EDS – Lundi 4 juillet – Le privilège de la domination

Quelle est cette « domination » que les humains devaient exercer sur la terre, d’après Genèse 1.26-28 ?

Le mot biblique « domination » vient de l’hébreu radah. Ce mot indique un droit et une responsabilité à régner. Il implique, dans ce contexte, une hiérarchie de pouvoir et d’autorité dans laquelle l’espèce humaine se situe au-dessus du reste de la nature. Tandis que le verbe radah ne définit pas la manière dont cette domination doit s’exercer, le contexte d’une création sans péché nous montre que l’intention devait être bienveillante par nature.
On peut tirer des conclusions similaires sur le fait de soumettre la terre dans Genèse 1.28. Le verbe « soumettre », de l’hébreu kavash, décrit également une relation hiérarchique dans laquelle les humains se situent au-dessus de la terre et reçoivent le pouvoir et le contrôle sur elle. Ailleurs dans l’Ancien Testament, le verbe kavash est encore plus percutant que radash, et décrit le fait même de l’assujettissement, le fait de forcer quelqu’un à prendre une position de subordonné (Nb 32.22,29 ; Jr 34.11,16 ; Est 7.8 ; Ne 5.5). Dans beaucoup de ces cas, l’abus de pouvoir est évident et Dieu exprime sa désapprobation. Mais à nouveau, quand on prend en considération le contexte, celui du récit de la Création, d’un couple sans péché créé à l’image de Dieu pour administrer la terre, l’on comprend que cette soumission de la terre ne peut être caractérisée que par un « service » bienveillant rendu à la création au nom du Créateur.
Et certainement pas par une exploitation.
On trouve une dimension supplémentaire de cette idée de domination dans Genèse 2.15, quand Dieu place Adam dans le jardin pour cultiver (abad, travailler, servir, labourer) et garder (shamar, garder, protéger, s’occuper, regarder de près, observer, préserver, considérer, réserver).
Avec cela à l’esprit, nous découvrons que la domination consiste en une intendance ou une gestion attentionnée et affectueuse. Dans leur relation avec Dieu, nos premiers parents devaient avoir toutes les ressources et l’autorité dont ils avaient besoin pour exercer leur domination, qui devait refléter l’amour de Dieu pour sa création.

Bien que le mot « domination » ait aujourd’hui souvent des connotations négatives, ce n’était pas du tout le cas lors de sa première expression dans la Bible.
Trouvez plusieurs principes que l’on peut tirer de l’usage du terme dans son acception antérieure à la Chute, et que l’on peut appliquer à nos rapports envers ce ou ceux sur quoi ou qui nous exerçons notre « domination ».


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide3T2016 12 << VERSION PDF
EDS Guide 3T2016 12 VERSION MP3 >>

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :