• Un enfant sur trois âgés de six à neuf en Europe en surpoids ou obèses – étude

    Préserver pour l′avenir

    Un enfant sur trois en Europe entre les âges de six et neuf sont en surpoids ou obèses, selon un rapport qui avertit également que d’ici 2025 le nombre de moins de cinq ans dans le monde qui sont en surpoids aura augmenté, passant d’environ 41 millions aujourd’hui à 70 million.

    Parmi les autres principales conclusions des chercheurs est qu’entre 20% et 30% de toutes les maladies inflammatoires de l’intestin commence maintenant dès l’enfance. Ils signalent également que la cirrhose du foie est devenue la cause la plus fréquente des maladies chroniques du foie chez les enfants et les adolescents dans les pays occidentaux. Les enfants des 3 ans ont été diagnostiqués avec la maladie.

    Le rapport a été commandé par « United European Gastroenterology (UAG) » et est basé sur les données de 46 pays de la région européenne.

    Le message de l’UAG est que l’Europe ne peut pas faire face au problème. « Dans toute l’Europe, nous avons des experts pédiatriques de premier plan et de nombreux centres d’excellence. Cependant ce ne sont pas répandus et actuellement ne peuvent pas répondre aux besoins des enfants à travers le continent », a déclaré Michael Manns, Président de l’organisation et Professeur de pédiatrie à l’école de médecine de Hanovre. « Cela a un impact non seulement sur les individus et leurs familles, mais sur la société et plus la prestation de services de santé. »

    Le coût du traitement des troubles liés à l’obésité représente aujourd’hui un dixième du coût total des soins de santé en Europe, et, selon le rapport, c’est une menace de la viabilité des services de santé publique dans toutes les nations.

    Les enfants représentent un cinquième de la population de l’Europe, et l’incidence des maladies gastro-intestinales augmente, mais les experts craignent que la recherche dans ce domaine soit sous-financé. « Il est extrêmement inquiétant qu’un sujet seulement sur 58 reçoive actuellement des fonds de recherche de l’UE pour la santé pédiatrique », a déclaré Berthold Koletzko, Président de la Société européenne de Gastroentérologie en pédiatrie, hépatologie et nutrition, et Pédiatre à l’Université de Munich.

    « Les priorités doivent changer rapidement les façons d’appréhender les problèmes spécifiques des subventions pour la digestion pédiatrique et assurer un plus grand investissement dans la prévention et des mesures diagnostiques rentables et de formation harmonisée. »

    Un cinquième des adultes dans le monde seront obèses d’ici 2025, c’est ce que prévoit l’étude.

    L’alerte sur les niveaux de l’obésité n’est pas nouveau, et ne se limite pas à l’Europe ou à l’ enfance: une récente étude de Lancet réalisée par des scientifiques de l’ « Imperial College » a rapporté que dans le monde entier il pourrait y avoir 266 millions d’hommes obèses et 375 million de femmes obèses, et que la population mondiale était devenue plus lourd d’environ 1,5 kg par personne à chaque décennie depuis 1975.

    Michael Manns avertit que l’obésité dans l’enfance peut se maintenir jusqu’à l’âge adulte. Le message du rapport – à coïncider avec la fin d’un événement, le « mois de la santé digestive » présentée par un groupe de coordination des sociétés scientifiques représentant 22.000 spécialistes – disent que plus d’expertise, plus de soins et plus d’investissements sont nécessaire et de toute urgence.

    « J’ai le sentiment que les pays du Nord et de l’Europe de l’Est ont plus obésité que les pays d’Europe du sud. Une chose se trouve certainement dans le climat et je pense que l’autre chose est le statut socio-économique. Habituellement, les gens ayant des antécédents socioéconomiques inférieures ont un risque plus élevé. Cela peut avoir à faire avec la nutrition, c’est en rapport aussi avec l’habitude de l’exercice », a-t-il dit.

    « Ce qui est important avec tous les enfants qui ont de l’obésité, 90% conservent leur obésité à l’âge adulte. Par conséquent, il est donc important de développer des campagnes de santé préventive dans l’enfance ».

    Source : http://www.theguardian.com/society/2016/may/31/one-in-three-children-aged-six-to-nine-in-europe-overweight-or-obese-study

    DIABÈTE

    Le diabète est une des maladies les plus répandues dans le monde. Deux cent cinquante millions de personnes en sont atteintes, mais beaucoup présentent la forme légère de la maladie sans le savoir.

     

  • EDS – Mardi 31 mai – Pas de fruits

    Quand Jésus a purifié le temple, c’était un acte de compassion. C’est dans le parvis des Gentils que le commerce avait lieu, et Jésus était déterminé : sa maison devait être un lieu de prière et d’adoration pour tous les peuples.
    Mais la purification était aussi un acte de jugement. Les prêtres qui dirigeaient le temple avaient ruiné leurs chances de bénir tous les peuples. Le jour de leur jugement était proche. Si, après tout ce que Jésus avait fait pour révéler sa mission divine, ces hommes persistaient à refuser de l’accepter, que pouvait-il arriver d’autre, excepté qu’ils récoltent les fruits de leurs choix malheureux ?

    Lisez Matthieu 21.18-22. En quoi le fait que Jésus maudisse le figuier a-t-il un lien avec la purification du temple ?

    Jésus a maudit le figuier comme une parabole sur un grand nombre de chefs de la nation juive qui récoltaient finalement et irrévocablement ce qu’ils avaient semé. Cependant, n’oublions pas que cette parabole ne concerne pas tous les chefs religieux.
    Beaucoup ont en effet accepté la foi en Jésus comme Messie. « La parole de Dieu se répandait, le nombre de disciples se multipliait rapidement à Jérusalem, et une grande foule de prêtres obéissait à la foi » (Ac 6.7). Pourtant, de la même manière que le figuier ne portait pas de fruit, le ministère du temple n’en portait pas non plus, et il allait bientôt devenir invalide.

    Cet acte, ainsi que les paroles de Jésus, ont dû être un choc pour les disciples, qui essayaient encore d’intégrer les leçons de compassion et d’inclusion que Jésus avait révélées tout au long de son ministère. C’est ce même Jésus qui avait déclaré qu’il était venu, non pour condamner le monde, mais pour le racheter. Ce même Jésus qui avait affirmé : « le Fils de l’homme est venu non pour perdre les âmes des hommes mais pour les sauver » (Lc 9.56, Colombe). Chaque parole et chaque acte de son ministère était consacré à la restauration de l’humanité déchue, et montrait aux hommes l’espérance et la promesse d’une nouvelle vie en lui. Le fait qu’il ait agi et parlé si durement, de manière aussi irrévocable, tout cela les surprit, et c’est pour cela que Matthieu a écrit qu’ils « furent dans l’admiration » (Colombe) de ce qu’il avait fait.

    Pas de doute là-dessus : il y a des gens qui, tôt ou tard, rejettent totalement la miséricorde et la grâce de Dieu (voir Gn 6.13 ; 15.16 ; 19.24 ; Ap 22.11).
    Pourquoi est-il cependant si important de laisser ce genre de jugements à Dieu et de ne jamais les faire nous-mêmes, que ce soit à propos d’autrui ou encore de nous-mêmes ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide2T2016 68 << VERSION PDF
    EDS Guide 2T2016 68 VERSION MP3 >>
  • Méditation – 31 mai 2016 – Prêter attention au monde

    Il y avait un homme riche qui s’habillait de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour faisait la fête et menait brillante vie. Un pauvre couvert d’ulcères, nommé Lazare, était couché à son porche ; il aurait bien désiré se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; au lieu de cela, les chiens venaient lécher ses ulcères. Luc 16.19-21

    Par cette parabole, Jésus nous montre à quel point il excellait dans l’art de raconter des histoires. Ce qui est frappant, c’est le contraste entre l’homme riche qui vivait dans le luxe et l’homme pauvre qui était totalement démuni. Vous avez certainement remarqué les détails sordides, à savoir les chiens venant lécher ses blessures tandis qu’il essayait de s’emparer des restes du repas de l’homme riche.
    Lazare est le seul personnage auquel Jésus donne un nom dans ses paraboles. Il est intéressant de noter que ce nom signifie « celui qui est aidé par Dieu ». Au temps venu, « le pauvre mourut et fut porté par les anges sur le sein d’Abraham », tandis que le riche mourut et se retrouva dans le séjour des morts où il aperçut Lazare. « Il s’écria : Abraham, mon père, aie compassion de moi !
    Envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre dans ces flammes ». Mais Abraham l’invita à se rappeler du temps où il avait bien vécu, tandis que Lazare souffrait. Alors le riche lui demanda d’envoyer Lazare prévenir ses cinq frères « afin qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourment. » (voir Luc 16.22-28.)

    Alors vient la conclusion : « Abraham répondit : Ils ont Moïse et les Prophètes ; qu’ils les écoutent ! L’autre reprit : Non, Abraham, mon père, mais si quelqu’un de chez les morts va vers eux, ils changeront radicalement. Et Abraham lui dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu’un se relevait d’entre les morts. » (versets 19-31.) Certaines personnes interprètent les détails de ce récit de façon littérale. Mais réfléchissons un instant. Le ciel est-il proche de l’enfer au point qu’il est possible de se parler
    de l’un à l’autre ? De plus, cette parabole est basée sur la vision grecque de la vie après la mort, à savoir l’enfer, plutôt que sur la conception juive, c’est-à-dire l’idée d’un sommeil dans la tombe (Daniel 12.2). Jésus utilise des références et des symboles mythologiques de son temps pour développer trois idées : (1) Le fait d’être riche n’est pas un signe de la bénédiction de Dieu, ni une récompense éternelle ; (2) nous devons nous rappeler que d’autres sont bien moins lotis que nous ; (3) enfin, même un miracle ou un signe ne peut changer une personne qui n’est pas prête à accepter la Parole de Dieu telle qu’elle est présentée dans la Bible.

    Père, aide-moi à laisser ta Parole me transformer aujourd’hui. Aide-moi à savoir l’apprécier toujours davantage pendant qu’elle peut encore me faire du bien.

    Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici