Méditation – 23 juin 2016 – Éviter d’être Pierre

Il commença alors à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué et qu’il se relève trois jours après. Il disait cela ouvertement. Alors, Pierre le prit à part et se mit à le rabrouer. Mais lui se retourna, regarda ses disciples et rabroua Pierre : Va-t’en derrière moi, Satan ! lui dit-il. Tu ne penses pas comme Dieu, mais comme les humains. Marc 8.31-33

Pierre, cet homme si fier, dut être stupéfait par ces paroles si directes. Il était sincère, mais il avait touché la corde la plus sensible chez Jésus. Celui-ci réprimanda Pierre de façon très sévère, ce qui souligne l’importance de la croix dans son ministère. Jésus comprit également qu’il devait former les futurs dirigeants de son Église sur le rôle de la croix.

Non seulement Jésus avait été tenté par les paroles de Pierre, mais en plus elles venaient d’un ami. C’est bien triste, mais il en est ainsi : Satan peut utiliser les disciples de Jésus, et même ceux qui travaillent pour lui, pour accomplir sa propre tâche. En tant que chrétiens, nous pouvons non seulement trahir Jésus, mais aussi trahir ceux qui nous entourent. Nous aussi, nous pouvons entraîner nos amis chrétiens dans la mauvaise direction et les dissuader de faire la volonté de Dieu, en leur conseillant d’éviter tous dangers et tout ce qui pourrait les gêner. Nous devons être plus lucides que Pierre pour ne pas jouer le rôle de Satan sans même nous en rendre compte.

L’expérience de Pierre peut nous enseigner d’autres leçons. L’une d’entre elles est qu’en tant que chrétiens, nous sommes changeants. Un jour nous avons des pensées inspirées par Dieu et le lendemain, nous pouvons être un instrument du diable. Au mieux, nous sommes des créatures faillibles, en partie contrôlées par la connaissance, et en partie par l’ignorance. Nous avons tous un pied dans le royaume. Nous sommes sauvés dans le sens où nous avons accepté Jésus. Mais en réalité, Jésus doit encore œuvrer en nous.

L’autre leçon est que nous devons veiller à ne pas rejeter les gens en raison de leur stupidité et de leurs erreurs. Dans les jours et les semaines qui suivirent, Jésus allait faire preuve d’une patience infinie envers ses disciples souvent obtus.

Quelqu’un a écrit que « seule leur profonde stupidité pouvait les empêcher de comprendre ». C’est pourtant ce qui se passa jusqu’à la résurrection. Cependant, Jésus ne les abandonna pas. Notre Sauveur avait commencé à leur enseigner ce qu’impliquait le fait d’être le Christ. Il ne rejeta pas ses disciples et il ne nous rejette pas non plus. Pareillement, nous ne devrions pas rejeter ceux qui nous entourent.


Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici

Les commentaires sont fermés