Méditation – 21 juin 2016 – Une nécessité

Il commença alors à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué et qu’il se relève trois jours après. Marc 8.31

« Il fallait que le Fils de l’homme souffre » : c’était donc une nécessité. Jésus déclara à ses disciples qu’il devait être tué. D’après lui, la croix n’était pas une option mais une obligation. Il était venu sur la terre non seulement pour vivre une vie sans péché et être notre exemple, mais « pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude » (Marc 10.45). « C’est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour une multitude », dit-il à ses disciples lors du dernier repas qu’ils prirent ensemble.

La mort du Christ occupait une place centrale dans le plan du salut. Sans sa mort de substitution, le salut n’était pas possible. En raison de cette nécessité, il commença à enseigner les disciples de façon simple et claire. Mais ce qui se produisit quand il fit une première tentative montre clairement que ce serait une tâche difficile.

Pourquoi ? Parce que les disciples étaient issus d’une culture qui allait contre cet enseignement. D’après ce qu’on leur avait appris, le Messie devait « venir de la postérité de David » pour « délivrer le reste » du peuple de Dieu et, en même temps, détruire ses ennemis (4 Esdras 12.32-34). Il devait venir pour « anéantir l’arrogance des pécheurs comme la jarre d’un potier ; les briser avec un bâton de fer ; détruire les nations infidèles par la parole de sa bouche » (Psaume de Salomon 17.23-24).

Les Juifs ne savaient rien du Messie souffrant. Donc, quand Jésus annonça qu’il devait souffrir et mourir, les disciples furent profondément ébranlés. Aucun raisonnement n’aurait pu les inciter à conclure que Jésus devait mourir. Un Messie souffrant était inenvisageable pour eux. Ils n’étaient pas prêts à accueillir un Messie qui devait mourir pour leurs péchés. Ils attendaient celui qui les sauverait de l’oppresseur romain.
N’étant pas capables de comprendre le rôle du Messie, ils ne pouvaient pas non plus saisir le sens de la résurrection, un problème qui, plus tard, serait source d’angoisse pour eux. Les idées préconçues que les premiers disciples avaient sur les Écritures les avaient aveuglés. Nous aussi sommes menacés.

Seigneur, aide-nous à avoir des yeux pour voir et un coeur pour croire.


Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici

Les commentaires sont fermés