• Les super-aliments à la rescousse

    La phrase « Vous êtes ce que vous mangez » semblent toujours apparaître dans ma tête chaque fois que je me veux me livrer à un de mes plaisirs alimentaires. Surtout, quand je suis fatigué ou stressé que je sors un de mes goûter préférés pour me réconforter. C’est un vrai régal à chaque bouchée un vrai délice – c’est comme si, tous les soucis du monde avaient disparu en un instant. Cependant, à la fin de ma folie, même si je suis rassasié, Je me sens vide et insatisfait. Je ressens un besoin, et pourtant je me sens horriblement coupable lorsque je mangeais autant de nourriture malsaine et pas très nourrissante, et je me sens même presque malade ! Vous êtes-vous déjà senti comme ça ?

    Mais la décision, c’est la nôtre. En fin de compte, nous choisissons si nous nous arrêtons à la fenêtre du fast-food ou du drive-in, ou nous rentrons chez nous avec nos légumes et nos fruits. Décision difficile ? Oui, ça l’est ! Si ça peut vous consoler, je lutte aussi. Il n’est pas toujours facile de manger ce qui est bon pour vous, même si votre corps le réclame.
    Dans un rapport publié par ABC News intitulé « Fast Food : Le piège rapide pour les dommages du foie », indique que la mauvaise nutrition a le même impact sur le foie que ce que fait la consommation d’alcool. Il peut causer une cirrhose et éventuellement conduire à une insuffisance hépatique. Dans le même rapport une étude publiée par la Suède a effectué des tests sur seize personnes en bonne santé pour leur demandant d’arrêter l’exercice et de le remplacer deux repas de fast-food par jour. Les résultats ont été effrayant ! Les individus ont gagné 8 Kilos, mangeaient 70% de plus de calories par jour, et de leur ALT enzymatique du foie (qui est un indicateur de lésions du foie) avait un niveau 4 fois plus élevé que la normale. La plupart des foies des individus testés ont commençaient à augmenter dans la semaine de la leur alimentation fast-food.

    Alors, maintenant que nous avons prouvé que la façon dont nous mangeons peut nous tuer, « Que devons-nous faire ? » Ne vous inquiétez pas ; les super-aliments viennent à la rescousse ! Vous pouvez trouver ça drôle ; mais sérieusement, il y a certains aliments vraiment puissants contenants des nutriments pour nous aider à combattre les effets néfastes de l’alimentation malsaines. Dans le « MenHealth magazine » on nous indique huit super-aliments pour aider recharger votre corps :

    Le quinoa

    Ce copieux grain est présenté comme le plus récent des supers-aliments et il est facile de comprendre pourquoi. Riche en protéines, avec seulement quelques hydrates de carbone et un peu de graisses saines, le quinoa a une valeur nutritive supérieure à celle du riz, du maïs et du blé. Il est facile à préparer et peut être servi de différentes manières, en entrée, en plat ou en dessert.

    Les Myrtilles

    Ces baies sont étonnantes sur la liste des quelques-uns de supers-aliments. Des recherches récentes, sur des rats, montrent que les myrtilles ralentissent effectivement le déclin mental lié à l’âge du cerveau. Les myrtilles contiennent pterostilbene, un composé végétal récemment testé pour avoir des propriétés anti-cholestérol. Leur valeur ORAC (indice d’antioxydants) est le plus élevé de tous les fruits. Et les les myrtilles sont riches en fibres.

    La goyave

    Parmi les super-aliments du monde, la goyave est un dormeur. Avec un goût qui a été décrit entre « la fraise et la poire, » une petite tasse de ce fruit faible en calories et riche en vitamines contient huit grammes de fibres. Et lors d’un grand test il a été prouvé que le pouvoir antioxydant de la goyave a permis de classer ce fruit juste derrière les myrtilles et le chou frisé. La goyave contient également du lycopène qui lutte contre le cancer.

    Le chou frisé

    Le chou frisé est un membre de la famille royale végétale des brassica qui revendique le chou et le brocoli parmi ses proches. Il est riche en substances anticancéreuses appelées indoles, et renforce les os en vitamine K. Le chou frisé a la cote la plus élevée de tous les légumes, en antioxydant et est scandaleusement faible en calories.

    Les Pommes

    « Une pomme le matin éloigne le médecin » cette réputation de la pomme rouge ou verte est bien mérité. Chargé de pectine (une fibre importante), les pommes sont l’une des meilleures sources de bore, un nutriment peu connu qui aide à maintenir des os solides et sains. Une pomme avec un verre d’eau est un excellent coupe-faim naturel. La pomme avec la plus haute teneur en antioxydant : La Red chief

    Huile de noix de coco

    Cette superbe huile a été longtemps négligé comme une huile saine car elle contient de la graisse saturée. Mais ne vous inquiétez pas. La graisse saturée de la noix de coco est du genre très sain appelé MCT (triglycérides à chaîne moyenne) qui est facilement brûlée par l’énergie du corps. L’huile de coco contient également de l’acide laurique, un anti-virus et antimicrobien naturel. Et une excellente huile de coco vierge aujourd’hui ne contient pas d’acide gras trans.

    Le thé vert

    La boisson superstar si on devait la nommer ainsi, le thé vert aide à perdre du poids et aide à lutter contre le cancer. Il contient EGCG, une catéchine (composé végétal) qui stimule le métabolisme et a des propriétés anti-cancéreuses pour démarrer. Le thé vert contient également théanine, un décontractant naturel.

    La graine de lin

    L’huile de lin est l’une des seules sources de graisses d’oméga-3 végétaux, mais les graines de lin sont également riches en fibre en oméga-3. Ils contiennent également des lignanes, un groupe d’éléments nutritifs des plantes qui ont été étudiés par l’Institut national du cancer pour leurs propriétés préventives contre le cancer.

    Alors, après avoir lu ce sujet, aurez-vous encore besoin de retourner au fast-food ?
    Laissez les supers-aliments vous libérer et soyez étonné de ce qu’un peu d’alimentation saine peut faire !

    Publié par: Admin // Autres Blogs , WellChic de régime , la restauration rapide , la nutrition , WellChic // 4 mars 2008,
    – See more at: http://www.vibrantlife.com/?p=571#sthash.uYjRmDVG.dpuf


    24 STRATÉGIES… POUR UNE MEILLEURE SANTÉ

    Le Docteur Timothy Arnott du Centre de style de vie d’Amérique a développé 24 principes sanitaires concis et pratiques. Basés sur les toutes dernières investigations scientifiques…

  • EDS – Lundi 30 mai – Jésus dans le temple

    Dès les premiers jours de l’humanité déchue, Dieu choisit un moyen pour enseigner au monde le plan du salut, le salut par grâce par la foi dans le Messie à venir : les sacrifices d’animaux (voir Rm 4.13-16).
    Genèse 4 en est un puissant exemple. Il s’agit de l’histoire de Caïn et Abel, et de la tragédie qui s’ensuivit au sujet de l’adoration, entre autres (voir également Ap 14.7-12).

    Ainsi, quand Dieu a appelé Israël, son peuple élu, à être « un royaume de prêtres et une nation sainte » (Ex 19.6), il a aussi établi le service du sanctuaire comme une explication plus complète du salut. Depuis le tabernacle dans le désert, en passant par le temple de Salomon, et jusqu’au temple construit après le retour de Babylone, l’évangile a été révélé dans les symboles et les types du service du sanctuaire.
    Cependant, malgré leurs origines divines, le temple et ses rituels étaient conduits par des êtres humains déchus et, comme pour tout ce qui impliquait le peuple, la corruption s’ensuivit. Même ce service sacré que Dieu avait institué pour révéler son amour et sa grâce à un monde déchu n’a pas échappé à la corruption. Au temps de Jésus, les choses étaient tellement perverties par l’avarice et la cupidité des prêtres (ceux-là mêmes à qui l’on avait confié l’administration des services !) que « le caractère sacré du service sacrificiel s’était effacé, dans une grande mesure, aux yeux du peuple. » Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 584.

    Lisez Matthieu 21.12-17. Quelles leçons y a-t-il pour ici nous, adorateurs de Dieu ?

    Comme dans beaucoup d’autres occasions, Jésus cite les Écritures pour justifier ses actes, une preuve de plus qu’en tant que disciples du Seigneur, nous devons mettre la Bible au centre de notre vision du monde et de notre système moral. En plus de citer les Écritures, il a guéri miraculeusement des aveugles et des boiteux. Tout cela montrait avec encore plus de puissance et de conviction l’origine divine de sa
    nature et de son appel. Quelle tragédie ! Ceux qui auraient dû être les plus sensibles et les plus réceptifs à toutes ces preuves ont été ceux qui l’ont le plus farouchement combattu. Craignant pour leurs trésors terrestres et leur statut d’« intendants » et de « gardiens » du temple, beaucoup devaient passer à côté de l’objet même du service du temple : le salut en Jésus.

    Comment nous assurer que nous ne laissons pas notre souhait de garder ou d’obtenir quoi que ce soit sur terre, même si c’est quelque chose de bien, compromettre ce qui compte vraiment : la vie éternelle en Jésus ?

    VOTRE GUIDE EDS ICI 
    EDSGuide2T2016 68 << VERSION PDF
    EDS Guide 2T2016 68 VERSION MP3 >>
  • Méditation – 30 mai 2016 – Une espérance pour tous les membres d′Église

    Le père lui dit : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi ; mais il fallait bien faire la fête et se réjouir, car ton frère que voici était mort, et il a repris vie ; il était perdu, et il a été retrouvé ! » Luc 15.31-32

    Quelle tragédie ! Le fils aîné avait passé toute sa vie dans la maison du père sans jamais vraiment savoir ce que celui-ci avait au fond du coeur ! Pire encore, quelle tristesse de passer toute sa vie dans l’Église sans jamais parvenir à comprendre l’amour et la grâce du Père !
    L’exemple du fils aîné nous permet de faire un lien avec la parabole de la pièce évoquée précédemment. La pièce brillait et était belle, d’un point de vue extérieur. Pourtant, elle était perdue. Du fait que c’était une pièce, elle n’avait pas le sens des choses spirituelles. Impressionnée par sa propre apparence extérieure, elle ne savait même pas qu’elle était perdue. Pourtant, elle était dans la maison, dans l’Église, dans la synagogue.

    En fait, Jésus fit allusion aux Pharisiens qui se trouvaient parmi ses auditeurs et qui sont mentionnés aux versets 1 et 2. Il s’adressait à tous ceux qui l’écoutaient. Ainsi, il raconta la parabole du mouton perdu pour les gens ordinaires (les pécheurs ordinaires), qui avaient conscience d’être perdus, mais qui ne savaient que faire pour s’en sortir. Il raconta ensuite la parabole du fils perdu pour évoquer les collecteurs d’impôts ayant un coeur rebelle et qui vivaient de leurs gains mal acquis. Mais les scribes, les Pharisiens et les membres d’Église « respectables » furent doublement concernés : premièrement, par la parabole de la pièce n’ayant aucun sens des choses spirituelles et, deuxièmement, par celle du membre d’Église travailleur, dont la vie semble être parfaite, mais qui est totalement perdu, sans même le savoir.
    La parabole se termine avec le fils aîné, qui n’a absolument pas conscience du fait que Dieu aime les fêtes. Il est très critique vis-à-vis d’autrui et il s’apitoie sur son sort. Pourtant, une fête aurait pu également être organisée pour lui. Il n’avait qu’à le demander. La tragédie des fils aînés est qu’ils ne comprennent jamais le Père. Ils sont assis dans l’église et ils maugréent, même au sujet de la grâce.
    À la fin du récit, le père sort dans l’obscurité pour tenter de toucher le coeur de son fils aîné, allant à sa recherche tout comme la femme le fit pour la pièce.

    D’une certaine façon, cette parabole est frustrante, car nous ne savons pas ce qui se produisit ensuite. En fait, elle n’a pas de fin. Vous et moi sommes dehors, en cette nuit sombre. Et Dieu nous demande si nous voulons vraiment continuer à être des employés ou si nous sommes enfin prêts à devenir de véritable fils et filles de Dieu.


    Tournezlesyeux<< Retrouvez le livre de méditation « Tournez les yeux vers Jésus » ici