• EDS – Vendredi 3 juin – Pour aller plus loin

    Les gros titres de ce journal londonien disaient : « Une femme morte depuis trois ans dans son appartement : le squelette de Joyce retrouvé sur le canapé avec la télé allumée »
    [Source : www.theguardian.com/film/2011/Oct/09/joyce-vincent-death-mystery-documentary]

    Morte depuis trois ans dans un appartement, et elle n’a manqué à personne ? Personne ne l’a appelée pour prendre de ses nouvelles ?
    Comment cela a-t-il pu arriver, surtout à notre époque, où la communication n’a quasiment pas de limites ? Quand ce fait divers a été publié, la presse du monde entier s’en est fait l’écho, mais les Londoniens furent particulièrement sous le choc. Comment avait-elle pu rester là, morte, sans que personne ne s’en rende compte ? Cependant, sans l’espérance et la promesse de l’évangile, et du salut qui a coûté si cher pour nous, nous sommes tous voués au même oubli que cette pauvre femme. Mais la situation est pire, car il n’y aura personne pour nous retrouver, ou même pour se lamenter sur nos trois années de disparition, ou même sur nos trois milliards d’années après les faits.

    Les scientifiques actuels sont unanimes : tôt ou tard, tout le cosmos va s’essouffler et expirer dans ce qu’on a appelé « la mort thermique de l’univers », entre autres expressions du même genre. Ce que la Croix nous dit, cependant, c’est que cette idée est fausse. À la place de l’oubli éternel, nous pouvons avoir la promesse de la vie éternelle dans un nouveau ciel et une nouvelle terre. Avec des perspectives aussi
    incroyables devant nous, comment apprendre à ne jamais laisser qui ou quoi que ce soit se mettre en travers de notre chemin, ce chemin qui nous permettra d’obtenir ce qui nous a été offert en Jésus ?

    À méditer

    Méditez sur la puissance et l’irrévocabilité de la mort, et sur la vanité des efforts humains pour la contrer depuis des millénaires. Au mieux, nous pouvons préserver nos cadavres jusqu’à un certain point, ce qui ne neutralise pas plus la mort qu’une nouvelle couche de peinture sur une voiture sans moteur ne la fera rouler de nouveau. Il n’est donc pas surprenant qu’il ait fallu un événement aussi intense et spectaculaire que la mort et la résurrection du Fils de Dieu pour vaincre la mort pour nous.
    Que nous enseigne cette vérité sur la place centrale que doit avoir la Croix dans toutes nos espérances, et dans tout ce que nous croyons ?

    Méditez plus longuement sur ce que signifie être couvert par la justice de Christ. En quoi une compréhension équilibrée de cette idée importante nous préserve-t-elle du piège de la grâce à bon marché ou du légalisme, et pourquoi est-il crucial d’éviter les deux extrêmes ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide2T2016 72 << VERSION PDF
    EDS Guide 2T2016 72 VERSION MP3 >>
  • Méditation – 3 juin 2016 – L′homme malhonnête rencontre Jésus

    Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : Zachée, descends vite ; il faut que je demeure aujourd’hui chez toi. Tout joyeux, Zachée descendit vite pour le recevoir. En voyant cela, tous maugréaient : Il est allé loger chez un pécheur ! Luc 19.5-7 

    Le fait que Zachée, l’homme le plus détesté de la ville, soit contraint de monter dans un arbre dut beaucoup amuser les citoyens de Jéricho, ce qui les intéressa probablement autant que la venue de Jésus. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on voit un homme richissime comme Zachée remonter les pans de ses vêtements pour grimper dans un arbre.

    À vrai dire, Zachée n’avait pas vraiment le choix s’il voulait voir Jésus. J’imagine qu’il avait déjà essayé de l’apercevoir depuis le chemin. Il était petit, il avait donc certainement essayé de se frayer un chemin à travers la foule. Cela aurait pu marcher pour quelqu’un d’autre, mais je pense que les gens ne se privèrent pas de lui donner des coups de coude et des coups de pied, une façon pour eux de se venger de la malhonnêteté de Zachée. Ce fut une belle occasion pour la foule en colère, mais un mauvais jour pour Zachée. Il n’avait que ce qu’il méritait.
    Cependant, lui aussi avait des besoins. Il souhaitait notamment voir Jésus, même s’il savait que leur relation n’irait pas plus loin. Après tout, les Juifs considéraient que les collecteurs des taxes étaient impurs. Non seulement ils travaillaient pour les Romains qu’ils détestaient, mais ils leur extorquaient l’argent qu’ils avaient gagné à la sueur de leur front. Les collecteurs des taxes n’étaient donc même pas autorisés à entrer dans une synagogue.

    La solution ? Monter dans l’arbre. Quelque chose d’incroyable se produisit alors : Jésus s’arrêta au pied de l’arbre et il s’invita à dîner chez cet homme pécheur. Tout le monde fut choqué, mais personne ne le fut autant que Zachée. En réalité, la foule n’était pas seulement choquée, elle était scandalisée. Elle protesta, affirmant que ce soi-disant prophète allait tout simplement se rendre chez un escroc.

    Comme dans Luc 15, nous constatons que les scribes et les Pharisiens se mirent à maugréer une fois de plus, mais cette fois Jésus n’était pas en train de raconter des paraboles. Il s’agissait de la vie réelle. Il connaissait les besoins des personnes qu’il rencontrait. Le but de sa vie était justement de répondre à leurs besoins. Zachée n’était pas seulement l’homme le plus riche de la ville, mais également le plus seul. Or, en Jésus, il trouva un ami. La bonne nouvelle, c’est que Jésus est désireux d’être notre ami à tous, si nous faisons preuve d’humilité et le laissons entrer chez nous.


    Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici