EDS – Dimanche 12 juin – Une belle oeuvre

Nous voici à présent dans les derniers jours de la vie de Jésus sur terre. Il doit encore aller à la croix, être ressuscité, et se révéler pleinement comme le Sauveur du monde, crucifié et ressuscité. Ceux qui suivaient Jésus l’aimaient et l’appréciaient, mais il leur restait encore beaucoup à apprendre sur qui il était et ce qu’il allait faire pour eux. Rétrospectivement, avec toute la Bible, et en particulier les explications fortes de Paul au sujet de la mort expiatoire de Jésus, nous connaissons beaucoup plus de choses sur ce que Jésus allait accomplir pour nous que ses disciples n’en connaissaient au moment de cette histoire.

Sachant tout cela, lisez Matthieu 26.1-16. Quel est le sens de ce don très coûteux, et que nous apprend-t-il sur le type de relation que nous devons avoir avec Jésus ?
Remarquez comment Matthieu situe le récit de l’onction de la tête de Jésus (qui a probablement eu lieu avant l’entrée triomphale) en plein complot pour le tuer. Alors que certains parmi son peuple projetaient de lui faire du mal, cette femme déversa sur lui un amour et une dévotion sans retenue avec « un flacon d’albâtre plein d’un parfum de grand prix » (v.7).
Alors que les disciples déploraient le gâchis, Jésus qualifia ce qu’elle faisait de belle oeuvre. En apparence exagéré, ce geste révélait en réalité la véritable profondeur de ses sentiments. Elle ignorait sans doute tout ce qui devait arriver, et le sens de ces événements, mais elle en comprenait suffisamment pour savoir qu’elle devait beaucoup à Jésus. Elle voulait ainsi lui en rendre autant. Elle avait peut-être entendu les paroles qu’il avait prononcées : « À quiconque il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé » (Lc 12.48). Pendant ce temps-là, les disciples, qui avaient certainement vu davantage de ce qu’avait fait Jésus que cette femme, ne comprirent absolument pas cet incident. « Cette onction était un symbole du coeur débordant de la femme. C’était la démonstration extérieure d’un amour que des courants célestes faisaient déborder. Et cette onction de Marie, que les disciples ont qualifié de gâchis, se renouvelle dans des milliers d’autres coeurs réceptifs. » [Ellen G. White, The SDA Bible Commentary, vol. 5, p. 1101.]

Que nous dit cette histoire sur la manière dont nous devons répondre à ce que nous avons reçu en Jésus ?
Avec notre libre arbitre, quelle belle oeuvre pouvons-nous accomplir pour lui, en réponse à ce que nous avons reçu en lui ?


VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide2T2016 81 << VERSION PDF
EDS Guide 2T2016 81 VERSION MP3 >>

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :