EDS – Vendredi 20 mai – Pour aller plus loin

Jésus qui demande à Pierre de sortir l’argent, la somme exacte nécessaire, le premier poisson que Pierre attrape, toute cette histoire est extraordinaire, si extraordinaire que certains spécialistes ont tenté de l’écarter. C’était juste un petit « conte folklorique », une gentille histoire pour démontrer quelque chose, rien de plus. Bien entendu, c’est une option totalement discutable (ce n’est pas du tout une option, d’ailleurs). C’est certain : contrairement aux autres types de miracles, comme par exemple guérir les malades, rendre la vue aux aveugles, ressusciter les morts, ou nourrir les affamés, celui-ci est d’une tout autre nature.

Dans la Bible, nous avons également un fer de hache qui flotte (2 R 6.2-7) et une toison mouillée sur un sol sec et inversement (Jg 6.36-40). Il n’est donc pas totalement inédit. Pourquoi Jésus n’a-t-il pas simplement tendu l’argent à Pierre, au lieu de lui demander un tel exploit pour ce qui était en fin de compte un problème relativement simple ? Le texte ne le dit pas. Mais en revanche, le texte nous montre la puissance
incroyable de Dieu, ce qui ne devrait pas nous surprendre. Après tout, nous voyons des preuves de sa puissance tout le temps. Rien que notre existence, sans parler de celle du cosmos visible, est une manifestation étonnante de la puissance de notre Dieu. Si Dieu peut faire cela, qu’est-ce qu’une pièce particulière dans la bouche d’un poisson particulier ? Rien du tout.

Bien qu’écrite dans un contexte différent, cette déclaration de Paul s’accorde bien à la situation : « O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la connaissance de Dieu !
Que ses jugements sont insondables et ses voies incompréhensibles ! » (Rm 11.33). Le récit de Matthieu est simplement une autre manifestation de cette vérité.

À méditer

Les difficultés que Pierre avait pour soumettre sa volonté à Dieu sont aussi les nôtres.
Dans Malachie 1, Dieu demande aux Juifs de n’amener que leurs meilleurs animaux pour le sacrifice. « Cependant vous amenez ce qui est le produit d’une spoliation, ce qui est boiteux ou infirme : voilà l’offrande que vous amenez !
Vais-je l’agréer de votre main ? dit le Seigneur. » (Ml 1.13.)
Pourquoi Dieu s’inquiéterait-il du genre de sacrifices que nous lui apportons ?
Parce qu’il veut que nous lui confiions ce à quoi nous tenons le plus. À quel genre de choses dans votre vie vous accrochez-vous le plus ? Comment pouvez-vous les remettre au Seigneur ?

Pensez à la manière dont Jésus a géré la situation avec l’impôt du temple. Plutôt que d’envenimer la situation, il a laissé couler.
Quel enseignement en retirer pour les conflits du quotidien dans lesquels nous pouvons nous retrouver ?
Comment savoir quand c’est le moment de parler ou le moment de garder de silence ?

COMMANDEZ VOTRE GUIDE EDS ICI 
EDSGuide2T2016 58 << VERSION PDF
EDS Guide 2T2016 58 VERSION MP3 >>

Les commentaires sont fermés