• EDS – Lundi 27 juin – La Chute et ses répercussions

    La Bible ne dit pas combien de temps s’est écoulé entre la fin de la Création et la Chute. Des jours, des semaines, des années ? Nous l’ignorons.
    Mais ce que l’on sait, en revanche, c’est qu’il y a bien eu une Chute, et que ses résultats se sont fait sentir immédiatement, et de manière visible.
    Après qu’Adam et Ève ont mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, la première conséquence à être mentionnée est la prise de conscience de leur nudité (Gn 3.7). Ils ont cherché à se cacher de la présence de Dieu. Leurs robes de lumière avaient disparu. Ellen G. White, Patriarches et prophètes, p. 34.
    Leur intimité avec Dieu fut interrompue à cause de cette découverte de leur toute nouvelle intimité avec l’égoïsme du péché. Dieu chercha ensuite à instruire le premier couple au sujet des conséquences de leur péché.

    Lisez les textes suivants et identifiez quelles sont les conséquences immédiates du péché d’Adam et Ève : Gn 3.8-10 ; Gn 3.12 ; Gn 3.13 ; Gn 3.16 ; Gn 3.17-19. 

    Comment se manifestent ces mêmes conséquences aujourd’hui ?

    Pas de doute, la Chute était bien réelle, la Chute a été dure, et la Chute a eu des conséquences terribles pour notre espèce. La longue et tragique histoire de l’humanité, jusqu’aux événements récents, révèle les conséquences tragiques du péché.
    Comme nous devons être reconnaissants d’avoir reçu cette promesse ! Un jour, la tragédie du péché sera terminée et ne recommencera jamais plus.

    En quoi vivons-nous, chaque jour, avec les conséquences « de nos propres péchés » ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide3T2016 5 << VERSION PDF
    EDS Guide 3T2016 5 VERSION MP3 >>
  • Méditation – 27 juin 2016 – Un encouragement dans les périodes troublées

    Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, son frère, et il les conduit à l’écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux : son visage se mit à briller comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Moïse et Élie leur apparurent, qui s’entretenaient avec lui. […] Et une voix retentit de la nuée : Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; c’est en lui que j’ai pris plaisir. Écoutez-le ! Matthieu 17.1-5

    L’épisode de la transfiguration est lié à ce qui s’est passé précédemment, c’est-à-dire l’affirmation de Pierre selon laquelle Jésus est le Christ (Matthieu 16.16), l’annonce difficile de Jésus concernant sa mort et sa résurrection, puis sa déclaration sur la croix que doivent porter les disciples (versets 21-28).
    Matthieu nous dit que Jésus se rendit sur une montagne six jours après les événements de Césarée de Philippe, mais sans expliquer pourquoi. En revanche, Luc le précise. Dans Luc 9.38, nous lisons qu’il prit trois de ses disciples et qu’il « monta sur la montagne pour prier ».
    Jésus avait probablement de nombreux sujets de prière. Désormais, il était engagé sur le chemin de Jérusalem et de la croix qui l’attendait, une pensée qui le terrifiait. Il désirait également prier pour ses disciples, lents à comprendre qu’il allait les laisser dans quelque temps et qu’ils auraient la charge de diriger son Église sur la terre.
    Qu’ils étaient encore fragiles à ce moment-là ! Luc nous dit qu’ils s’endormirent sur la montagne de la transfiguration pendant que Jésus priait
    (verset 32). C’est d’ailleurs ce qui allait également se produire à Gethsémané. Or, il s’agissait de ses disciples les plus proches, ceux qu’il avait choisis parmi les douze pour leur donner un enseignement particulier. S’ils étaient si faibles sur le plan spirituel, qu’en était-il des autres disciples ? Il n’est pas étonnant que Jésus ait ressenti le besoin de prier. Là, sur la montagne de la transfiguration, les disciples virent une représentation du futur royaume de gloire en miniature. Le but de la transfiguration était d’encourager à la fois Jésus et les disciples. Ceux-ci
    étaient troublés par la façon dont Jésus avait redéfini qui était le Messie et précisé ce que signifiait être un disciple. Mais, avant tout, Jésus lui-même fut fortifié.
    La voix qui retentit du ciel, cette même voix que Jésus avait entendue lors de son baptême alors qu’il s’apprêtait à débuter sa mission, est particulièrement importante. Il l’entendit donc de nouveau au moment où son ministère allait désormais l’emmener à Jérusalem. C’est comme si Dieu mettait son sceau d’approbation sur la décision de Jésus et sa ligne d’action. C’est comme si le Père disait : « Va de l’avant, tu as fait le bon choix. Je serai toujours avec toi ».
    Nous pouvons être remplis de reconnaissance, car nous servons un Dieu désireux de nous encourager quand nous en avons réellement besoin.


    Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici