ? Justifiez votre réponse.
    • Comment apprendre à considérer certaines interruptions non comme des nuisances, mais comme des occasions sacrées pour aider les autres ? En quoi Galates 2.20 nous aide-t-il dans ce domaine ?
    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 65<< VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 65 VERSION MP3 >>