Un super remède

joy-of-life-654536_640Lorsque les médias l’appellent « l’expert du rire », Lee Berk, tourne sa réponse autour d’un jeu de mots.

« D’après vous, d’où vient le concept de « thérapie du rire » ? » demande-t-il.

De nombreux journalistes pensaient que le concept était un remède populaire ou qu’il s’agissait d’une blague pour les lecteurs du magazine « Reader Digest ».

Un professeur membre de l’Université de Loma Linda à La Jolla, en Californie, les surprend en créditant ce remède au roi Salomon. Il y a des milliers d’années, l’homme sage a écrit Proverbes 17:22es 17:22
French: Louis Segond (1910) - SEG

 

WP-Bible plugin
: « Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os. »

Prouvé scientifiquement ce proverbe reste peu concluant. Mais Lee Berk, qui enseigne à l’École Universitaire d’Allied Health, a présenté un document en 2006 d’une séance de biologie expérimentale pour l’American Physiological Society à San Francisco en affirmant que, lui et ses collègues, ont constaté par des expériences, qu’avoir un tempérament joyeux et produire des rire fréquents peut stimuler une réponse neuroendocrine et des hormones positives.

Ils ont étudié 16 adolescents (masculin) qui n’avait aucune prescription médicale, qui n’avaient pas fait de sport la veille. Ces deux éléments pouvaient fausser l’expérience.

Les sujets testés ont alors choisi leur vidéo de gags préférées.

Trois jours avant l’étude, ils ont été assignés au hasard à regarder une vidéo ou à lire des magazines dans la même salle d’attente qu’un groupe témoin.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang dans les deux groupes avant de commencer l’expérience pour obtenir des données de base sur les hormones pouvant influer sur l’humeur et l’immunité. Ils ont également prélevé du sang quatre fois au cours d’une session d’une heure et trois fois par la suite.

L’analyse de ces échantillons de sang a montré que les sujets (impatients de regarder des vidéos de gag) produit une moyenne de 27 % de plus de bêta-endorphines (un ascenseur de l’humeur) et de 87 % de plus d’hormone de croissance (un booster d’immunité) par rapport au groupe témoin.

Les expériences de Lee Berk sont concluantes et montrent que l’humour ou l’impatience de voir quelque chose de drôle, peut stimuler le bien-être, la prévention des maladies et la réduction du stress.

« Nous avons besoin d’utiliser l’humour pour maintenir : L’espoir, l’optimisme, et la patience, comme un médicament à portée de main », a-t-il dit.

L′humour comme thérapie complémentaire

Les organisations nationales telles que l’American Cancer Society (ACS) étudie ce phénomène. Parce que le rire semble libérer des substances dans le cerveau qui peut réduire la douleur et le stress, l’ACS considère la thérapie par l’humour comme un procédé de traitement complémentaire.

Certains hôpitaux, comme Shady Grove Adventist Hospital à Rockville, Maryland, ont utilisé la thérapie par l’humour sur des patients dans la salle la cancérologie et l’a trouvé bénéfique non seulement pour eux, mais aussi bien pour les employés. Ils ont rapporté que la thérapie complémentaire a effectivement minimisé l’épuisement professionnel des employés et la fatigue.

Apprendre à rire

La thérapie par l’humour suscite une curiosité clinique depuis 1964, depuis longtemps l’éditeur du journal « Saturday Review » Norman Cousins a commencé à écrire sur la façon dont le rire pouvait combattre les maladies du cœur et améliorer les positions d’une colonne vertébrale douloureuse. Le journaliste, qui est également professeur adjoint aux Sciences Humaines à l’Universitaire de Médecine de Californie à Los Angeles, regarde souvent le film des Marx Brothers comme remède contre la douleur et sans prendre de pilules.

En fin de compte, Norman Cousins a conclu que la promotion d’une attitude positive, d’amour, de foi, d’espérance et de rire peut combattre la maladie autant que le stress ; et qu’une vision négative peut l’entraîner à une vulnérabilité à celles-ci.

D’autres chercheurs doutent de la validité du rire et de brossent des conclusions générales compte tenu du manque de corroboration sur les études de la « thérapie par l’humour ».

Par exemple : ceux qui cultivent un sens de l’humour et du rire peuvent-être moins susceptibles de tomber malades.

Mais cela peut-être parce que les gens qui sont en bonne santé rient plus souvent ou ont une personnalité qui leur permet de mieux faire face en général, selon Robert R. Provine, Professeur de Psychologie et de Neurosciences à l’Université du Maryland, Baltimore County, et auteur de « Le rire : Une enquête scientifique » et « Le Mouvement du rire ».

En dépit de son profil scientifique incomplet, la demande du public pour les programmes « thérapie par l’humour » -ne cesse de croître dans et hors du milieu hospitalier.

Par exemple, La Grange Adventiste du Memorial Hospital à La Grange, Illinois, accueille un club de comiques une fois par mois. Les membres racontent des blagues, de partagent des histoires drôles, et échangent l’esprit du rire pour la santé de ceuxi-ci.

Les partisans du rire affirment souvent que « la création du son du rire » peut lancer un véritable rire et de stimuler ainsi leurs bienfaits pour la santé. Donc, même rire soi-même peut vous aider à commencer à vous faire sentir mieux.

De nombreux conférenciers motivateurs encouragent aussi les gens à expulser le stress par l’humour et le rire tous les jours, car il encourage la manière d’avoir des perspectives positives, ce qui est bon pour la santé, les affaires et les relations.

« Le rire est le grand connecteur. Si vous pensez que quelque chose est drôle, c’est encore plus drôle lorsque vous le partagez », a déclaré Chip Lutz, un Coach en motivation élu Président de l’Association de la thérapeutique Appliquées par l’Humour, basée à Aliso Viejo, en Californie.

Lee Berk dit que « La seule restriction liée au rire est d’éviter les blagues humiliantes ou désobligeantes : l’utilisation abusive de l’humour ne vous fera pas sentir mieux, mais pour toutes les autres choses qui peuvent fournir un peu de gaieté et de joie, allez-y et riez ! ». c’est une bon remède.

Ecrit par : Pam Mellskog, écrivain de santé vivant à Erie, Colorado.

Publié par: administrateur // Sélection , la santé mentale // 8 avril 2010 - See more at: http://www.vibrantlife.com/?p=2129#sthash.ogwyFuOH.dpuf

UN ESPRIT POSITIF

Un esprit positif – fournit des outils face aux défis que souvent nous affrontons. En un seul volume, ce manuel propose un catalogue complet de situations problématiques que nous rencontrons tous. Pour affronter ces situations le Docteur Melgosa présente des techniques précieuses de prise en charge personnelle.

Les commentaires sont fermés