EDS – Mardi 14 juin – Gethsémané

Durant la semaine de la Pâque, les prêtres sacrifiaient des milliers et des milliers d’agneaux au temple en aval du Cédron. Le sang des agneaux était répandu sur l’autel, puis coulait jusqu’à un ruisseau qui parcourait la vallée du Cédron. Le ruisseau se teintait peut-être même de rouge à cause du sang des agneaux. Jésus et ses disciples ont dû traverser les eaux rougies de ce ruisseau en allant au jardin de Gethsémané.

Lisez Matthieu 26.36-46.

Pourquoi l’expérience de Gethsémané a-t-elle été si difficile pour Jésus ? Quel était le véritable enjeu ici ?

Ce n’était pas la mort physique que Jésus redoutait quand il a prié que cette coupe s’éloigne de lui. La coupe qu’il craignait était la séparation d’avec Dieu. Jésus savait que pour devenir péché pour nous, pour mourir à notre place, pour porter en lui la colère de Dieu envers le péché, il devrait être séparé de son Père. La transgression de la loi sainte de Dieu était si grave qu’elle a exigé la mort du coupable. Jésus est venu
précisément parce qu’il allait prendre cette mort sur lui afin de nous l’épargner.Voilà ce qui était en jeu pour Jésus, et pour nous.
« En pensant aux conséquences possibles de la lutte, le Christ redoutait une séparation d’avec Dieu. Satan lui disait que cette séparation serait éternelle s’il devenait le garant d’un monde pécheur. Il serait assimilé aux sujets du royaume de Satan et ne retrouverait plus jamais la communion divine. […] Le moment redoutable était arrivé où devait se décider la destinée du monde. Le sort de l’humanité oscillait dans la balance. Le Christ pouvait encore refuser de boire la coupe préparée pour l’homme coupable. Il n’était pas trop tard. Jésus pouvait essuyer la sueur sanglante de son visage et laisser périr l’homme dans son iniquité. Il pouvait dire : Que le transgresseur subisse la peine de son péché : moi, je retournerai vers mon Père.
Le Fils de Dieu allait-il consentir à boire la coupe amère de l’humiliation et de l’agonie ? L’innocent allait-il subir les conséquences de la malédiction du péché pour sauver le coupable ? » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 689, 692-693.

Jésus était disposé à faire ce qu’il a fait pour nous.
Quel impact cela devrait-il avoir sur chaque aspect de notre vie, en particulier quand il s’agit d’aider les autres ?
Comment apprendre à émuler davantage le caractère de Jésus dans nos vies ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide2T2016 83 << VERSION PDF
EDS Guide 2T2016 83 VERSION MP3 >>

Les commentaires sont fermés