• EDS – Vendredi 1er juillet – Pour aller plus loin

    Lisez ces autres passages sur la restauration à l’image de Dieu : Rm 8.29 ; Col 1.15 ; 3.9-11 ; 2 Co 3.18 ; 5.17.

    Lisez Ellen G. White : « La création », « La tentation et la chute » et « Le plan de la rédemption », p. 21-48 dans Patriarches et prophètes.
    En tant que peuple, nous avons été appelés par Dieu à oeuvrer en faveur des autres, pour le bien des autres, à montrer aux autres les promesses d’espérance et de restauration que nous avons reçues en Jésus. Et le Seigneur peut agir à travers nous de différentes manières en ce sens. Certaines églises offrent une restauration physique avec des programmes et des services de santé. Par exemple, le système de santé, d’hôpitaux et de cliniques de l’église fonctionne de concert vers ce même objectif. La restauration et le rétablissement peuvent avoir lieu grâce à des formations qui équipent les membres de la communauté pour combler leurs besoins. Les églises peuvent également établir ou développer les écoles locales, donner des formations, des cours d’alphabétisation, du soutien scolaire, de la relation d’aide, etc.
    Dans leur quête de restauration et de vie abondante, beaucoup comprendront qu’ils ont également besoin de restauration spirituelle et morale, même s’ils n’y pensaient pas au départ. En fait, c’est une facette-clé de la restauration à l’image de Dieu (voir Ep 4.22-24). L’église a une position et une qualification uniques pour combler ces besoins, meilleures que toute autre organisation séculaire sociale ou sanitaire.

    À méditer

    • Donnez des exemples de ce que votre église accomplit déjà en faveur de la restauration physique, mentale et spirituelle des gens de votre localité. Que fait votre église dans ce domaine ? Partagez avec votre classe des idées pour développer les ministères de restauration de l’église dans votre secteur.

    • Comment comprenons-nous cette idée de restauration physique ? Après tout, quoi qu’on fasse pour aider les autres à retrouver leur santé, à moins que le Seigneur ne revienne de leur vivant, la plupart de ces gens finiront par succomber à la maladie et aux outrages de la vieillesse. Pourquoi est-ce une preuve supplémentaire que la restauration totale ne peut avoir lieu qu’après le retour de Jésus ?

    • Que signifie « être restauré à l’image de Dieu dès aujourd’hui » ? Comment cela fonctionne-t-il ? Comment savoir si nous avançons ? Pourquoi notre perception de Dieu doit-elle être claire si nous voulons que cette restauration ait lieu ? Comment ne pas céder au découragement quand nous ne voyons pas les progrès escomptés ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 9 << VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 9 VERSION MP3 >>
  • Méditation – 1er juillet 2016 – Descendons de notre piédestal

    Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci m’accueille moi-même. Mais si quelqu’un devait causer la chute de l’un de ces petits qui mettent leur foi en moi, il serait avantageux pour lui qu’on lui suspende une meule de moulin au cou et qu’on le noie au fond de la mer. […] Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient constamment le visage de mon Père qui est dans les cieux. Matthieu 18.5-10

    Une chose apparaît clairement dans ces versets : Dieu s’intéresse aux plus faibles parmi nous, qu’ils soient jeunes et innocents – l’« enfant » mentionné au verset 5 – ou qu’il s’agisse de nouveaux membres ou de membres qui luttent – les « petits » des versets 6 et 10.
    Dans le verset 5, Jésus fait une promesse à ceux qui s’intéressent aux petits enfants et qui s’occupent d’eux. Mais au verset 6, il change de ton et, après avoir fait une promesse, il donne un avertissement. Ce faisant, il change de sujet et il passe de l’humilité à l’importance de ne pas causer la chute des croyants ordinaires (les « petits ») dans leur cheminement de chrétiens.

    Le message général de ce passage est qu’il est préférable d’avoir une meule autour du cou et de se noyer plutôt que d’égarer un chrétien fragile par notre attitude. Cet avertissement est très clair. Pourtant, il est facile de couvrir d’éloges le prédicateur invité et d’oublier de dire bonjour à ceux qui semblent ne rien avoir pour attirer les regards et l’attention d’autrui.

    Pourtant, combien de fois avons-nous entendu des histoires de diacres ayant parlé durement à certaines personnes qui ne semblaient pas dignes d’appartenir à leur Église ; de « femmes saintes » de l’Église ayant critiqué des nouveaux convertis parce qu’ils avaient apporté, pour le déjeuner pris en commun, un plat qui n’était pas conforme à leurs attentes ; de membres se croyant supérieurs aux autres et ayant blessé des personnes récemment entrées dans l’Église qui portaient des bijoux ; d’autres encore ayant insulté des adolescents qui avaient agi d’une façon qui leur avait déplu ?

    Il n’est pas étonnant que certaines personnes ne reviennent plus jamais dans notre Église. Cependant, leurs « anges dans les cieux » (Matthieu 18.10) oeuvrent en elles et nous devrions agir de la même façon. Le moment est venu aujourd’hui de descendre de notre piédestal, de prêter attention aux paroles de Jésus et de nous comporter avec amour vis-à-vis des « petits » qui se trouvent dans notre Église et que Dieu aime profondément. Il veut changer notre coeur et notre caractère, afin que nous puissions agir pour le bien dans leur vie.


    hardbackfront_800x1200 (2)<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici