• EDS – Dimanche 10 juillet – Miséricorde et justice : signes distinctifs du peuple de Dieu

    Dès le commencement, la justice sociale faisait partie intégrante des lois de Dieu et de son idéal pour son peuple. La justice sociale, c’est l’intention originelle de Dieu pour la société humaine : un monde dans lequel les besoins de base sont satisfaits, où les gens prospèrent, et où la paix règne.

    Lisez les passages suivants et résumez ce qu’ils disent sur la miséricorde et la justice, ou ce qu’on appelle parfois la « justice sociale ». Ex 22.21-23 ; 23.2-9 ; Lv 19.10 ; Pr 14.31 ; 29.7.
    La miséricorde et la justice sont également mises en lumière dans les lois du sabbat données à Israël. Dieu a mis en avant trois types de sabbat.

    En quoi l’idée de miséricorde et de justice se reflète-t-elle dans chacun de ces sabbats ? Ex 20.8-10 ; 23.10,11 ; Lv 25.8-55.

    1. Parmi les instructions sur l’observation du sabbat du septième jour, chacun avait une opportunité égale de repos, y compris les serviteurs, les animaux, les étrangers.
    2. Tous les sept ans, l’année sabbatique était un temps pour l’annulation des dettes, pour les soins aux pauvres, pour la libération des esclaves. Dieu a donné l’ordre à son peuple d’inclure les animaux dans les bénéfices de l’année sabbatique (voir Lv 25.6,7).
    3. L’année du jubilé survenait la quinzième année, après sept années sabbatiques. Les biens qui étaient vendus étaient remis au propriétaire d’origine, les dettes étaient remises, et les prisonniers et les esclaves étaient libérés. Le jubilé servait à placer toute la société sur le même plan, c’était comme un redémarrage qui donnait à chacun l’occasion de prendre un nouveau départ. C’était « une garantie contre les extrêmes de la richesse et de la pauvreté » Ellen G. White, Le ministère de la guérison, p. 156.
      Là, dans le tissu même de la société juive, nous voyons comment la justice et la miséricorde opéraient de concert en faveur des moins chanceux de la société.
    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 18 << VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 18 VERSION MP3 >>
  • Méditation – 10 juillet 2016 – La réponse « correcte » de Jésus

    Que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui dit : Pourquoi me dis-tu bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul. Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre ; ne commets pas d’adultère ; ne commets pas de vol ; ne fais pas de faux témoignage ; ne fais de tort à personne ; honore ton père et ta mère. Marc 10.17-19

    Le jeune homme riche pensait que la réponse de Jésus à sa question sur le salut porterait sur le comportement qu’il devait adopter. Effectivement, Jésus lui donna ce qu’il attendait et lui dit que s’il voulait avoir la vie éternelle, il devait « observer les commandements » (Matthieu 19.17). Puis il cita plusieurs des Dix commandements. Cette liste nous aide à commencer à comprendre le problème du jeune homme. Nous pouvons relever quatre points intéressants au sujet de cette liste.

    Premièrement, les commandements cités par Jésus viennent tous de la deuxième Table de la loi et parlent de la façon dont nous devons traiter les autres. Ce choix indique peut-être que le problème du jeune homme concernait sa relation avec les autres plutôt que son engagement vis-à-vis de Dieu.

    Deuxièmement, Jésus cita les commandements dans l’ordre : le sixième, le septième, le huitième et le neuvième. Mais étonnamment, il mentionna le cinquième après le neuvième. Pourquoi ? Probablement pour attirer son attention sur ce commandement. Ce jeune homme riche faisait peut-être partie des gens condamnés par Jésus dans Marc 7.11-13 parce qu’ils prenaient prétexte de la tradition du kôrban pour ne pas s’occuper des besoins matériels de leurs parents qui prenaient de l’âge.

    Troisièmement, Jésus fit une déclaration qui ne se trouve pas dans les Dix commandements : « Ne fais de tort à personne ». Cette expression faisait référence à une habitude consistant à priver les ouvriers de leur salaire. Ceci veut donc probablement dire que ce jeune homme avait obtenu ses richesses en partie aux dépens des plus pauvres.

    Quatrièmement, Jésus ne mentionna pas le dixième commandement parlant de la convoitise. Or, la convoitise était au coeur du problème spirituel du jeune homme, comme cela va rapidement se révéler.

    Dans le récit de Matthieu, Jésus ajouta une citation de Lévitique 19.18 à la liste des commandements à observer : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 19.19). Une fois encore, Jésus utilisa un texte important dans le judaïsme et qui posait problème à ce jeune homme. Pour conclure notre méditation d’aujourd’hui, faisons preuve d’imagination. Imaginez que vous soyez en train de parler avec Jésus au sujet des Dix commandements. Comment s’y prendrait-il et que dirait-il pour répondre à vos besoins spécifiques concernant votre relation avec Dieu et avec autrui ? Une réponse honnête de votre part peut vous en apprendre beaucoup sur vous-mêmes.


    Retrouvez le livre de méditation ici >> Tournez les yeux vers Jésus