Méditation – 31 mai 2016 – Prêter attention au monde

Il y avait un homme riche qui s’habillait de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour faisait la fête et menait brillante vie. Un pauvre couvert d’ulcères, nommé Lazare, était couché à son porche ; il aurait bien désiré se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; au lieu de cela, les chiens venaient lécher ses ulcères. Luc 16.19-21

Par cette parabole, Jésus nous montre à quel point il excellait dans l’art de raconter des histoires. Ce qui est frappant, c’est le contraste entre l’homme riche qui vivait dans le luxe et l’homme pauvre qui était totalement démuni. Vous avez certainement remarqué les détails sordides, à savoir les chiens venant lécher ses blessures tandis qu’il essayait de s’emparer des restes du repas de l’homme riche.
Lazare est le seul personnage auquel Jésus donne un nom dans ses paraboles. Il est intéressant de noter que ce nom signifie « celui qui est aidé par Dieu ». Au temps venu, « le pauvre mourut et fut porté par les anges sur le sein d’Abraham », tandis que le riche mourut et se retrouva dans le séjour des morts où il aperçut Lazare. « Il s’écria : Abraham, mon père, aie compassion de moi !
Envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre dans ces flammes ». Mais Abraham l’invita à se rappeler du temps où il avait bien vécu, tandis que Lazare souffrait. Alors le riche lui demanda d’envoyer Lazare prévenir ses cinq frères « afin qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourment. » (voir Luc 16.22-28.)

Alors vient la conclusion : « Abraham répondit : Ils ont Moïse et les Prophètes ; qu’ils les écoutent ! L’autre reprit : Non, Abraham, mon père, mais si quelqu’un de chez les morts va vers eux, ils changeront radicalement. Et Abraham lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu’un se relevait d’entre les morts. » (versets 19-31.) Certaines personnes interprètent les détails de ce récit de façon littérale. Mais réfléchissons un instant. Le ciel est-il proche de l’enfer au point qu’il est possible de se parler
de l’un à l’autre ? De plus, cette parabole est basée sur la vision grecque de la vie après la mort, à savoir l’enfer, plutôt que sur la conception juive, c’est-à-dire l’idée d’un sommeil dans la tombe (Daniel 12.2). Jésus utilise des références et des symboles mythologiques de son temps pour développer trois idées : (1) Le fait d’être riche n’est pas un signe de la bénédiction de Dieu, ni une récompense éternelle ; (2) nous devons nous rappeler que d’autres sont bien moins lotis que nous ; (3) enfin, même un miracle ou un signe ne peut changer une personne qui n’est pas prête à accepter la Parole de Dieu telle qu’elle est présentée dans la Bible.

Père, aide-moi à laisser ta Parole me transformer aujourd’hui. Aide-moi à savoir l’apprécier toujours davantage pendant qu’elle peut encore me faire du bien.

Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici

Les commentaires sont fermés